페이지 이미지
PDF

perdue. Arlequin fe moque d'elle, faute* danfe, & donne la baguette à Silvia, parce qu'il veut qu'elle (oit auffi la maîtrefle à fon tour; Silvia prend Ta baguette & tous les efprits accourent à Tes ordres , elle en a peur, & Arlequin les rofle d'importance. Ils vont enfuite faire quelques reproches à la Fée, mais Silvia dont l'ame eft bonne & généreufe > prie Arlequin de ne la plus tourmenter»

ARLEQUIN.

Je lui pardonne, mais je veux qu'ont chante & qu'on danfe; nous irons après nous faire Roi quelque part, & je donnerai à Trivelin , plein fon chapeau de liards pour le remercier de nous avoir. £ bien fervi.

Cette Piece eft la premiere que MV de Marivaux ait donnée au théâtre Italien. On admira la vérité des caracteres & la finefle du dialogue dans lequel il a toujours excellé. Elle réuflît beaucoup, & a toujours été revue avec le même plaifir..

Pendant les vacances de Pâques, les Comédiens firent changer la toile qu'ils avaient fait mettre lors de leur rétablit? fèment en 1716. Elle repréfentait un Phénix fur un Bûcher, avec ces mots pour devife: Je renuis. Ils firent remettre fur celle qui la remplaçait, k Mufe Thalie, couronnée d'une guirlande de lierre, tenant un mafqueàla main. Cette figure de grandeur nar urelle était accompagnée de quatre Médaillons, repréfentant Ariftophane , Eupolis, Cratinus & Plaute. On voyait au haut de la. toile un Soleil, & ces deux vers au bas.

Qui qiueric aîia his ,
Malum videtur quxrere.

Cette devife ayant déplu à certains Critiques , on la changea & l'on mit à fa place, celle qui y eft reftée depuis» jufqu'à la reconftruciion du Théâtre et* 1760 , & qui eft tirée d'un vers d'Ho-. jrace.

Sublato jure nocendi.

. — - - .

La nuit du 6 au 7 d'Août, les Co-! médiens Italiens donnerent Ut Bal gratis j pour contribuer par quelqu'enaroit à l'allegrefle publique caufée par le rétabliffement de la fanté du Roi; ils avoient deux jours auparavant donne dans la même intention, fur le théâtre du Palais Royal, une Piece nouvelle en troiis actes, intitulé*, Pantalon & Arte— quin j cocus fans femmes. Elle étoit toute Italienne; le premier acte & fur-tout les premieres fcènes, promettaient beaucoup; mais le refted'e la Piece ne répondit point au commencement, & elle n'a pas été rejouée depuis.

Le 17 du même mois, la Demoifelle Lalande,éleve deLegrand, Auteur & Comédien Français , débuta par les rôles de Junon & de Colombine, dansh. Comédie de Danaé, & fut reçue à: demi-part le 24 du.même mois^ elle• parlait fort bien la langue Italienne pourune Françaife, & le Public la vit toitjours avec plaifir dans les rôles d'Amour Teù(e & de Soubrette qu'elle coatis oua de jouer jufgu'à fa mort,.

[graphic]

LE DOUBLE MARIAGE

D'AiLEQUI N.

Piece Italienne en trois .actes*
12 Mai Ij2i.

La Piece commence par une conversation -fort tendre entre Lelio &Flamijfia fa MaîtrefTe, fille unique de Pantalon, qui la tient fort reflerrée. Dans le -tems ne leurs plus vives proteftations, -Pantalon appelle fa fille & paraît; Flaminia baifle fon voile & prend la fuite, Pantalon court après elle pour voir û •ce ne ferait pas fa fille. Lelio, après s'être en vain oppofé à fon pafiàge,le fuit pour empêcher qu'il ne la maltraite. Flartiinia ayant évité fon pere, revient & ne retrouve plus fon Amant, elle en eft fort en peine ; Arlequin qui la trouve dans cet embarras, lui dit qu'il eft lui-même fort à plaindre, parce que Scapin le veut faire .mettre en prifon pour cent écus de fromage qu'il lui doit -& qu'il ne peut lui payer; dans ce moment Flarninia entend la voix de fon pere, ôte vite fa jupe & fon voile & en •couvre Arlequin, lui promettant de le. yécompenfer. Pantalon arrive tout effouine avec Lelio, & fait une longue mercuriale à Arlequin qu'il prend pour fa fille; il lui reproche avec emportement le tort qu'elle fait à fa famille en courant ainfi après un Amajit. Lelio trompé comme le vieillard, s'oppofe à fes violences, & pour les calmer, lui demande Flaminia en mariage. Pantalon y confent& les marie furie champ. Après s'être bien diverti de leur méprife, Arlequin fe découvre, & d'un ton comique leur dit: o caro padre! ô amato conforte! l'Epoux prétendu fe retire tout confus, & Pantalon plus en colere que jamais, appelle Flaminia qui paraît dans fes habits ordinaires, &: foutient à fon pere avec fermeté , qu'elle n'a pas forti de la maifon, ce qui fait croire à Pantalon, qu'en effet il a pu fe tromper & courir après Arlequin qu'il a pris pour fa fille.

Le Docteur arrive, Pantalon le préfente à Flaminia comme un homme qu'elle doit époufer dans la journée. ( Lelio paraît au fond du théâtre ) Flaminia ne fachant comment parer ce fâcheux mariage , s'avife d'en fuppofer un autre, en difant qu'elle a promis fa foi à Mario, fils du Docteur, avant;

« 이전계속 »