페이지 이미지
PDF

XiK.: Que je chéris mon cher Voifin*

Il aime ce compere-là i

A nous en faire accroire.

I P H I S.

Je vois fort bien que l'Opéra
Gâte fouvent l'Hiftoirc.

Hercule dit qu'il va faire préparee une fête pour Omphale, & il rentre avec Iphis.

Omphale paraît avec deux Commeres; la premiere vante à la Reine la complaifance d'Hercule, qui apprend à filer pour lui plaire. Omphale répond qu'il elt un balourd, qu'il a cafle tout les fufeaux, elle avoue qu'elle lui préfere un fileur plus allerte j la feconde Commere nomme Iphis.

O M P H A.L H

En devinant mon choix vous le juftifiez.

I P H I S, à part fans voir Omphale,

Que fais-je malheureux? J'ofe aller fur les brilées d'Hercule, il eft mon ami & même un peu mon Maîtr*. Que ferai je, moi, franche mafette, contre un rival qui aflbmme les Lions à coups

Y y

de poing, qui rofle les Géans comme des pigmées, qui étrille les Centaures comme des baudets; enfin qui a balayé lui feul toutes les crottes des étables qui avoient fait bouquer tous les Bouviers du bon Roi Ogias? ^

OMPHALE, àparu

II rêve, il ne fait pas encore l'araour jju'il a fait naître ; il faut que" je l'intrigue , la Piece! fëroic trop tôt finie, fi! mon cœur s'expliquait fans finaiTer.

Quelle cruelle fituation! mon cœur me dit de parler, mes épaules me le défendent.... Il apprend à Omphale la fête qu'Hercule lui prépare, Omphale lui répond que c'eft en vain que ce Héros foupire, qu'un autre Amant l'a prévenu dans fon cœur.

ï PHU

A m: l'Amour la nuit 6' le joui..

O ciel! quel autre Amant
Mérite de vous plaire î
Hercule feulement
Efbdigne de vous- foire
L'Amour,
- La nuit & le jour.

I P H I S.

Croyez-moi, tenez vous-en à mon

ami Hercule ; vous favez que parmi fes

travaux, il y en a qui doivent le mettre

en crédit auprès des Dames.

OMPHALE.

Air: 6 réguinpii.

Je fais qu'Hercule ciïfoK vanté j
Ma Gouvernante ma conté ,
© reguingué, ô Ion, lan , la,
Que par lui cinquante Pucelfcs
Ont ccfle d'être Dernoifellcr;

i p H r s.

Il en a fait des Dames damées K & cela en une nuit au moins ; Madame la Reine, ce ne font pas-là des jeux d'eivfans. . . .

O M P H A L.E.

Il foutient mal fo réputation dans ma Cour ; mais laiflons-la ce fileur nouveau.

OMPHALE.

Air: On-niante plus dans nos Forées.

L'Amant que m'ofFrent les Amours.
Méritait le mieux cette gloire;

Mes yeux me le difent toujours,'
Et mon cœur fe plaît à les croire.

I P H I S, pleurant.

[Vos yeux & votre cœur ont toit.

O M P H A L E.

De quoi pleurez-vous donc fi fort?

I P H I S.

Je pleure pour Hercule.

A m : Tu croyais en aimant Colette

Ah ! c'eft trop m'accabler, cruelle L
Mon cœur éprouve en ce moment. . .
La douleur d'un ami fidele
, Et d'un trop malheureux Amant»

OMPHALr*
Que dites-vous Iphis.
I P H I S.

Air; Reveillez-vous.
Je dis que ma peine mortelle
S'en va me coûter un licou i
Hercule fait de la ficelle,
Il m'en donnera pour un fou.

Il vient fort à propos, ( à Hertule ) avez-vous de la corde de faite?

HERCULE, accompagné de Fileufes.

Tais-toi, mon cher ami'; avancez Dame Jeanne, Dame Ragonde, Dame Perrette, Dame Françoife; voilà, continue-1-il, toutes les Fileufes du quartier que j'ai raflemblées pour vous don-3 ner une fête qui vous convienne ; elles favent beaucoup de chanfons à danfer

Qu'elles vous apprendront: allons Dame acquelinne, chantez-nous les amours de Gombaut & de Mâcé. {On entend le prélude de l'Opéra 3 qui annonce Argine avec le tonnerre & les éclairs. ) Voici bien une autre chanfon. ( Argine parait en l'air fur un manche à balai j fellé &, bridé. )

HERCULE.

Air: Mon pere je viens devant vous.

Que vois-je.? c'eft Argine, ô Dieux!
Que je crains fa jaloofe rage!

I P H I S.

Quel monftre l'amene en ces IicUX>
C'eft un manche à balai fauvage.

O le vilain bidet!

Fuyons, je n'aimerais pas trop
Qu'il vint fur mon dos au galop.

Argine defeend avec wiftamhtau. alltti

« 이전계속 »