페이지 이미지
PDF

troduit le prétendu Français, qu'il préfente & recommanda lui-même à fa^ fille.

Pantalon, frere de Lelio, à qui Ma-rio a été fe plaindre de la dureté dj* lbn pere, vient lui en faire des reproches^ ainfi que de fon penchant ridicule pour les Français; Lelio dit qu'il veut être maître dans fa maifon; & poulie à bout par fon frere, il donne à Silvio un logement chez lui.

Nos deux amans allaient donc jouir en paix du plaifir de s'aimer & de fe le dire à chaque heure du jour , lorfque le Docteur, oncle de Silvio , ayant appris qu'il était à Venife, vient le trouver; Silvio commence par-vouloir le méconnaître;: mais il eft obligé d'avouer fa fourberie, & Lelio eft trèscourroucé de cette impofture ; Flaminia ne montre pas moins de colere en apparence; mais comme elle fçait que tous ceux qui font préfens n'entendent point le Français, elle fe fert de cette langue pour exprimer fes véritables fentimens à Silvio ;,il lui répond de même; & crainte d'être fbupçonné d'intelligence, ils paraiflent s'emporter beau'coup- l'un & l'autre, en accompagnant les-exgreffions les plus tendres desgeftes décolere & de haine; ce qui produit une fcêne vraiment comique.

C'eft l'ordinaire des amans, de ne penfer qu'au préfent, & point du tout a l'avenir; ceux - ci fe trouvent dans le plus grand embarras , lorfque le: Docteur veut emmener Silvio , & que Lelio ordonne à fa fille de fe difpofer à recevoir la main du Comte O&avio;, a qui il l'avait promife; mais fiFlaminia manque de prévoyance, elle ne: manque pas de préfence d'efprit dans le befoin; elle demande à voir encore une fois Silvio, afin, dit-elle, de lui remettre (es lettres, & fous ce prétexte elle lui en fait tenir une , dans laquelle elle lui donne un rendez-vous; il s'y trouve & l'enleve; mais Pantalon en allant à fa campagne , les rencontre; dans une gondole, la fait arrêter, fait mettre le ravifleur en prifon & enfer^ mer fa niéce dans fa maifon : ce qu'il vient apprendre à Lelio , qui lui marque beaucoup de retfonnaiflance; il! convient de. fon injufte prédilection; pour fa fille,.& rend fe tendrefle à.fon fils, ce qui termine ra Piéce d'une maniere aflefc froide v aufli lorfque l'Acteur revenait pour annoncer, Arlequins l'arrêtait poux lui demander fi laPiéceétait finie y en ce moment on voyaîç au fond du théâtre Scapin ,. valet dit ravifleur Silvio, traîné par les Sbires „ & Arlequin tombait fur eux en les re-: conduifant à coups de batte,. ce qui fait toujours un bon dénouement pour' une Piéce Italienne : malgré ces défauts», celle-ci fit long-temps plaifir ,. à caufe des fcênes Françaifes qui étaient vivement dialoguées entre Flaminia & Sil•via, qui jouait le rôle de Silvio, & raviffait tous les Spectateurs dans ce déguifement. Ce Canevas eft de Riccoboni le pere.

L'Auteur des Lettres fur les Spectacles qui paraiflaientalors,accufe celui de cette Piéce, de n'avoir pas affez rempli fon titre du Pere Partial ., quoiqu'il^ fbit beaucoup trop; il eft vrai qu'ilL'eft moins que lui*.

[graphic]

LES AMOURS A LA CHASSE. ta Juillet 1718.

Cette Piéce que l'on doit plutôt regarder comme un divertMIèment, que comme une Comédie , fut allez bien, imaginée ..pour faire entendre au Public deux Cors de ChafTe Allemands qui fe trouvaient alors à Paris ;- elle ne ferait, pas même fans mérite, fi le reproche qu'on lui fit de trop reflembler à la Princefle d'Elide,. eût été moins fondé.

Flaminia,. fille de Pantalon, ne fe plaît que dans les bois, n'aime que }* Chafle y l'amour n'a pu la foumettre, & les foins & la contenance de Lelio n'ont pu toucher fon cœur.

Une fête que. cet amant a fait préparer , doit décider de fon fort; & s'il ne peut rendre fa maîtrefle fenfible, il eft réfolu de partir-, afin de tâcher de fe guérir par l'abfence. Trivelin fon valet, profite de cette circonftance, & s'avife d'un ftratagéme propre à éprouver les véritables fentimens de Flaminia gour fon maître ; il feint qp'auttefois charmé d'une jeune perfonne qu'il' a connue à Ferare, & farigué des rigueurs continuelles de Flaminia, Lelio va partir pour reprendre fes nouvelles chaînes : cet artifice produit fon effet; Flaminia eft outrée de dépit & accable Lelio de reproches; la colere qu'il fait éclater contre Trivelin, la confirme encore dans cette penfée; les Chafleurs arrivent, & ne voulant plus écouter fonamant, elle part pour la Chafle, mais avec le trait dans le fond du cœur; elle, ordonne de fonner le départ afin de difliper fon chagrin; mais au lieu de fon&vifs & guerriers, les Cors n'en donnent que de tendres & de languiflans y. elle ne fçait à quoi attribuer ce changement : & fon embarras redouble, quand tout à coup elle voit l'Amour fortir d'un buifTon de rofiers & s'avancer vers elle avec fa fuite; il'lui fait de tendres reproches fur fon infenfibilité paffée, & lui apprend que c'eft lui qui a fait naître dans fon coeur le changement qu'elle a reffenti depuis peu; il ordonne en même-temps à fa fuite de célébrer fa victoire, & il fe forme une lutte entre les Amours & les Chafleurs r >qui eft imitée, par les inftrumens entre && Violons & les Cors;les Amour*

« 이전계속 »