페이지 이미지
PDF
ePub

L'apparente simplicité de l'un des 5 sens formera une question de haut intérêt, dont je commencerai à traiter à la 5e section. L'on y verra qu'en Harmonie passionnelle les 5 cheurs d'Harmonie active sont vraiment à double emploi, quoique organisés comme tous les autres cheurs; mais la crise de l'avènement à la puberté ou transition hypermajeure crée pour eux des chances d'ambiguité qui n'existent pas dans les 14 autres couples de chæurs tout franchement affectés à un seul caractère.

Conformons-nous donc à l'opinion vulgaire qui ne compte que 5 sens, et qui se trouve juste dans cette occasion; il restera à expliquer plus exactement cette propriété d'ambigu dont le 5€ sens est doué.

Ce problème étant un peu transcendant, je crois à propos d'en différer l'explication, et traiter là-dessus les lecteurs comme on traite les enfants sur ce qui touche au mystère de l'amour , dont on ne se presse pas de leur donner une connaissance qui serait fort inutile à leurs premières études.

Un sens a toujours son échelle de degrés : qu'il soit simple ou composé, peu importe.

J'ai donné, souci 20 1 40, une table de ces degrés ou puissances. Les végétaux ont aussi une gamme de degré. Je l'ai prouvé par l'analogie de la vigne', qui dans ledit tableau est graduée en gamme de degrés. Il faut bien admettre cette gradation dans les passions, si l'on croit qu'il y ait unité du passionnel et du matériel : ces degrés existent pour les 3 sens simples comme pour les 2 composés. Or la vue, quoique sens d'ordre simple, est bien pourvue de tous ses degrés, comme on le voit dans la table. A plus forte raison les 2 sens composés , qui sont Goût et Tact-rut, doivent-ils avoir leur échelle de degrés puissanciels,

Ces distinctions, je l'avoue , sont de mince intérêt pour le lecteur. Il aura peine à concevoir qu'on puisse en tirer quelque fruit. Pour l'y intéresser, je lui renouvelle 2 observations : l'une est qu'en déclamant contre les passions au lieu de les analyser, on n'est parvenu, depuis 3,000 ans , qu'à envenimer leurs conflits; l'autre est qu'on ne peut pas opérer sur des ressorts sans en bien connaitre les propriétés. Nous avons à traiter de l'harmonie des passions; comment en poser les bases, si nous ne faisons pas préalablement une rigoureuse analyse des passions ?

On nous rappelle sans cesse à l'unité; adhérons à ce principe, et traitons l'analyse de l'âme comme celle du corps. Pour s'intruire en médecine matérielle, il faut débuter par l'anatomie du corps humain sur lequel on veut opérer. Il en est de même en théorie d'Harmonie passionnelle ou médecine de l'âme et du corps social; il faut d'abord étudier la charpente passionnelle qui présente en premier coup d'ail 12 pas

sions majeures et mineures, tendant à 3 foyers, Luxe, Groupes, Séries, de même que le squelette humain ou charpente osseuse présente pour pièce la plus saillante 12 couples de côtes groupées sur les 3 pièces du sternum, qui sont foyer d'union pour les côtes. Les formes de ces 3 pièces du sternum présentent comme les 3 foyers passionnels 3, 4 et 5 cotés; l'os xiphoïde en a 3 ; l'os moyen en a 4; l'os supérieur en a 5. C'est un tableau exact des passions distributives par 3, 4, 5. Les clavicules représentent la passion , passion nommée Unitéisme, qui est figurée dans les couleurs par le blanc, et en musique par la note d'unisson ou note octavienne. Ainsi toute la théorie du passionnel se trouvera unitaire avec la structure matérielle en détail quelconque. Il n'y aura rien d'arbitraire dans cette théorie.

Ces 12 paires de còtes sont disposées en gamme majeure par 7 côtes combinées et 5 cotes incohérentes, comme les notes de la gamme majeure. Elles ne représentent pas l'ambiguïté de la 5e touche matérielle, ou 5e sens, parce que cette ambiguïté n'existe pas en crdre majeur, mais seulement en mineur. Aussi la nature en a-t-elle donné le tableau dans les dents, qui sont classées en gamme mineure par 8 et 4, et non pas dans les côtes et vertèbres, qui sont disposées en gamme majeure par 7 et 5.

Il serait imprudent au lecteur de s'enquérir trop tôt des causes qui ont servi de règle au Créateur dans ces adoptions de gamme majeure sur tel point, ou mineure sur tel autre. J'ai observé que la connaissance des causes tient aux théories transcendantes du mouvement, et qu'on doit commencer par s'initier à celle des effets, observer les analogies, en cumuler un grand nombre sur chaque sujet; après quoi il sera temps de passer à l'étude synthétique des causes. Mais ne précipitons rien sur ce sujet, et bornons-nous long-temps à l'analyse des effets, dont il faut d'abord meubler l'esprit de l’étudiant. Je ne pourrais pas expliquer les causes avant d'avoir expliqué en plein le mécanisme d'Harmonie passionnelle, qui est type et règle des causes; il faut donc attendre que l'Harmonie passionnelle soit expliquée avant d'élever aucune question sur les causes.

CHAPITRE IV.

DES 5 AXTILUXES OU ESSORS SUBVERSIFS DES SENS EN INTERNE ET EXTERNE.

Nous n'en sommes ici qu'aux études corporelles ou sensuelles. Avant de s'enquérir de la perfection où peuvent atteindre les sens , et de l'immensité des moyens de la nature à cet égard, il faut préalablement

TOME IV.

se convaincre de leur imperfection matérielle et artificielle. C'est de quoi je vais traiter.

Si le luxe est interne par les facultés physiques, et externe par la richesse, il en est de même de la pauvreté. Elle est interne et externe sur chacun des 5 sens.

1° PAUVRETÉS INTERNES, OU DÉFAUT DE FACULTÉS.

La pauvreté interne se compose des facultés qui manquent à nos seus et qu'ils acquerront par la suite. Ainsi le défaut de vue co-nocturne semblable à celle du Lion et du Chat, est pour nous une pauvreté interne de pe degré (voyez l'échelle, souci 2°, 140). L'absence de telescope était, pour les Romains, une pauvreté interne de degré mixte entre le 6e et le 7e.

Ladite possession du télescope est pour nous un luxe interne, puisqu'il donne à l'un de nos sens une grande extension de facultés. Mais ce luxe n'est encore qu’interne simple, en ce que les verres de nos lunettes sont de matière subversive, qui n'a pas les propriétés composées dont jouiront les verres fabriqués des matières que donneront les Créations harmoniques.

Nos sens, outre le défaut de facultés qui constituent la pauvreté interne négative, sont sujets à une foule de maladies qui causent pauvreté interne positive. A ne parler que de la vue, combien d'infirmités peuvent l'attaquer depuis les naturelles comme la myopie, jusqu'aux accidentelles comme la cataracte. Ces maladies, vu leur fréquence actuelle, deviennent pauvreté relativement à l'ordre de choses sutures, qui préviendra toutes ces disgrâces, ou les réduira au minimum. Alors l'Egypte et la Laponie, aujourd'hui si dangereuses pour les opthalmies et la cécité, seront des régions aussi favorables à la santé de l'ail, que peuvent l’étre aujourd'hui les provinces les plus saines; et dès le passage à l'Harmonie, les pauvretés internes positives ou internes négatives cesseront à la fois.

La plupart des pauvretés internes positives sont accidentelles comme les venins hydrophobique, psorique, syphilitique, pestilentiels, etc., et tant d'autres qu’une bonne administration pourrait extirper ou prévenir partout le globe, même avant la fondation de l’Harmonie. Tous ces venins n'existent plus dès la société 6, dite Garantisme. En considérant que la Civilisation, loin de les extirper, a encore fait éclore tout récemment 3 nouvelles pestes, la fièvre jaune, le typhus et le nouveau choléra - morbus du Bengale qui est un mal contagieux, on peut juger de l'excès de pauvreté interne qui alllige les sociétés limbiques et de l'impudence des jongleurs qui chantent la perfectibilité.

L'Harmonie est un ordre social si bien approprié aux besoins sani taires qu'on y verra à peine la 100e partie de nos infirmités civilisées. Les harmoniens, dont un sur 12 atteindra à 4 44 ans, seront, dans le cours de cette longue carrière, si peu sujets aux maladies , qu'on verra beaucoup de phalanges d'environ 1,500 personnes de tout âge se vanter parfois de n'avoir pas un malade, sauf dans les 2 åges de transition, Bambins et Patriarches, qui ne peuvent pas échapper à quelques infirmités. J'excepte aussi les estropiés accidentels, une chute et une fracture de membre n'étant pas vice de régime ni d'insalubrité. Mais, à part c'es 3 sortes d'accidents inevitables, on verra souvent, dans tout l'ensemble des 4 4 amphichæurs, no 2 à 15, la Phalange entière en pleine santé; et ce sera alors que les médecins gagneront davantage, car chaque phalanstérien les paie en proportion de la santé générale.

Elle agit comme ceux qui, en Civilisation , s'abonnent avec un médecin, soit 25 louis par an. Il est de l'intérêt du médecin qu'un tel abonné jouisse d'une longue vie et d'une pleine santé. Le médecin a d'autant plus de profit et d'autant moins de peine. Chaque phalanstère traite de même avec les groupes de médecins et chirurgiens, et comme la Civilisation, qui se dit perfectibilisée, traite en sens contraire, comme elle intéresse tous les médecins et gens de lois à ce qu'il y ait beaucoup de chicanes et de malades, on ne doit pas s'étonner qu'ils désirent l'abondance de malades et de plaideurs, et que, par contre, ceux d'Harmonie soient partout d'accord à prévenir les maladies et les contestations.

L'état de santé générale ne sera pas encore le luxe interne; il sera seulement l'absence de pauvreté interne, qui comprend les maladies évitables par un sage régime. Quant au luxe interne, il faudra pour le posséder, que chaque sens jouisse de toutes ses facultés puissancielles en échelle analogue à celles de la vue.

Ces avantages ne pourront être accordés qu'aux générations de plusieurs quartiers d'Ilarmonio. Ce ne sera pas dès la première génération qu'on acquerra la vie co-nocturne. Il faudra un nombre de quartiers successifs pour donner peu à peu à la race humaine les forces nécessaires à développer en elle ces utiles propriétés, et ce ne sera guère qu'au 9o quartier qu'on commencera à les posséder en gamme complète. Quelques-unes seront différées jusqu'au 16o.

Quant à l'état de santé générale, dont j'ai parlé plus haut, il ne commencera en plein que pour la pre génération d'Ilarmonie. Celle-ci, qui est d'éducation civilisee et barbare, n'a pas pu acquérir, dans l'ordre actuel, moitié de la vigueur dont jouiront les enfants nés en Harmonie et élevés dans cette société. C'est une parallèle qu'on pourra faire dès la 4° année où l'on verra déjà les effets de l'éducation harmonique ; elle se fera sentir légèrement sur les enfants civilisés de bas age qui participe

ront déjà au bienfait de l'institution naturelle, dont on verra plus loin le système. Quant aux hommes faits, qui passeront de l'état actuel à l’harmonie, ils y gagneront, en ce qui touche à la santé, l'absence des maladies accidentelles, comme la peste, etc., qui seront extirpées par quarantaine générale ; puis la diminution rapide des maladies essentielles, fièvre, goutte, rhumatisme, etc., qui seront presque entièrement prévenues par la propriété d'équilibre passionnel et sensuel, inhérente à l'Harmonie.

PAUVRETÉS EXTERNES OU DÉFAUT DE RICHESSE.

Indépendamment des chances nombreuses de pauvreté interne que je viens de passer en revue, nous avons dans nos privations actuelles une vaste série de pauvretés externes. Il est à propos d'en observer quelques détails sur chaque sens pour confondre les prétentions de nos chantres de perfectibilité.

La pauvreté externe comprend toutes les privations et incommodités évitables, comme absence de voiture ou mauvaise voiture. Ces privations sont bien immenses, même chez les monarques. Jugeons-en par un examen de quelques lésions sensuelles.

L'ouïe. Un roi est sujet comme un autre homme à entendre des patois grossiers qu'il ne comprend pas, des bruits désagréables autour de son palais, des crieurs dans les rues de sa capitale, des voix fausses qu'il trouvera en France à chaque pas, cette nation qui n'a ni oreille ni mesure étant la plus acharnée à fredonner.

Si ce roi veut parcourir les campagnes, jouir des charmes de la simple nature, il entendra les, croassements de quelques milliers de crapauds et grenouilles qui n'épargnent pas plus les oreilles des rois que celles des bergers. Le roi souffrira même plus que le berger de tous ces bruits choquants de la campagne et de la ville. Et que sera-ce en cas de voyage, dans les pays dont il ne comprendra pas le langage? il sera comme tout autre en état de perclusion relative de l'ouïe, puisqu'il ne pourra pas faire usage de la plus précieuse faculté, de l'ouïe. En vain paiera-t-il des interprètes, c'est perdre tous les plaisirs de la conversation que d’être obligé de recourir au truchement.

La diversité de langage, opprobre des sociétés civilisées, est la plus fåcheuse des disgraces qu'éprouve le sens de l'ouïe. L'habitude nous rend presque indifférents sur cette entrave, bien réelle quoique peu remarquée.

On rencontre en foule ces lésions de l'ouïe. J'ai observé que souvent un ouvrier à marteau ou un apprenti de clarinette suffisent pour désoler tout un quartier, surtout les gens qui aiment à dormir le matin. Je

« 이전계속 »