페이지 이미지
PDF

Messieurs les Ministres voyant que je leur parlois juste,voulurent finement me faire entendre que si je continuois mon entreprise, j'allois immanquablement m'atcirerunemultitudeprodigieuse d'ennemis, donrils ne répondraient pas des reslènrimens vindicatifsanais M.le Marquis de Langallerie nterrompit auflìtôt ces Messieurs, &c s'éctia qu'il falloit que Jeur cause fûtbienmauvai/è,puifqu'ils en venoicnt déja aux menaces, qu'une pareille conduite lui donnoit des soupçons si légitimes, que fans différer d'avantage , il alloit faire son possible pour n'être point la duppe du mensonge; êc tirant en même tems de son bureau un pacquet cacheté, son Excellence me le remit entre les mains , me priant de répondre d'une manière nette & distincte au bas de chaque article que je trouverois sousl'enveloppe de ses armesMessieurs les Ministres pour lors se retirèrent, & me trouvant seul avec M. le Marquis de Langallerie, nous convînmes ensemble:

1 °. Que je ne me choquerais pas des termes donr il s'étoit servi, dans les ob- tt jections qu'il me faisoif. «

i°. Que je lui envoierois au moins « fous les deux jours, autant que faire se » m pourrait, la réponfe à quelques - une* M des objections de fes articles. „ 3 *• Qile jc tournerais mon ftyle d'une „ telle manière que mes rcponfes puflènt M être à la portée de toutes les perfonnesen„ tre les mains defquelles le hazard pour„ roitfaire tomber nos papiers dans la fuite. „ 4*. Que je n'épargnerais point les ci„ tarions de la fainte Ecriture, dans les „ preuves que j apporterais. » 5°- Qtie nous ne parlerions pas de „ controverlè, lorfque nous nous rencon„ trerions dans les compagnies, ou ail„ leurs , à moins que ce ne fut pour de„ mander quclqu'eclairciflèmenc, lequel „ fe donneroit ordinairement au logis de a, l'un ou de l'autre. „ 6*. Enfin, que j'aurois la liberté non„ feulement de dire tout ce que je croirois néceflaire pour défendre la pureté „ de l'Eglifc Romaine; mais que jc rap„ porterais encore ce qui pourrait prou„ ver la nouveauté de la Communion S1 Réformée.

Ces fix conventions ratifiées récipro-" quement, les avantures de mon dernier voyages finirent notre converfàtion , après laquelle j'allai chez moi réfléchir devant Dieu à la conduite que je tiendrais dans la fuite, en traitant avec M.la Générai Marqnis de Langallerie, d*fôai Jcs points qui séparât la secte Protestante Prétendue Réformé^d'avec i'Egiise Catholique Romaine.

Puisque me vòici insensibíement engagé au milieu d'une controverse dans ïaquellej e ne puis me dispenser de conduire mon Lecteur : Je lui demande en grâce de ne se point laiíser prévenir par les idées qu'il a pû se former d'une seien« qui peu-têtre lui a toujours paru fort abstraire, & ne devoir appartenir qu'aux génies douez d'une pénétration des plus particulières; car j'ose me flatter que quand il aura vû la manière simple & naturelle avec laquelle je tâcherai de traiter les matières # il avouera que les esprits les moins éclairez seront capables de les entendre. J'ai crû que cette méthode conviendrait mieux à la portée de tout le inonde, que de certains grands raisonnemens sublimes & métaphysiques, qui appartiennent plíìtôt à un Théologien controyersiste, qu'à un Historien voyageur. J'eípere même que si ce petit traité ut paraître aux yeux des Sectateurs de Religion Protestante Prétendue Résorraée,ces Messieurs y découvriront une infinité de choses, dont la connoissanco

E,j

leur avoit été.cachée jufqu'à cette heure,

pour s'en être uniquement rapportez à la

mauvaifê foi de ceux qui les condui

fent en les entretenans dans des erreurs

dont la fin ne produit qu'un malheur

éttcacL

[graphic]
[ocr errors]

ARTICLE PREMIER,

Kecefjïtc de laTradition.

OBJECTION.

Nous fuivons à la lettre la Sainte Ecriture: nous la prenons pour la feule règle de notre foi, & nous ne voulons point de Tradition.

R Ey P o N s E.

Î'Ai déjà fait voir en abrégé dans ma première Lettre préliminaire du i 5. Juin, à M. le Marquis de Langallerie,de quelle manière Meffieurs les Proteftans Prétendus Réformez renverfènt le vrai fèns des Saintes Ecritures, & lui en fubftituent d'autres tout-à-fait oppofez. Ce que nous allons dire dans le fuite en donnera une idée plus étendue; c'eft pourquoi (ans faire ici aucun préambule, je réponds à l'objection que l'on me fait fur la néceffité ablblue d'une Tradition dans l'Eglifè. La fâinte Eglifè Catholique Romaine

« 이전계속 »