페이지 이미지
PDF

répondit pas à ce commencement, & •tout femblas'oppofer au fuccèsdu début .deDominiqùe; le choix d'une très-mauTvaife Piéce, d'n# très-mauvais rôle, ft'uri.habit moins avantageux & moins comique que celui de l'Arlequin .refroidit fon jeu , & fit beaucoup de tort à fes talens; cependant Lelio qui était a la «te de la Troupe -, & qui méritait *I'y €tre, foutint que cet Acteur «tait excellent, néceflaite; & la (uite.gin'tifia Çon opinion.

. .Dominique prit l'habit de Triveimi ^ui lui convenait mieux, & fe-rendii.Mrèsiitile dans les Piéces Françaifes ^que-les Comédiens donnerent par la fuite „& dans lefquelles il ne fit pas moins de plaifir que dans les Italiennes; il joua avec un fuccès égal différens cata&eres, & fur-tout un rôle .de fille d;Opéra, avec une fineue,& des graces inconcevables, & qui attira le. public.pendant long-temps. Nous parlerons à fa mort tte toutes les Piéces qu'il a données en ;qualité d'Auteur. l

LES VOLEURS A LA FOIRE.

r" • '-. .'• . - • fj; ;•::

: (iif Novembre JjTy^

.. Scapin, fameux filou, arrive avec Trivelin, qu'il initruit dans le métier de Voleur, dont il lui apprend les rf ours les plus fubtils \ le premier fe, déguife -en Seigneur, & le fecond.paflè :po.ur. fon Valet de Chambree ils volent Sca~ Tamouche, Maître d'une Hôtellerie; Pantalon y arrive, & dit à Arlequih fon valet, d'aller chez un Marchand sïecevoir cent louis; Scapin qui a entendu cet ordre, fe déguife en Marchand Juif, & vient propofer à Arlequin de lui prêter fîx louis fur une médaille d'or qui en péfe douze; il lui' promet dix douis d'intérêt pour une demie heure •feulement, parce que ce temps (ùffira pour retirer fes balots qui, font arrivés. •Fendant qu'ils achevent ce marché.; Scapin prend la bourlè à Arlequin qui •s'en apperçoit, & ne la veut point lâcher; Pantalon arrive, & Scapin lui dit qu'il eft un honnête Marchand, à gui Arlequin veut voler la bourfe; fie pour preuve de ce que je dis, ajoute-1 H-Hi on trouvera dans ladite bourie quatre-vingt-quatorze louis & une mé•laïlle qu'il dépeint ;'P.inralbn vérifie ce que ditScapin, & querelle fon valet» tqui ne peut trouver le moyen de fe juftifier , parce qu'il eft tour à tour in'terrofnpu par'les plaintes.de Scapih Ôc -les reproches de Pantalon. : ^Brffin Scapin étant 'parti avec ':la "bourfe, Pantalon demande à Arlequin 3hu-1i été recevoir les cent louis; Arletjuinluidit qu'il les a reçus, & lui: raconte tranquillement fon hiftoire avec 4é 'Marchand Juif: Pantalon eft furieux -déAfoir qu'il a aidé à fe voler lui-même; •r& Arlequin à fon tour le.querelle& finit .par femocquer de lui.

Le Docteur avec fon fils & Lelio avec fa fille Silvia arrivent chez Pantalon pour voir la: Foire de Baucaire, '& Arlequin eft chargé par fon Maître d'allerà la Douane retirer leur valife; .Trivelin qui en eft inftruit, vient audevant d'Arlequin habillé en Acteut d'Opéra, & feignant de ne le pas voir, il fe- défefpere de ce.qu'un de fes principaux Acteurs eft tombé malade; l'Opéra doit commencer dans une ,.: •:: heures îieure j il fait fennblant d'étudier le rôle qui manque, 8c fe fâche de n'en pou-. voir venir à bout; il continue cepen-dant à chanter , & s'interrompt de temps en temps, en difant qu'il don-? nerait volontiers cinquante piftoles à

3ui voudrait jouer ce rôle; il ajoute ix livres de macaroni & fix bouteilles de vin d'Efpagne. Arlequin ouvre les oreilles & fe met à répéter ce que l'Acteur chante. Trivelin paraît charmé. Se encourage Arlequin, en lui difant qu'il a la plus belle voix du monde; il lui apporte un habit de Cupidon , qui eft le rôle de l'Acleur qui manque: pour le faire mieux reflembler à ce Dieu, il lui met un bandeau fur les yeux , Se enfuite emporte la valife. Arlequin continue à répéter fon rôle. Lelio le prend pour un fou ; Arlequin croyant parler au Directeur de l'Opéra, lui demande s'il fçait bien fon rôle. Lelio lafle de ce badinage, veut lçavoir où eft fa valife , & ôte le bandeau d'Arlequin -, qui lui dit de le laifler tranquille, qu'il ne peut pas porter (a valife, parce qu'il faut qu'il aille à l'Opéra (aire le rôle'd» l'Amour. Lelio à force de le queftiotiner, apprend enfin la vérité, court Tome I, i.'

après le voleur, Se Arlequin fort gras vement de 1 autre côté, en continuant de répéter fon rôle.

Pantalon voulant troquer de la vieille vaiflelle d'argent pour en acheter de neuve , dit à fa fille Flaminia qu'il s'en eft accommodé avec un de lès amis qui la doit envoyer prendre; mais il lui ordonne de ne la mettre qu'entre les mains de celui qui apportera la montre qu'elle connaît bien.

Trivelin vient déguifé en Marchand & pourfuivi de (es camarades déguifés en Archers qui le faififlent, comme pour le mener en prifon; il s'écrie qu'il eft bien malheureux d'être ainfi traité pour une miférable fomme de mille écus, tandis qu'il a chez lili dix fois plus d'effets qu'il n'en faut pour l'acquitter; il implore le fecours de Pantalon, & le prie d'écrire pour lui à fa fille, parce que, dit-il, en montrant Ton bras en écharpe, je rie fuis pas en état de le faire moi-même i Pantalon ne peut lui réftifer ce fervice, & écrit fous la dictée de Trivelin : » Ma fille, ne manquez 33 pas de donner au porteur ce que vous fçavez- bien ; «* tandis que Pantalon écrit ce billet, Trivelin lui vole là montre,

« 이전계속 »