페이지 이미지
PDF

trop man^ë de raifin, avait un course de ventre qui l'avôit obligé à fe mettre à Ion aiie ; de forte, continue toujours Arlequin, que, comme je.n'avais point en. ore de nom ; mon pqre fe reffouvint de la peur qu'il avait eue & des paroles qu'il avait fi fouvent répétées.: çr-le chin. Et il me nomma Arlechino ,„ Arlequin. C'eft fort bien , ré-pond Cin-M thio :tiens» apute-t-ilî voilà une-ict-rtre que tu tâcheras de remettre à Eularia. Arlequin prend la lettre v & après. avoir fait le fignal convenu, il voit la.. Demoifelle qui-met la tête à la fenêtre ;.: mais comme le Docteur fui-vienr,. Arlequin fe retire de côté, & crie :/« G.açette>. la Galette \ le Docteur s'approche poux lachetter; maïs comme on lui dit qu'elfe eft en français,il prie le prétendu Gazetier de la lire, & de la lui expliquer eu . Italien. Après quelques lazis ,.. fur la difficulté d'être bon interprète, Arlequin fe retourne du côté de la fenêtre où eft Eularia,, .&I lit ii ;-.:,

Mefdames, je fuis envoyé par vos amoureux, & je le fuis moi-même, au«tant qu'on le peut être, de Diarnantine ,, votre fuivante ;. mais la rencontre de ce vieux rodrigue, a conftipé tQUjes, mes fondions. naturelles».

Le DOCTEUR.

Traduifez moi cela- maintenant, en Italien.

ARLEQUINS

De Per/ij le 37 Jour,.

Le Grand Sophi de Perfe revenant de la chafle & ayant chaud, but del'eau froide qui lui caufa une grande colique; une heure après, il accouch» d'un jeune Prince, qui fe porte bien.

Le DOCTEUR.

Le Sophi, accoucher d'un jeun* Prince!

ARLEQUIN.

Oui, tous les Sophisde Perfeont cr privilége; ( il continue de lire * en- fe tournant du côté d'Eularia ).

Les galants qui vous prétendent ew mariage, m'ont envoyé pour vous renj*lre un billet; mais à- moins que le: diable n-'emgoxte d'ici votre gros, an*»mal de papa mignon , il n'y aura pas

moyen de vous le faire tenir.

Le DOCTEUR.

Et cela fait en Italien?
ARLEQUIN.
De Milan Je $% £ Avril.

On a eu avis que dans l'Archipel', fîx Galeres d'Alger & quatre petits iVaifleaux de Tunis ont pris quatre efcadrons de Cavalerie» qui allaient en courfe fur cette mer.

Le Docteur lui arrache alors la Gazette, difant qu'il veut eflayer s'il ne comprendra pas quelque chofe à ce français : ( il feint de lire ce qui fuit ).

Il eft arrivé dans cette ville un fripon qui fait femblant d'être Gazetier , pour apporter des lettres d'amour à deux filles, exactement renfermées dans leur maifon; mais le pere s'en étant apperçu, va lui faire donner cent coups de bâton.

Monfieur, répond Arlequin., n'ajoutez point de foi aux Gazetes, elles ne difentpas toujours vrai. Le Do<5teu«4 fans l'écouter davantage , prend un bâton , & Arlequin fê fauve.

Une autre fois, il vient en géant; il fe plaint au Docteur que la porte eft trop bafle. Eh ! bien, continue-t-il, je vais me féparer en deux parties, dont l'une entrera dans la rnaifon, & l'autre reftera dehors. En mêoie-temps il fait le lazide fe couper en deux avec fon fabre , Se fautant de deflus fes chafles, mon haut de chauffe, dit-il. Entrez dans la rnaifon & venez me reprendre dans une heure. Cette extravagance le fait reconnaître;

Il y a ici une autre fcéne qui reflemble pour le fond à une qu'on a déja vue. Arlequin placé dans le cadre d'un miroir, eft habillé d'un côté comme le Docteur, de l'autre, comme Diamantine. Scaramouche ouvre le rideau qui le cache, & le Docteur croyant y voir fa figure, ôte fon chapeau, & Arlequin copie toutes fes attitudes; à Diamantine de même. Le Do&eur veut encore eflayer, il éternue j Arlequin éternue; le Docteur ôte & remet fon chapeau avec tant de promptitude qu'il le laifle tomber. Arlequin après avoir imité (es mouvemens fort du cadre pour ramafler le chapeau du Do&eur qu'il lui pré

[ocr errors]
[graphic]
« 이전계속 »