페이지 이미지
PDF

fc toujours peine à fe déterminer & à concevoir cette aventure : à deux lieues de Paris r dit-il, les amans y pleuvent dès qu'il y paraît des filles; que fera-ce donc au milieu de la Ville? Voilà comme le coquine de Pafquella les % gardées;

ARLEQUIN.

Faix, parlez bas, Crainte de l'éveiller.

L ELIQ

Comment, ellen'eft pas encore levée?

ARLEQUIN.

Pardonnez-moi; mais nous avons déjeunes enfemble, & elle s'eft recouchée enfuite pour dormir»

L E L I O.

M. Pantalon, je vous avais prié de fis lui point donner de vin»

PANTALON,

H ne-faut demander que des chofejs raifonnables; voulez-vous que je la

iaifle mourir d'inanition dans un cabaret?*;

. ' -: , . - • • . ^'' LELI O. j

Il fallait au moins remplir,fe place,. & empêcher mes filles de parler: à. perfonne.

PAN TA L ON.

Ces Meffîeurs amenent ici des Dames Italiennes, fort honnêtes; ils apprennent qu'il y a d'autres Italiennes qui y logent; peut-on refufer.de l$s: laiflèr parler enfemble *

;?

LEL lO..
Des Dames Italiennes!

FLAMINIA..

[ocr errors]

Oui, mon pere; laSignora Cecihg: & ial tante qui venaient aoi-deVanf de. nous. , :r.

Ielio demande à les voir; la Signora; Cecilia paraît; il l'embraflê, la trouve charmante, : & en, devisât amoureux,.

fant l'air du Port-à-l'Anglais eft contagieux. Les trois mariages fe décident; Se en attendant que le dîner foit préparé , la Signora Tontine donne un, plat de Ton méner , & chante ces courplets avec la Signora Cecilia,

CE CI LIA..

Un amant avec ce qu'il aime r
En ces lieux fait un bon repas;
Si Cornus en fait un Carême,
t'Amour en fait an Mardi grass.

TONTINE,

Pour répoufe jeune & gentille „
Qui s'échappe & fait le plongeon};
Nous gardons la carpe & l'anguille.i5
Maris,., avalez le goujon- .

On danfe plufîeurs entrées de BâteEere & de Lavandieres*

Je me fuis un peu plus étendu.furcette Comédie que je n'avais projette: de le faire; mais comme c'eft une Piéce; qui fait époque pour lethéâtre-Italien, j'ai cru devoir la faire connaître entierement ;. 6c.lois que j'ai voulh donnso: l'efquifle de quelques fcênes, le naturel & Ta vivacité du Dialogue m'ont tellement entraîné ou féduit, que je n'ai pu me refufer de présenter tous les traits qui fe font offerts en foule à ma plume, &

?ui,fans doute, ont fait le mérite de cette iéce, d'ailleurs afTez faible d'intrigue, mais pleine de -graces & degaîté; elle fut donnée pendant deux mois de fuite:; elle eft la premiere d'Autreau,.

[graphic]
[ocr errors]

LE PERE PARTIAL.
2Q Mai' 17:18»-

Lelio donne toutes fes affections à, Flaminia fa fille ;.& fon fils Mario n'eft au contraire que l'objet de fon indifférence & même de fon indignation „ qu'il'irrite encore, en blâmant les manieres françaifes que fon pere a adoptées» pendant un long féjour qu'il a fait à. Paris. Flaminia les approuve beaucoup: au contraire, parce qu'elle trouve fon compte dans la liberté qu'elles lui.procurent; elle en devient plus chere à fon pere,, qui la.laiffe aller aux bals ,aux promenades & aux fpectacles; & tous les plaifirs deviennent le prix de fa complaifance:

Un jeune homme nommé Silvio ;. qui a long-remps fervi en Fiance, pafle par Venife-, voit Flaminia, & en eft. amoureux; elle répond à fa paflîon y Mario les furprend & fait tant de bruit i que Lelio accoutr, & ayant appris de Silvio qu'il eft Français, il querelle fon fils & te chaflè de. u-saaUon., &xi%

« 이전계속 »