페이지 이미지
PDF

degradation de la bonne Comédie, une feule Troupe conferva la décence & la modeftie ; mais ce bon exemple ne dura pas alTez long-temps pour ramener les autres à la bienféance : elle quitta l'ItaJie & pafTa en Allemagne à la fuite de l'ElecTeur de Baviere, à Munie & à Bruxelles, & depuis au fervice de l'Empereur Léopold & de Jofeph, Roi des Romains.

I/aviliflement du théâtre avait néceflairement entraîné celui des Acteurs-: plus de mœurs , plus d'émulation, plus de talens; la Comédie Italienne était plongée dans l'ignominie , lorfqu'un jeune Acteur de la Troupe dont je viens de parler, entreprit de lui rendre fon ancien luftre : Pictro Cotta , dit Celio, commença par épurer le théâtre, & y remit avec fuccès les excellentes Piéces anciennes, telles que le Paftor fido del Guarini, YAminta del 'lajjo^ YAriJlodemo del Dottori ,, &c.

Ce bon exemple encouragea un autre Comédien à fuivre la même carriere aux dépens de fon intérêt, de fon travail & de fa tranquillité; ce fut Louis Riccoboni dit Lelio j dont nous aurons occafion de parler (buvent dans le cours de cette hiftoire : fes talens le firent choifir par fes camarades, qui le mirent & leur tête,quoiqu'il n'eut alors que 22 ans; le fuccès de fes travaux répondit aux efpérances de fes compagnons, & ils parvinrent à faire goûterau public plufieurs bonnes Tragédies, telles que la Sopkonis' be du Trijftno>-, le Torifmonde du Tajfe r Ylphigénie en tauride de Martelli, &c» mais il ne put engager aucun Auteur à compofer une bonne Comédie : les Acteurs mafqués de cetems auraient rebuté l'homme le plus entreprenant.

Lelio n'eut d'autre reflburce que de chercher chez les 'Etrangers ce qu'il ne pouvait trouver dans fa nation ; il eut recours au théâtre Français; les vieillards furent joués par le Pantalon & le Docteur; l'Arlequin & le Scapin furent chargés des rôles de Valets. Le Menteur de Corneille, la Prineeffe a"Elidc de Molière, furent traduites & récitées-, d'autres grandes Piéces furent réduites-, de petites furent alongées; quelquesunes même , telles que le Chevalier à la Mode & l'Homme à bonne Fortune- ,, furent fondues enfemble, le tout felon le goût de la nation, que Lelto familiaxifa ainfi peu à peu avec les Piéces fuivies & les intrigues vrai-femblables; enfin il mérita par fes travaux la réputation qui le fit défirer en France, où il vint en 1716 avec une Troupe qu'il avait été chargé de former pour M. le Duc d'Orléans Régent, & qui après la mort de S. A. S. obtint le titre de Comédiens du Roi.

Ceft à cette époque que je commencerai l'hiftoire du théâtre Italien,. après avoir parlé iuccinctement des différentes pérégrinations que les Italiens firent en France avant ce temps fous le nom. de Gelofi. ( 1 ) Henri III en fit venis pour jouer pendant les Etats de Blois » ils continuerent enfuite à repréfenter leurs Comédies fur le théâtre du petit Bourbon, (2) avec une grande affluencede peuple i leurs repréfentations furent interrompues par des dcfenfcs du Parlement, Se recommencerent trois mois après par ordre exprès du Roi; mais les troubles qui agitaient alors le Royaume , étant peu favorables aux ipectacles, ils fuient obligés de retourner en Italie.

( 1 ) ( Jaloux) doit être pris ici pour ambitieux de plaire.

( 2 ) Rue des Poulies; il fut abbatu en 1660 , torique l'on bâtit le périftyle du Louvre,

ÏS • ffifioiri •-'

lien vint une feconde en 15-94, une troifiéme en ij'88 ; mais l'une & l'autre ne demeurerent que peu de temps & ne laiflerent aucune époque remarquables. Henri IV en amena du Piémont une quatriéme qui s'en retourna deux ans après. Louis XIII en fit aulfi venir une cui ne refta qu'une année; & celle qui fut mandée par le Cardinal Mazarin en II645', n'eut pas beaucoup plus de fuccès, & fut remplacée par une autre qui fut elle-même fupprimée. Celle qui leur fuccéda. eur la permiflion de jouer à l'Hôtel de Bourgogne alternativement avec les Comédiens François; fur le théâtre du petit Bourbon avec laTroupe de Moliere, frenfuite furie théâtre du Palais Royal; car ce ne fut qu'au moment de la réunion des deux Troupes Françaifes fur le théâtre de la rueGuenégaud, que les Comédiens Italiens le trouverent feuls poflefleurs de celui de l'Hôtel de Bourgogne, où ils continuerent leurs repréfentations jufqu'au 4 Mai i6<?7 , que M. d'Argenfon, Lieutenant - Général de Police, en vertu d'une lettre de Cachet du Roi, fe transporta à onze heures du matin à l'Hôtel de Bourgogne, & y fit appofer les fcellés fur les portes des rues Maucon

Fe'il & Françaife, & fur toutes celles des loçes des Acteurs, auxquels il fut fait défenfes exprefles de fe préfenter pour continuer leurs fpectacles, qui furent fermés pendant dix-neuf ans.

Des perfonnages de t'ancienne Comédie Italienne.

Les Acteur? de l'ancienne Comédie Italienne étaient l'Arlequin, le Pantalon , le Docteur, le Scapin, le Beltrame , le Capitan , le Scaramouche , le Giangurgolo , le Mezzetin , le Tartaglia, le Polichinel &le Pierrot.

Les quatre premiers nous font reftés, tous les autres font difparus de deflus la fcéne; & le peu de faveur où la Comédie Italienne , proprement dite, fe trouve à préfent, ne laifTe pas préfumec qu'ils puifTent jamais reparaître.

Louis Riccoboni prétend dans fon hiftoire de l'ancien théâtre Italien, que J'Arlequin eft un perfonnage qui vient des anciens Mimes latins, qui avaient comme lui, la tête rafée, & que l'on appelloit Planlpedes; il cite ce pafTage à'Apulée dans fon apologie : Quidenim

« 이전계속 »