페이지 이미지
PDF
ePub

Par exemple, Fourier se sert souvent des signes suivants :

TYYLIK, WV

* Lily IMA Ces signes n'ont rien d'absolu en eux-mêmes; ils indiquent seulement des rapports de pivots et de sous-pivots, de transitions et de sous-transitions dans une échelle sériaire, quelle que soit l'importance relative de l'échelle dans une catégorie d'échelles différentes. Nous nous ferons mieux comprendre par des exemples.

| 4. Globes individuels. RÈGNE ASTRAL. 2. Systèmes solaires.

| 3. Systèmes d'univers.

. L'infinivers.

RÈGNE ASTRAL.

Ici le signe représente ce qui est général, ce qui contient tous les termes représentés par les chiffres 1. 2. 3. En prenant un seul globe pour sujet d'analyse, on peut le diviser d'abord en deux parties : l'interne invisible et l'externe visible. En prenant la partie externe seulement pour sujet d'analyse, on procède ainsi :

1. Règne minéral.
2. Règne végétal.
3. Règne animal.
4. Règne aròmal.

( Y Existence céleste.
. Règne hominal. Existence amphimondaine.

( Existence terrestre. Sur les quatre divisions sous-pivotales du règne hominal (qui est le pivot de la première série, parce qu'il en est la touche principale), il n'y a qu'une seule des touches qui nous soit bien connue, bien que la méthode nous indique la probabilité de l'existence des inconnues de la série.

En prenant donc le seul point positivement connu de cette subdivision pivotale pour point de départ, nous subdiviserions ainsi : , Y. L'homme collectif ou l'humanité.

La commune, groupe créateur de la Existence - L'homme ) richesse. terrestre (=A l mixte. La famille, groupe procréateur de

l l'espèce. L. L'homme individuel.

En prenant l'homme individuel, dernier terme de cette division , pour sujet d'analyse, nous trouverons dans son âme la série suivante d'impulsions natives.

( 1. Amour du luxe : les sens. =L'homme

72. Amour du prochain : les affections. individuel. 2. ( 3. Amour de l'ordre : l'intelligence.

(Y. Uniteisme : amour de tous.

5. Patriotisme. . Amour de l'unité.

. Favoritisme.

U Égoïsme : amour de soi. En voilà plus qu'il n'en faut pour faire comprendre l'usage des signes et Y dans la méthode sériaire. Quant aux autres signes, on en verra l'usage plus loin. Observons toutefois que Fourier lui-même a quelquefois confondu les signes de pivots mixtes avec les signes de transitions. Cette confusion a peu d'importance, puisque tout ce qui est de genre neutre ou ambigu fait partie du mouvement mixte ou diffracté. C'est dans les douze passions de l'àme individuelle que Fourier a trouvé le type général qui sert de base à la méthode; mais nous ne pouvons pas nous étendre ici sur cette matière. Il suflira de prendre les mathématiques pour point d'appui, en établissant la méthode que nous voulons suivre dans l'interprétation de la Parole céleste.

La série des fonctions principales en arithmétique est analogue à celle des passions humaines, au moins en nombre et en variété, et nous ne nous arrêterons pas pour prouver que l'analogie entre les deux échelles s'étend bien plus loin.

Les fonctions arithmétiques peuvent être classées ainsi en série contrastée et engrenée.

Gamme des fonctions arithmétiques.

1. Addition.

. Numération ou notation. 2. PROGRESSIONS.

*. Fractions. III. Division. 4. PROPORTIONS. *. Permutation. V. Multiplication. *. Réduction. 6. LOGARITHMES. • Alliage.

VII. Soustractions.

Y. PUISSANCES. LI. RACINES. En distribution simple, les fonctions se classent ainsi : - Numération , fractions, permutation, réduction , alliage; addition, soustraction, division, multiplication; progressions, proportions, logarithmes; puissances, racines.

La solution de tous les problèmes d'arithmétique s'obtient au moyen de cette série de fonctions, employée de diverses manières, mais toujours en méthode seriaire. Nous verrons que l'explication des énigmes du Verbe céleste peut s'obtenir par une méthode analogue, qui résumera et complètera en même temps toutes les méthodes fragmentaires, employées jusqu'à présent par les diverses sectes de chrétiens et de philosophes.

On verra facilement que l'échelle suivante des fonctions de la méthode seriaire d'interpretation est calquée sur le même type général que la serie des fonctions arithmétiques. Les deux échelles sont également calquées sur celle des douze passions de l'âme humaine, selon les lois connues de l'analogie universelle.

Gamme des fonctions.

1. Addition ou réunion des textes semblables.
*. Exactitude littérale des textes originels, traductions, etc.
2. PROGRessions de temps, de lieux, d'interprétations, etc.

*. Fragments et lacunes de textes.
III. Division ou groupement de textes en genres, espèces, etc.
4. PROPORTIONS ou équilibre de genres différents.
*. Permutation du sens selon les changements de rapports.
V. Sens multiple des mêmes textes.
*. Réduction au même sens de textes différents.
6. CORRESPONDANCES et analogies diverses.

*. Alliage de textes divers. VII. Soustraction ou absorption d'un texte par un autre. w Y. ANALYSE ET SYNTHÈSE de l'unité collective.

1 A. ANALYSE ET SYNThèse de l'unité individuelle. La série des fonctions de la méthode se multiplie infiniment par les variantes puissancielles en application, mais les détails de ces variantes compliqueraient inutilement cette échelle, qui est amplement suffisante pour le monde en général. Les énigmes les plus obscures ne peuvent résister au feu roulant de cette série d'opérations appliquée avec art, mime sans redoublement puissanciel. Du reste, on verra que les applications suivantes que nous allons en faire, en mode esquissé seulement, suffisent déjà pour dégager une vive lumière de certains textes enveloppés jusqu'ici dans l'obscurité la plus impénétrable aux méthodes fragmentaires.

Au fur et à mesure que nous appliquerons les diverses fonctions de la méthode, nous indiquerons quelques unes des sectes qui se sont plus particulièrement servics, déjà, de telles ou telles fonctions en négligeant telles ou telles autres, plus spécialement employées par leurs adversaires. De cette manière, il deviendra évident que chacune des méthodes employées jusqu'ici a été plus ou moins incomplète, et que la méthode sériaire les résume et les complète toutes, en recueillant ce qu'elles ont de bon et en éliminant ce qu'elles ont de mauvais.

Application de la méthode.

Nous avons promis dans un article précédent de prendre, pour sujet d'explication spéciale, une série de textes sacrés dans chacun desquels se trouverait le mot pierre, afin de savoir dans quel sens on doit comprendre ce mot considéré à divers points de vue.

En faisant l'application simple de la première fonction de la méthode, c'est-à-dire en réunissant tous les textes sacrés dans lesquels se trouve le mot pierre, nous voyons qu'il y en a plus de quatre cents. Cet amas de textes divers , isolés respectivement de leurs contextes immédiats dans chaque livre des Écritures, forme une espèce de chaos difficile à débrouiller, par l'application simplement successive de chacune des fonctions de la méthode, telle que nous les avons classées dans la gamme. Il en serait de même, quelque soit le mode de la distribution des trois ordres de fonctions qui forme la gamme complète. Par exemple :

(Vode simple. .,,.,,.;I. III. V. VII; 2. 4. 6; 7. Distribution. Mode engrené. 1. *. 2. -. III. 4. ..V. -. 6. ..VII; M.

(Vode mixte. I. V. ., .; 2. 4. 6; .. .. .. III. VII; . Ces variantes en modes distributifs ne forment donc pas un art parfait pour l'application des diverses fonctions de la méthode, et ce qu'il nous faut maintenant, c'est l'art d'appliquer ces fonctions, de manière à en obtenir la solution des énigmes de la Parole céleste. De même qu'en arithmétique, il y a diverses manières d'appliquer les fonctions élémentaires pour arriver à la solution des problèmes, de même, en divination ou interprétation, il doit exister diverses méthodes de dévoiler le sens caché des énigmes. Il y a la règle de trois, et beaucoup d'autres règles dans ce que l'on peut appeler l'art de l'arithmétique, ou la méthode

d'appliquer les fonctions. Il existe de même des règles diverses dans l'art d'appliquer les fonctions de la méthode seriaire à l'interprétation des mystères du Verbe, mais nous ne pouvons pas expliquer tous les détails de cet art, 10 parce que nous sommes loin de les connaitre toutes, nous-mêmes ; 2° parce que celles que nous connaissons sont trop compliquées pour être développées dans les limites de cet article. Il suffit de dire ici que l'instinct du métier et l'habitude d'appliquer diversement les fonctions, suffiront pour nous faire découvrir certaines règles générales, ou méthodes abréviatives d'appliquer les fonctions élémentaires à la solution des problèmes. Ce que nous tenons à constater principalement, c'est que la marche d'application que nous allons suivre ici n'est pas la seule, ni peut-être la meilleure manière d'appliquer les fonctions élémentaires, dans l'art général de la méthode. Observons toutefois que toute marche est bonne qui mène rapidement au but.

Il y a une règle générale que nous ne pouvons qu'indiquer en peu de mots ; c'est que les trois fonctions élementaires, qui sont analogues aux trois passions distributives de la gamme des 12 passions, sont les fonctions rectrices de toute règle ou méthode particulière d'application.

En arithmétique, la règle de trois pivote sur la loi des proportions. Cette loi est analogue à la variante ou équilibrante en gamme passionnelle. D'autres règles particulières en arithmétique pivotent principalement, soit sur la loi des progressions , soit sur celle des logarithmes.

Plus tard on formera des règles particulières pour l'application de la méthode sériaire, mais quant à présent cet art n'est pas développé dans toute sa richesse. Les principes et les bases de l'application nous sont condus, mais de la science pure à l'art parfait d'application il y a une distance immense, et cette distance n'est encore qu'en partie franchie. Fourier lui-même a peu expliqué les principes de la méthode sériaire, et encore moins l'art unitaire de les appliquer.

Nous emploierons toutes les fonctions de la gamme en mode unitaire, mais les trois distributives joueront à double titre le rôle principal; 1° parce qu'elles doivent toujours, l'une ou l'autre, ou toutes ensemble, jouer le premier rôle; 2° parce que nos limites ne nous permettent pas de faire une application complète de toutes les autres fonctions. Nous passerons rapidement sur tout ce qui n'est pas nécessaire au but que nous poursuivons, et ce but est plutôt de faire entrevoir la méthode unitaire d'interpréter le Verbe, que d'entrer longuement dans les détails même de cette interprétation.

Commençons donc par parler de la méthode, et d'abord de la partie pivotale ou principale des fonctions.

Hugh DOHERTY. (La suite au prochain numéro.)

« 이전계속 »