페이지 이미지
PDF

fichoraginm thimelicum pqffïderem? JSTuiri ex eo argumentare ctiam uti me confueffe Trag&di fyrmate s Uiflrionis crocota ^ Mimi centuneulo.

Il n'efi pas douteux que ce mot Mimi centuneulo, défîgne l'habit d'Arlequin j fon mafque ne l'eft pas moins par fulgine faciem ohducli, & ce trait der iVoffiu* peint fa tête rafée „ fanniones Mimum agcbantrajïs capitibus ( i ).

Le mot Ai fanniones ( Bouffons ) me paroît d'une grande autorité j l'Arlequin & le Scapin font appelles en Italie Zanni ou Sanni, & Cicéron dit ( de oratore) quid enim potefi tam ridiculum quant fannio ejfe? Qui ore, \ultu 3 imitandis motibus.voce, denïque corpore ridetur ipfo (2). Il n'y a perfonne qui ne voie Arlequin peint au naturel dans ces paroles de Cicéron. Térence dît dans & Comédie de l'Eunuque , folus fannio fervat domi\ ce qui prouve que fannio eft le nom propre d'un Valet de cette Comédie,. maïs tous les autres mafques font vraifemblablement modernes i û

( 1 ) Les Bouffons repréfentoient leurs Pantomimes , la tête rafée. , (* Quoi de plus ridicule, que de contrefaire le Bouffon, &c.

•e n'eft le Polichinelle qui reflemble beaucoup au Maccus, Aéèeur des Atteîanes des Latins.

L'anciencaractere de l'Arlequin étoit feulement d'être balourd & gourmand; mais les modernes & fur-tout les Auteurs Français lui ont donné de l'efprit & même de la morale.

Le Pantalon moderne differe de l'ancien feulement par le vêtement, qui en a confervé le nom, c'eft-à-dire, par le calçon qui tenait autrefois avec les bas ; le refte de l'habillement eft celui que l'on portait autrefois à Venife : la premiere robe eft appellée Zimara, & eft à peu-près celle que hs Marchands avaient dans leurs boutiques; l'habit de deffous eft le même que l'on portait par la ville & qui était commun à tou*tes fortes de perfonnes ; il était rouge alors, & ce n'eft qu'après que la République de Venife eut perdu le Royaume de Négrepont, que l'on changea , en figne de deuil, cet habit rouge en noir, & depuis on l'a toujours porté de cette couleur. Pantalon a le màfque d'un vieillard; fon état eft ordinairement d'un Marchand ou d'un Bourgeois; fon caractere eft celui d'un homme fimple fie de bonne foi, mais toujours amou-. reux & dupe , foit d'un rival, foit d'un fils, d'un valet, d'une fervante , ou de quelqu'autre intriguant. Depuis le dernier fiécle on en a fait tantôt un bon pere de famille, un homme plein d'honneur , tantôt un avare ou un pere capricieux , fuivant en cela l'exemple de Plaute, qui a fait Tes vieillards, foit vertueux , foit vicieux, felon la néiiéççflité de la fable qu'il traitait ; mais fon langage doit toujours être Vénitien ainfi que fon habit ( i ).

Le DoBeur, tel que nous le voyons aujourd'hui , eft différent de l'ancien; fon habillement a efluyé quelque réforme à fon arrivée en France ; le changement ne peut que lui être avantageux* puifqu'il en eft devenu plus chargé & plus comique; fon langage eftBoulonnois, & fon caractere eft celui d'un bavart éternel, qui ne parle que par fentences & par de mauvaifes citations latines.

Le Scapin porte un habit de livrée, un manteau j un bonnet & une dague; il parle Bergamafque ou Lombard , ainfi que l'Arlequin; fon caractere eft

( i ) Ceft Ruzzante qui a introduit les différens dialectes des Afteurs mafqnés dans la Comédie Italienne.

«elui des efclaves des Comédies de Plaute & de Téïence, intriguant, fourbe & toujours prêt à fervir les entreprifes de la jeunefTe libertine.

Le perfonnage de Bekrame eft peu connu; fon mafque & fon habit font à peu près femblables à celui de Scapin , & fon emploi fans doute était le même : Nicolo oarbieri, qui vint en France fousle regne de Louis XIII, eft Je feul dont le nom foit refté.

Le Capitan ( i ). eft tiré de ceux de Plaute pour le caradlere; fon habillement était compofé d'un large manteau, d'un bufle & d'une longue épée. Lorfque Charles-Quint vint en Italie, on imroduifit un autre Capitan Efpagnol, qui effaça bien-tôt l'Italien, parce qu'il était plus outré; fon rôle était de dire des f nfaronades , & de recevoir des coups de bâton de l'Arlequin. Le Giangurgolo ne différait gueres des autres Capitans, fi ce n'eft qu'il parlait Calafrrois.

L'habit du Scaramouche Napolitain eft une imitation de l'Efpagnol en Ita

[ocr errors]

lie; fon caractere était aufli celui de* Capitan ; mais comme Tiberio Fiorilli, qui parut le premier en France fous cet habit, était un excellent Comédien, on lui fit jouer toutes fortes de rôles : le fond de fon caractere fut toujours cependant fanfaron & poltron tout à la fois.

Le Me^etin fut un perfonnage inventé pour le théâtre Italien en 1680 par Angelo Conftantini, qui avait été appelle pour doubler le fameux Dominique dans le rôle d'Arlequin. Comme il était fouvent oifif & que le rôle de Scapin manquait, il en prit l'emploi & le caractere, mais il en changea l'habit, qu'il compofa d'après les defTeins de Calot, d'un bonnet, d'une fraife, d'une petite vefte, d'une culotte & d'un manteau d'étoffe rayée de différentes cou-: leurs.

Celui du Tartaglîaeft imaginé d'après les mêmes defTeins; un bonnet, une fraife, une vefte, un manteau de toile rayée en travers, de larges culottes & une paire de lunettes, compofent fon déguilêment; fon caractere eft celui d'un imbécile, & fon parler bégue , ce qui fournit quelquesfois du comique à la fcêne.

Le Polichinelle eft, comme je l'ai dit;

tiré

« 이전계속 »