페이지 이미지
PDF
ePub

compte 3 ou 4 branches aura raison; si on examine l'arbre en 2e écholon, celui qui a compté 10 à 12 branches aura accusé juste, et ainsi par gradation. Dès-lors, celui qui aura compté 3 ou 400 branches sera exact en analyse de 5e degré, comme celui qui n'en aura compté que 3 ou 4 sera exact en analyse de 4 er degré.

Il s'agit de classer de même les passions selon les degrés d'échelle génératrice ou degrés puissanciels, qui, à partir d'une tige commune, s'engendrent consécutivement.

Ainsi, l'Ambition nous donnera, en subdivisions, les genres d'avarice, cupidité, ostentation, générosité, qui seront rameaux de Genre si l'on considère l'Ambition comme rameau d'Ordre.

L'analyse des passions doit donc se ramifier comme il suit: Tige. 4° classes; 2° ordres ; 3° genres; 4° espèces; 5° variétés; 6o diminutives; 7° ténuités; * minimités.

Cette division se nommera échelle puissancielle, c'est-à-dire que les Passions d'Ordre, comme l'Ambition, seront de 2e Puissance; les rameaux partant directement de l'Ambition, comme Avarice, Cupidité, seront Passions de Genre ou de 3e Puissance. La série de ces subdivisions composera l'échelle de degrés puissanciels qu'il faut toujours graduer jusqu'à l’octave complète.

Il existe dans chaque passion une échelle de nuances qu'il ne faut pas confondre avec l'échelle de puissance. Par exemple, pour définir les nuances du mal être corporel et du bien étre, M. Watelet donne (Encyclop.) la série suivante : 0. Sensibilité.

0. Contentement. 4. Souffrance.

1. Satisfaction. 2. Douleur.

2. Sourire. 3. Élancements.

3. Gaieté. 4. Déchirements,

h. Démonstrations. 5. Tourments.

5. Rires. 6. Angoisses.

6. Éclats.
7. Désespoir.

7. Pleurs.
8. Embrassements.

9. Transports d'ivresse. Je ne décris ces séries nuancées que pour les distinguer des séries puissancielles qui doivent seules nous occuper.

Le même auteur (article Passion) donne plusieurs de ces séries de nuances passionnelles; en voici une dont il pousse l'échelle à 14 nuances très bien graduées :

* L'Aversion. 1. Éloignement.

3. Dédain. 2. Dégoût.

4. Mépris.

5. Raillerie.

10. Insulte. 6. Antipathie.

11. Colère. 7. Haine.

12. Emportement. 8. Indignation.

13. Vengeance. 9. Menace.

44. Fureur. Il eût bien mieux valu donner, comme sur le bien être et le mal ètre corporel, une série composée qui, à partir du pivot , O indifférence, aurait classé 7 nuances en affection graduée et 7 en aversion graduée. Mais les Civilisés ne peuvent pas se façonner à l'ordre composé, à l'assemblage des contrastes gradués. Ils les connaissent, les décrivent quelquefois, mais sans en faire une base de système; ils sont en tous sens encroutés de Simplisme et de préventions pour la simple nature : c'est une des causes qui les ont empêchés d'atteindre au calcul des séries passionnelles, où il faut tout étudier, en composé et contrasté, dans les séries de nuances comme dans les séries de puissances. Je ne cesserai de rappeler ce principe, à défaut duquel on ne saurait procéder méthodiquement à l'étude de la nature, soit matérielle, soit passionnelle; car elle donne partout les 2 essors en sens direct ou inverse, ascendant ou descendant, harmonique ou subversif. Quiconque veut l'étudier, comme nos philosophes, en système simple et sans mettre en contraste les 2 essors, la dualité du mouvement, ne saurait pénétrer aucun de ses mystères, qui deviennent très-faciles à expliquer dès qu'on veut envisager le mouvement selon la méthode naturelle, dualité ou contraste d'essors.

Nous voyons cette division fondamentale dans l'univers matériel qui nous offre les mondes harmoniques ou planètes, et les mondes subversifs ou comètes, avec gradations de rangs parmi des astres. Nous devons admettre la même division dans tout classement de passions.

Pour s'initier à l'alphabet de la science, il faut étudier d'abord leur distribution ; elles ne sont pas de quantité indéterminée comme les rameaux d'un arbre, elles ont un nombre fixe et très-fixe dans tous leurs échelons. En voici le tableau, poussé seulement au 5e degré :

Pivot. CLASSES.
Tige. 1.

A 3
Souche. As

ORDRES.

2. 12 2

GENRES,

3. 32 22 A 33

ESPÈCES.

4. 134 1

À $135

VARIÉTÉS.

5. 404 403

* $405

C'est-à-dire que si nous examinons la tige de l'arbre, il n'y a qu'une passion qu'on nomme

Unitéisme, en essor harmonique, ou lige.
Égoïsme, en essor subversif, ou souche.

puis en fer, 2o, 3o degrés se trouvent les nombres 3, 12, 32, etc., que je transforme en 4, 13, 33, parce que, en théorie de mouvement, le Pivot intervient dans toutes les divisions, de même que, dans le mécanisme des sucs d'un arbre, la tige correspond avec toutes les branches et la souche avec toutes les racines.

On peut demander pourquoi je désigne ainsi les passions par nombre fixe dans leurs divers échelons, au lieu de nombres variables, comme 3 à 4, 10 à 12, 32 à 36.

C'est comme si on demandait pourquoi un homme qui écrit en vers ne met qu’un nombre fixe de syllabes dans chaque ligne, tandis que celui qui écrit en prose met à volonté plus ou moins de syllabes dans chaque ligne et chaque phrase. Il y a de même dans le système passionnel deux ordonnances qui sont la progression mesurée et la progression libre. Certains objets sont assujettis à la progression mesurée, comme les passions, les couleurs, la musique, aussi leurs divisions sontelles septenaires et douzainaires. Ce sont les distributions principales de l'ordre mesuré. La nature a, comme nos langues , sa prose et sa poésie. Ces passions étant ce qu'il y a de plus noble dans la nature, elles sont distribuées par séries mesurées et nombre fixe dans chacun de leurs échelons ou puissances. Il ne s'ensuit pas qu'on doive établir le nombre fixe dans les séries de nuance, comme celles que je viens d'extraire de l'Encyclopédie ; mais le nombre fixe ou mesuré est de rigueur dans les divisions primordiales. Aussi voyons-nous que les effets de mouvement, comme la musique, les couleurs, etc., qui sont emblèmes des subdivisions passionnelles, sont répartis en nombre fixe, en série mesurée.

Au reste, il y a dans le système général de la nature sept fois plus de séries libres que de mesurées, de même qu'il doit y avoir dans la littérature beaucoup plus de prose que de poésie. Il faut donc se garder de manie exclusive ni pour l'ordonnance libre, ni pour la mesurée, mais se conformer aux distributions réglées par Dieu. Nous apprendrons à déterminer les proportions et emplois.

Le monde matériel étant, dans tous ses détails, hiéroglyphique du passionnel, Dieu a dů créer des emblèmes de passions pour tous les degrés. Par exemple, pour le pe divisé par 12, nous avons un bel emblème matériel, c'est la musique bornée à 12 sons, et, pour le 3e divisé par 32, un très bel emblème matériel, qui est le tourbillon planétaire formé de 32 touches, et le ratelier humain de 32 dents. On ne compte pas la pièce pivotale qui est le soleil quant aux astres, et l'os hyoïde quant aux dents, de même qu'en musique on ne compte pas le 13e son qui devient unissonnant ou pivotal du 1er.

Il faudra donc, dans le classement des passions en système composé, distinguer :

En pivot harmonique, 1 base d'harmonie = l'Unitéisme.
En pivot subversif, 1 base de subversion = l'Égoïsme.
En fre puissance.
3 [bases] harmoniques.

3 subversives.
Le Luxisme.

Contre-luxisme.
L'Amantisme.

Contr’-amantisme.
Le Sériisme.

Contre-sériisme.
Pivot . L'Unitéisme.

*. L'Égoisme.
En 2e puissance.
12 [bases] harmoniques.

12 subversives.
5 Sensitives.

Les mêmes en
A Affectives.

Contr'essor.
3 Distributives,

ou Essence discordante. Pivot, l'Unitéisme.

L’Egoïsme.

En 3e puissance, 32 [bases] dont il n'est pas temps de nous occuper. Bornons-nous à la 2e puissance ou nombre 12, qui est le nombre d'alphabet passionnel, celui auquel doivent s'attacher les commençants. Il nous faut un volume pour apprendre à connaitre les 12 passions dites radicales. Ne nous occupons donc pas des divisions supérieures et passions de puissance plus élevée.

La première règle à suivre sera de les étudier en composé et bicomposé, et jamais en simple.

On a vu que, pour les observer en composé, il faut analyser les 2 essors. Il nous sera assez difficile d'envisager l'essor harmonique, puisqu'il n'est pas encore connu, mais j'en donnerai un aperçu complet sur 2 passions, une sensitive qui est la vue, une affective qui est l'Amour.

Pour les observer en bicomposé il faudra, soit en essor harmonique, soit en essor subversif, décomposer la passion en mode majeur et en mode mineur. Le majeur est la nuance forte qui est habituelle chez les hommes, sauf exception d'un ge; le mineur est la nuance douce qui est habituelle chez les femmes, sauf exception d'un ge. Aussi trouve-t-on des hommes d'une douceur extrême, comme on trouve en femmes des mégères.

Dans diverses branches d'études, on a reconnu que la science ne fait de progrès qu'autant qu'elle s'étaie de méthodes composées. Pourquoi l'algèbre nous a-t-elle valu des succès gigantesques en mathématiques ? C'est parce qu'elle traite en système composé, spéculant sur les quantités négatives comme sur les positives. Elle compose les calculs que l'arithmétique traite en simple.

Sur les 5 degrés établis (p. 8) dans l'échelle des passions, je m'arrête peu à définir le fer, qui, borné à 3 passions, peut être étudié concurremment avec le 2e qui en contient 12. Nous nous attacherons donc d'abord à la gamme passionnelle ou tableau des 12 passions dites radicales qui sont celles de 2e puissance fournies inégalement par les 3 principes de la nature. 42 passions d'ordre.

3 passions de classe. 5 Sensitives provenant de la matière, ou principe

passif et tendant. ............... au Luxisme. 4 Affectives provenant de Dieu, ou principe actif

et tendant. ................... à l’Amantisme 3 Distributives provenant des mathématiques, ou

principe neutre, et tendant. .......... au Sériisme.

12 Radicales tendant à. .............. 3 foyers. Les 3 passions de classe sont donc foyères pour les 12 passions d'ordre; c'est un lien qu'il faudra se rappeler.

Si chaque passion est sujette à l'essor juste, ou harmonique, et à l'essor faux ou subversif, doit-on compter les passions en nombre double ? Non, chacune d'elles est, comme la chenille et le papillon, un être d'essor dualisé et non pas double. Si l'insecte est sujet à prendre 2 formes, et même 3, y compris l'état mixte ou chrysalide, il n'est toujours qu'un seul insecte. Il en est ainsi de nos passions dans leur développement, qui sera triple si on veut distinguer l'état mixte, le point de transition entre l'harmonie et la subversion, le point où la passion est chrysalide. Malgré ces métamorphoses , elle est toujours la même , comme une canne renversée, ayant le pommeau en bas et le ferrement en haut, est toujours la même canne ; elle est encore la même dans son état mixte ou horizontal.

Chacune de nos passions étant sujette à ces contremarches , au jeu harmonique dans le cas d'association industrielle, au jeu subversif hors de l'association, au jeu mixte dans la demi-association, ne sont donc toujours que les mêmes passions dans ses divers essors; ce serait compliquer la théorie que vouloir compter 24 passions de 2e degré, par allusion aux essors harmonique et subversif. Il suffira donc de définir les 12 radicales ou passions de gamme, sauf à distinguer les 2 essors par les désinences; ainsi, au lieu de dire Amitié, Amour, nous pourrons les nommer:

Dans l'essor véridique ou état harmonique, Amicisme, Amourisme. Dans l'essor mensonger ou état subversif, Amicatre, Amouratre. Dans le début , nous passerons sur ces distinctions, et nous dirons,

« 이전계속 »