페이지 이미지
PDF
[ocr errors]

Le jaloux Pantalon infulte à ma vertu.

P H I L O T A S.

[ocr errors]

Les maris ont toujours des vifions cornues.

Artemire lui apprend que Triveli» eft chargé de la faire mourir; Philotas l'allure qu'il en aura menti: il lui offre d'aflembler fes amis ou plutôt det l'enlever pour éviter le feandale.

ARTEMIRE.

Que me propofez-vous ? ah ! Philotas, je n'ofê Accepter le parti, ni refufer la chofe.

Trivelin furprend Philotas, le menace , & ce dernier fort, afin, dit-il » do s'être pas témoin de fes forfaits.

TRIVELIN, à Artemire Vous avez avec art ménagé fa vifite.

ARTEMIRE.

Je ac vous entens pas,

TRIVELIN.

Taifcz-vous, hipoerîtej Je fai tout le pafle; Philotas vous fut chef»

Mais bafte, choilîflez du poifon ou du fer.

AR.TE MIRE. S: ï

Beau cérémonial quand il faut qu'on trépafle ,

Donnez le fer, donnez , pour mourir tout d'un coup.

'• SCARAMOtJCHE,.'

ÎAtrêtez, rengainez:

TRI VELIN.

Que fais-tu, téméraire;

SCARAMQUCHE.

Tout ce que Pantalon m'a commandé de faire.

Il apprend à Artemire que fon époux înftruit de fon innocence, a fufpendit fa colere. (Artemire fort?)

TRIVELIN,/«/.

C'en eft donc fait, mon efpoir eft détruit.

; . . .' e ::

Ne perdons pas fi-tôt le nom de fcélérat;
Je me reprocherais de n'avoir pris qu'un rat

Il projette alors de faire croire à Arlequin quArtemire eft devenue.amou^ reufe de lui; il me croira , dit-il, facilement. Je l'introduirai dans l'appartejment d'Artemire * & alors:

Ma main meurtriere Ofera fans pitié le percer par derriere.

t

Que vois-je! le foleil a les pâles couleurs }
N'ofe-t-il éclairer de fi noires horreurs!

• • - - . . . . - - .

Grand Dieu qui m'écoutez, je fais pacte avec vous;

Sùfpendez quelqu'inftant votre jufte cour-M roux. (

Je fuis un grand coquin, ma mort efl légitime;

Mais ne me punifloz du moins qu'après mon crime..

Pantalon arrive accompagné de Braillarde* , Avocat du village, qui l'allure de la vertu de fa femme, il ajoute :..

D'ailleurs quand il ferait arrivé quelque chofe,, Croyez-vous être un texte à couvert de la

glofe.î Non , non , aflurez.-vous que Pantalon n'eft

pas. .. En ctla mieux traité qne tous les Avocats.

PANTALON..

La confolation cft belle anurémenr».

BRAILLARDE T.

Aimeriez-vous mieux être en augufte affem

blée Reconnu pour cornard en Juftice réglée?

PANTALON. .

C'en eft fait, je me rends à vos juftes raifons.

Trivelin accourt apprendre à Pantalon ». qu'il vient de trouver dans les bras d Artemire, Arlequin qu'il a poignardé.

PANTALON,^ Braillardeu » - Vous m'avez donc trompez?

BRAILLARD ET.

Seigneur, un feul témoin bien fouvent fe

recufe, Puifque tejlis unus, en droit, tejlis nullus.

PANTALON.

• •; .:

Braillardet, vainement vous voulez contefter , Je fuis cocu, vous dis-je t

BRAILLARDET.

Ah! fi vous voulez l'être, Je n'y contredis point, vous en êtes le maître.

Paatalon ordonne à Braillardet d'inftraire le procès de la coupable, & Braïllardet fort pour drefler la Sentence. Artemire vient pour fe juftifier , Pantalon refufe de l'écouter.

ARTEMIRE

Par votre barbe enfin que j'ofe conjurer; Donnez-moi le trépas fans me deshonorer. Sachez que Trivelin, ce monftre qui m'of

fenie, Voulait de votre lit avoir la furvivance j .It fi j'eufie approuvé fon barbare deflein , Le traître contre -vous aurait armé fa mainPantalon n'en veut rien croire. . Ar'temire continue à fe juftifier Se lui apprend avec bonne foi qu'elle n'a jamais pu l'aimer , parce qu'elle avait le cœur pris pour Philotas ; mais elle ajoute:

Je Vous donnai ma foi, fi je l'ai mal' gardée, En vérité, Seigneur, ce ne fut qu'en idée.

Un A R C H E R, à Artemke. Madame, tout eft prêt, on n'attend plus que

ARTEMIRE.^

Allons, (elle fin).

PANTALON.

Hic mourra l'ingratte, l'iafiieHfci

« 이전계속 »