페이지 이미지
PDF
ePub
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

fo Où trouver le concert parfait entre tous les membres pauvres ou riches d'une même famille, entre les légitimes et les naturels?

Celui qui exprimerait sérieusement le désir de ces divers accords sociaux semblerait un Nicodème arrivant de la lune. Cependant, la passion Groupisme, Amantisme, qui est l'une des 3 branches primaires de l'arbre, doit concilier entre eux les 4 rameaux dont elle se compose.

Un gouverneur qui régit k provinces ne serait-il pas absurde s'il amenait ces 4 provinces à se quereller, se piller , de manière que chacune fût en guerre extérieure avec les 3 autres et en guerre intestine dans ses propres limites ? Il doit, au contraire, maintenir l'accord interne et externe entre ces provinces et leur unité avec la masse du royaume. Ainsi la passion Amantisme, pour se concilier avec les 2 autres primaires , avec le Luxisme et le Sériisme, doit avant tout concilier enlre elles les 4 branches dont elle se compose , et opérer de manière que chaque essor des 4 groupes soit en pleine coïncidence avec l'essor des 3 autres. Nous arrivons à l'effet contraire en Civilisation, à une discorde interne et externe des \ groupes; c'est une preuve irrécusable de la marche subversive de nos sociétés et de nos pas. sions, et un tel effet doit porler le nom de contre-amantisme, contre-groupisme, par opposition au but harmonique de la passion amantisme, qui est d'établir un équilibre bi-composé par les accords des \ amours développés, chacun en sept degrés puissanciels et double degré d'unité selon la gamme Souci 2°, 140.

3e foyère subversive.-LeContre-sériisme. J'ai pu disserter sur les h groupes avant de les avoir définis, parce que chacun connaît les groupes. Il n'en est pas de même des Séries dont on n'a presque aucune connaissance, quoiqu'il ne manque pas de séries en Civilisation. Mais elles n'y sont ni libres, ni graduées, ni contrastées, et n'ont rien de l'ordonnance harmonique. Un régiment est une série assez bien échelonnée, pivot ou colonel, 1, état-major, 2, capitaines, 3, lieulenants, 4, sous-lieutenants, 5, sergents, 6, caporaux, 7 soldats; transition par tambours et musique et par les ouvriers; germe par le dépôt et les officiers à la suite. Mais cette série n'a rien de libre; ses groupes ou compagnies n'ont rien des rivalités, attractions, intrigues et autres véhicules d'une série passionnelle ; ils ont d'ailleurs quelques propriétés tout-à-fait contraires. C'est donc une contre-série, l'opposé des séries spontanées dont le secret fut connu des hommes primitifs et se perdit par le Déluge.

Le germe de la passion Sériisme ne reste pas moins dans nos âmes. L'impulsion agit sur nous, quoique nous ignorions les moyens de la satisfaire; la passion se travestit dans son essor, mais elle prend essor en sens quelconque, subversif ou harmonique.

Jusqu'à la définilion des 3 passions distributives, qui sont génératrices de la Série harmonique, il me serait impossible de raisonner sur ce mécanisme. Bornons-nous à en trailer négativement, et dire qu'on ne trouve en Civilisa · tion aucune trace de Sériisme direct ou harmonisé; tandis qu'on trouve des esquisses de Luxisme direct et Amantisme direct qui n'exigent aucune invention de mécanique sociale. On voit quelque luxe réel dans les palais des rois, quelques groupes libres dans certaines réunions, mais on ne voit ni trace, ni

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

germe de série harmonisée mettant tous ses groupes en plein accord, en ligne spontanée et fondée sur une balance de rivalités graduées et contrastées.

En revanche on voit beaucoup de Contre-séries ayant une tendance à l'empiètement politique. L'unité est le but essentiel des séries; il ne faut donc pas leur reprocher cet effet d'ambition qui sera bientôt le garant de l'unité sphérique.

La principale série de l'ordre civilisé est celle de l'Église romaine , seule autorité qui ait un pivot d'unité générale pour le globe entier. Le Pape est un ches librement reconnu de tous les catholiques du globe, et sa suprématie est un bel effet d'unité ; elle nous révèle le but où tend la nature par la passion Sériisme.

Les gouvernements sont des séries moins parfaites, parce qu'ils n'ont point de pivot unitaire pour le globe; ils ne connaissent que les unités partielles qui sont autant de germes de guerre.

Les gouvernements se subdivisent en différentes séries : l'administration, l'église, le militaire, la finance, la judicature, etc.; elles se haïssent entre elles et s'efforcent d’empiéter sur leurs pouvoirs respectifs, mais en conservant la propriété d'unité et lien avec le pivot général qui est le Roi. Mais sil ne les surveillait pas, il serait lui-même asservi par quelqu'une d'entre elles; l'ordre subversif inspirant à toutes ses séries un penchant d'unité égoïste et despotique, et non pas d'unité libérale et fondée sur les seuls liens d'affection et de bénéfice respectif. Loin que ce lien puisse germer chez les civilisés, oh voit le prince obligé de comprimer les soldats mèmes qu'il emploie à contenir les peuples; à défaut de quoi il est attaqué par eux, comme on l'a vu lant de fois de la part des prétoriens et janissaires.

Les séries civilisées se font en tout sens une guerre interne et externe: guerre externe par la haine des séries entre elles et leur penchant à se spolier et envahir l'influence, guerre interne par la tendance des individus à deposséder le supérieur et comprimer l'inférieur ordinairement très-misérable, car il n'est rien de plus chétivement rétribué que les derniers commis et agents subalternes des séries civilisées. Quoi de plus pauvre que le soldat, qui est dernier échelon de la série militaire ?

Nous ne savons donc former, en fait de série, que des affiliations opprešo sives et non par émulatives.

Cette scission, ou guerre interne et externe, constitue l'état de contre-serie ou contre-marche et travestissement de la passion, jeu subversis de ses ele ments qui sont les 3 passions de 24 degré nommées distributives.

Quant à celles de fer degré, luxisme, amantisme, sériisme, on voit çar leur scission interne et externe qu'elles sont une contre-marc be de la nature passionnelle, qu'elles doivent porter dans leur état actuel les noms de contreluxisme , contre-amantisme, contre-sériisme, puisqu'elles nous conduisent a l'opposé du but d'harmonie interne et externe qui est notre destinée.

Celle connaissance est un préalable nécessaire à la définition des 12 pas sions harmoniques et de leurs degrés. Il faut d'abord se convaincre qu'a les envisager an 1er degré qui réduit les passions à trois, elles ne se développent dans l'état actuel qu'à contre-sens de leur destination, après quoi on ne sera plus étonné qu'il en arrive de même des 12 passions de le degré, des 32 de 3e, des 134 de 4e, et des 404 de je; qu'un ordre où tous les éléments et ressorts du mécanisme social opèrent à contre sens de l'harmonie produise la subversion générale. Après s'être convaincu de ces propriétés de l'état Civilisé et Barbare, on ne verra que d'effrontés charlatans dans ces sophistes donnant le titre de perfectibilité sociale à ce chaos civilisé et barbare, qui dénature toutes nos passions, qui perpétue le règne des 7 fléaux auxquels nous cherchons à échapper.

Je me borne à ce peu de détails sur le 1er degré subversif; il serait prématuré d'analyser le 2e, composé de 12 passions, avant de les avoir définies en essor harmonique. C'est à quoi je procéderai dans les titres suivants. Les 3 passions du fer degré ont rang de foyers d'attraction comme développements primordiaux de l'Unité ou souche d'Harmonie , sur quoi il faut remarquer que dans chaque degré les passions portent des noms génériques. Dans le 1er, où elles sont au nombre de 3, on les nomme foyères ; dans le 2e, radicales ou touches de gamme; dans le 3e et le 4', autres noms. Dans le 5e, où elles sont très-nombreuses, elles deviennent [ ] d'un caractère. Il n'est pas pressant de s'initier à ces [ ]. Bornons-nous à ce qui est élémentaire, et ne nous hâtons pas de pousser nos études au delà des 1er et 2e degrés donnant 3 et 12 passions.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

CHAPITRE V.

[ocr errors]

ÉTAT COMPOSE DES PUISSANCES DE LA NATURE. — ANALOGIE DU MATÉRIEL AU

PASSIONNEL.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

J'ai, dès le premier chapitre, comparé le monde social à un arbre dont les branches et les racines représentent le mouvement dans ses deux essors. Les branches sont image de l'harmonie ou état sociétaire, et les racines sont image de subversion ou état incohérent, état des nations civilisées et barbares qui n'ont aucune idée d'association agricole.

Il n'est rien de plus utile à l'étudiant, rien de plus propre à l'initier que les analogies, mais on essaierait en vain de les comprendre si on ne s'habituait pas à distinguer le système passionnel en degrés ou échelons puissanciels selon la table suivante : Base. 1 seule passion nommée Unitéisme et tige dans les 24 so

ciétés d'harmonie, Egoïsme et souche dans les 8 so

ciétés d'incohérence. 1 re puissance. 3 passions foyères ou d'embranchement primordial.

12 passions octaviennes ou sous-foyères.

32 passions binoctaviennes. 134 passions trinoctaviennes. 604 passions télroctaviennes.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

On pourrait pousser beaucoup plus loin l'échelle, mais je ne demanderai pas au lecteur grand effort de calcul en le bornant aux puissances 1, 2, 3, dont la plus élevée n'a que 32 subdivisions, les autres que 42 et 3. Qu'il se familiarise avec ces 3 degrés s'il veut aborder l'étude intéressante des emblèmes ou analogies de la nature matérielle avec le mécanisme des pas sions.

Il est nécessaire d'éludier les analogies jusqu'au 30 degré, car !en se bornant au 2° on ne pourrait pas comprendre certains tableaux très remarquables. Occupons-nous d'abord des emblèmes inférieurs, ceux de fre et 2e puissance plus faciles à étudier puisque leur division marche par 3 et 42.

Débulons par 3 analogies adaptées aux diverses classes de lecteurs.

1° Une familière tirée des 7 couleurs solaires qui sont connues mème des enfants à qui le prisme sert d'amusette ainsi que la bulle de savon réflectant les couleurs.

2° Une mixte tirée des notes musicales qui sont connues de toutes les personnes tant soit peu initiées aux arts.

3° Une scientifique tirée des planètes dont le système est nécessairement connu de quiconque sait quelques éléments des sciences.

On ne sait d'où naissent les inspirations qui peignent le nombre 3, la Trinité, comme nombre sacré et primordial en toute harmonie. Ces inspirations sont générales chez tous les peuples, elles semblent être un point de ralliement primitis pour la raison humaine; aussi s'accorde-t-on à représenter Dieu par un triangle rayonnant. Les nations les plus brutes ont su amalgamer les idées de Trinité et d'Unité. Ces idées sont admises comme boussole en religion, en politique sociale et en littérature. Mais la politique civilisée a commis une erreur bien grossière dans sa trinité de fonctions primordiales qu'elle a distinguée en production, consommation, distribution.

Il est absurde de considérer la consommation comme fonction distincte; car chacun, à moins d'être mort, est consommateur. Ce n'est plus une fonction spéciale que celle qui est commune à tout le monde, c'est la fonction unitaire et voici le tableau des fonctions adapté à l'arbre passionnel.

0. Consommation. Unitéisme, souche.

1 1. Production agricole et manufacturière. fer degré, 3 rameaux. } 2. Distribution commerciale.

( 3. Administration ou gouvernement.

C'est donc bien à tort qu'on a placé la consommation au nombre des fonctions primordiales, elle est tige et non pas rameau, et la preuve en est que les 3 classes de producteurs, distributeurs et administrateurs sont toutes trois classes de consommateurs.

Nos politiques et économistes n'ont pas entrevu cette distinction de la tige aux 3 rameaux primitifs à qui elle sert de lien commun. Cette erreur a suffi pour les jeter dans tous les faux systèmes. Si l'on manque en politique la trinité originelle, on manque l'unité. Aussi ne sont-ils arrivés qu'à l'incohé

rence universelle. On verra aux articles commerce une explication suffisante de ces bévues qu'il n'est pas encore temps d'analyser.

Nous n'en sommes ici qu'à l'analogie des opinions de trinité religieuse avec la trinité primordiale des passions divisées, au sortir de la tige, en Luxisme, Amantisme et Sériisme.

On trouve la division trinitaire dans toutes les branches d'harmonie connues; par exemple, dans la musique, on voit les cheurs distribués en 3 parlies, le dessus, le medium et la basse. Dans toute masse dont le mouvement est régulier, comme une armée, on trouve la division trinitaire en centre et deux ailes. Dans un gouvernement civilisé qui prétend à la régularité, on voit un simulacre de trinité distinguée en pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire ; distinction très-illusoire sans doute, mais qui décèle chez les civilisés un penchant à admettre la véritable trinité administrative quand ils en connaîtront le système que je viens d'indiquer littéralement et que j'expliquerai au traité du Garantisme. Ce penchant à la division trinaire se manifeste encore mieux dans les assemblées délibérantes, qui toutes se divisent en 3 partis, les deux extrêmes et le moven. Cette subdivision existe dans tous les détails grands ou menus du mécanisme social qui présente d'abord 3 classes primordiales, les grands , la bourgeoisie et le peuple ; dans tout langage qui offre les genres actif, passif et neutre, et surtout dans la littérature qui exige les 3 unités d'action, de temps et de lieu.

Au résumé, l'esprit humain, dans ses tâtonnements scientifiques et politiques, tend à reconnaître une trinité de principes dans chaque branche de connaissances, conformément au système de la nature, dont la division primordiale fournit 3 principes : Dieu, ou l'esprit principe actif et moteur, donnant les

4 passions affectives.
La matière, principe passif et mu, donnant les

5 passions sensitives.
Les mathématiques, principe neutre et arbitral donnant les

3 passions distributives. L'homme étant, comme on l'a fort bien observé, un miroir de l'univers, ses attractions doivent se rattacher, comme celles de l'univers, à 3 pivots. Je viens de les indiquer régulièrement. L'instinct les avait indiqués confusément à toutes les nations. On trouve le principe de trinité et unité primordiale dans les dogmes religieux des Hindoux, antérieurs aux Chrétiens, et dans tous les traités de politique sociale, science qui pourtant s'est lourdement trompée sur la distinction de ces 3 principes, ainsi que je viens de le démontrer.

A côté des bonnes inspirations se trouvent communément les mauvaises, dont la plus vicieuse est celle de l'uniformité. Quelque juste que soit le principe de trinité et unité, il ne faut pas la considérer comme règle exclusive des divisions primordiales de la nature. Ainsi, dans les règnes, on a voulu établir une trinité qui n'existe pas plus que dans les éléments, qu'on réduit à 3, en déduisant le feu ou élément foyer. Voici la distribution naturelle et quatrinaire des règnes et des éléments.

« 이전계속 »