페이지 이미지
PDF

Le MARQUIS,à parc. Ah! quel bonheur I on va rn enfermer atvec celle que j'aime!

SI L VIE, a.part. O ciel! que va-1- elle faire? ATèaFermer feule avec un Amant aimable , quel péril pour ma fagefle; ah! de grace, Madame, ne me faites point enfermer avec cette perfonne-là;

MELUSINE.

Eh! pourquoi ce dégoût?
SI L V I E.

Madame, c'eft l'unique grace que je yous demande.

MELUSINE.

Puifque vous haïriez cette perfonnelà, je fuis charmée de cette antipatie» votre haine fera votre fupplice. Lutins , qu'on les emmene.

JRIVELIN, irfxà Silvie &- au Marquis.

Allez, je penferai à vous; Melujïne) vous les avez aflbrties à merveille» vous entendez parfaitement bien à les punir; je crois qu'elles ne feront gueres tranquilles dans la prifon où vous leî envoyez. Les y laiflerez-vous longtems?

MELUSINE.

Mais , non; un derai-fiecle feulement.

TRIVELIN.

Ma foi, ils s'y ennuyeront à la fin.1

MELUSINE,

Et vous, Lutins, qui me fervez de figes, je vous abandonne pour vos menus plaifirs le Valet de cette incoatiue. Vous, Trivelin, fuivez-moi.

TRIVELIN,/TM/.

Suïvons-la, & cherchons les moyens de délivrer mon Maître d'une [captivité fi terrible : être enfermé cinquante ans avec une jolie femme 1 cela eft laflant.

Les Lutins profitent de la permif"fion de Melufine. jouent plufieurs tours comiques à Arlequin, Valet de Silvie.

Le Marquis & Silvie paraiflent enfermés, il parle de fa paffion à Silvie fans fe découvrir, & celle-ci paraît fort agitée des fentimens que fon Amant lui fait partager. Trivelin les fépare par ordre de Melufinej cette Fée paraît avec fa ceinture magique pour éprouver le Marquis, comme elle a fait à Silvie dont elle a pris-la figure.

Le MARQUIS, fans voir Mélufine.

Quoi! charmante perfonne, je»ne vous verrai-plus !.. ( en lu prenant peur Silvie) Ah ! la voilà, ô ciel! quel heureux retour!

MELUSINE.
Que je le punirai cruellement, fi...

Le MARQUI S.

Par quel miracle vous revois - je? Dans l'inftant même qui fembl'ait nous feparer pour jamais , Melufine....

MELUSINE.

Melufine a changé de fentimens, & Je vous jure que je fuis ravie de fon inconftance; elle me renvoie auprès de ce qui m'eft le plus cher au monde.

Le MARQUIS.

Quoi! vous m'aimiez! Eft-il poflîble?

MELUSINE. 'Quel eft donc ce tranfport?

Le MARQUIS.

; Ah! je ne puis: vous raire que je

fuis Ce tendre Amant que j'ai voulu tantôt vous faire voir.

M ELUSINE, à part.

Qu'entens-je! quel furprife! & je les avais enfermés enfemble.

Le MARQUIS.

Ces habits ont-ils pu vous tromper fî long-.tems? Le feu de mes regard», la tendrefle de mes expreflîons, tout ne vous difait-il pas que c'était l'amour qui vous parlait.

MELUSINE, à part.

Elle ignorait fon fexe , je refpire.

Le MARQUIS.a^rt.

Elle eft ofFenfée de l'aveu que je viens de faire.

MELUSINE, àpart.

Ce n'eft point-là une fille, quoi! ferai je toujours la dupe des habits ... Mais quel nouveau tranfport m'agite! Que ce Cavalier eft aimable fous ce déguifement!

_ Le MARQUIS, à part.

Elle eft très-chagrine de trouver un homme où elle ne voyait qu'une femme* MELUSINÊ.

Croyez-moi, ceiTez de m'offrir un cœur qui m'embarraffèrait, préfentez-le plutôt à Melufine.

Le MARQUIS.

A Melufine! fi donc.

M E L U S I N E. Fi donc! Eh! pourquoi, fi doncr; s'il vous plaît?

Le MARQUIS.

Eh ! Mademoifelle, pouvez-vous me TaiHer fi impitoyablement; vous me propofez d'aimer Melufine : après vous avoir vue, la propofition eft - elle faifable?

M EL U S IN E.

Je la trouve très-faifable , moi; vous n'avez point de goût, vous êtes un petit écervelé ; je mefentais du penchant pour vous.

°- Le- M A R Q U I S.

Vous vous Tentiez du penchant pour moi, & vous me confeillez d'aimer Melufine, comment cela saccorde-t il? D'ailleurs eftrelle faite pour être aimée!

MELUSINE,

« 이전계속 »