페이지 이미지
PDF

PERSONNAGES.

LE SEIGNEUR. t
LE BAILLI. LA;
LUBIN.
ANNETTE.
UN DOMESTIQUE du château.
AUTRES DOMESTIQUES.

[merged small][ocr errors][merged small]

Le théâtre représente une campagne : on voit iin bois

d'un côté, et de l'autre un côteau. Sur le devant du théâtre il y a une cabane de verdure à moitié faite.

· LE BAILLI, LE SEIGNEUR.

(On entend un bruit de cors de chasse.)

ARIETTE DIALOGUÉE.

LE SEIGNEUR.

Bailli.

LE BAILLI.
Monseigneur, Monseigneur.

LE SEIGNEUR.
N'avez-vous pas vu mon piqueur?
Avez-vous vu le cerf? Mes chiens ont pris le change.

· LE BAILLI.
Ah! Monseigneur, c'est une chose étrange!
Il faut le décréter et le mettre en prison.

ez mainten, village

[ocr errors]

LE SEIGNEUR.
Un cerf? perdez-vous la raison ?

LE BALKI.
C'est un rapt.... . "

LE SEIGNEUR.

j'entends vers le bois...y
.. LE BAILLI.
Vous êtes sergneur du village,
Vous devez maintenir les lois.

LE SEIGNEUR. : Fiņitsez votre verbiage.

LE BÁILLI.
Lubin...

LE SEIGNEUR.
Le cerf?....
LE BAILLI.

Annette....
LE SEIGNEUR.

Mon piqueur
LE BAILLI.
Monseigneur, Monseigneur.

LE SEIGNEUR.
Finissez votre verbiage ;
De ce côté j'entends le cor.

LE BAILLI.
Monseigneur, demeurez encor.

ENSEMBLE.
LE SEIGNEUR.

LE BAILLI.
J'entends le cor.

Restez encor.

LE BAILLI.
Oui, Monseigneur, l'affaire est criminelle.

Annelle est fille ; et Labin est garçon; Ils s'aiment tous les deux.

LE SEIGNEUR.

La chose est naturelle.

LE BAILLI.
Quoi! s'aimer sans permission!

LE SEIGNEUR.
En faut-il pour s'aimer?

LE BAILLI.

Mais Annette est si belle !

LE SEIGNEUR.
Oui då! je ne la connais pas.

LE BAILLI.
Ah! Monseigneur, qu'elle a d'appas !

AIR : Quand la bergère vient des champs,
Annette , à l'âge de quinze ans,
Est ane image du printems :
C'est l'aurore d'un beau matin,

Qui ne veut naitre
Et ne paraître

Que pour Lubin.
Son teint, bruni par le soleil ,
Est plus piquant et plus vermei).
Blancheur de lis est sur son sein;

Mouchoir le couvre,
Et ne s'ents'ouvre
Que pour Lubin.

Sa bouche appelle le baiser;
Son regard dit qu'on peut oser;
Mais tout autre oserait en vain ;

C'est une rose
Qui n'est éclose
Que pour Lubin.

Ses yeux, qui savent tout charmer,
Semblent nous dire de l'aimer;
Mais un amant voudrait en vain

Se faire entendre :
Elle n'est tendre
Que pour Lubin,

LE SEIGNEUR.
Quel est donc ce Lubin pour être si chéri?

LE BAILLI.
C'est un drôle vraiment bien taillé, bien pourri.

ARIETTE.

Lubin est d'une figure
Qui met tout le monde en train ;
Sa gaité naïve et pure
Annonce un caur sans chagrin.
C'est l'instinct de la nature;
C'est le regard du désir :
Du bonheur c'est la peinture ;
C'est le rire du plaisir.

Il ne s'inquiète
De rien, de rien,
Et le caur d'Annette

Est tout son bien.
On ne les voit jamais dans le village,

C'est tous les jours fête pour eux.
Ils vivent pour eux seuls.

· LE SEIGNE U R.

Ils en sont plus heureus.
Le grand monde est l'écueil du sage.

W AIR : Une jeune batelière.
Ce n'est que dans la retraite
Qu'on jouit des vrais plaisirs;
Sans regrets et sans désirs,
L'ame est libre et satisfaite,
Heureux ! heureux dont le caur
Trouve en soi tout son bonheur !

« 이전계속 »