페이지 이미지
PDF

Il renconte Cinthio, qui l'oblige de porter une lettre à Eularia, fans que perfonne s'en.apperçoive; Octave ren* contre Arlequin : celui ci cache laJettre fous fon chapeau; Octave la voit, la prend, la lit, & menace de tuer Arlequin , qui s'enfuit.

Octave a une converfation avec Eularia fa femme, à qui la lettre était adreffée, il la croit infidele, & l'empoifonne; il ordonne à Arlequin , qui reparaît avec un flambeau, d'enfevelir Eularia; Arlequin effrayé, veut éteindre le flambeau & fe fauver; il fait plufieurs lazis de frayeurs; & Octave impatienté, le prend au collet, & lui fait avaler le refte dupoifon : ah ! malheureux, s'écrie Arlequin, empoifonner un foldat dp Porto-Longone; il croit fentir les approches de la mort j & fait fon teftament de cette maniere touchante : il jette fon chapeau à terre: adieu charmant parafol, qui m'avez défendu de tant d'orages : il jette aufli fon ceinturon & fa batte, en difant: adieu valeureufe épée, qui avez gagné tant de batailles, & qui avez coupé la tcte à tant de choux; & vous, beau ceinturon , fait de la peau de mon pere, allez ceindre les côtés d'un autre cham

pignon que moi : il fent des convulfions, fait plufieurs tours fur Je théâtre, & tombe a plat ventre, en faifant la culbute, de forte que le flambeaupafle entre fes cuifles, & refte droit & allumé ( i ).

Trivelin envoyé par Octave pour enfermer fa femme dans le tombeau, veut y mettre auffi Arlequin, qui le leve, ramafle fon chapeau, fa batte, & court s'y placer lui-même : Trivelin effrayé, fe fauve.

Eularia s'éveillant de fon profond aflbupiflement, eft étonné de le trouver en ce lieu; Arlequin lui demande qui elle eft; je fuis femme pour mon malheur, & c'eft un ingrat que j'ai trop aimé, qui m'a mife en cet état. Approchez-vous de moi, dit Arlequin, quoique mort, je fens que j'ai encore du goût pour les femmes : à ce difcours, Diamantine , fuivante d'Eularia, accourt au tombeau, & ayant fait fortir fa maîtrefle, elle prend fa place, &[demande à Arlequin qui il eft : je fuis, répond-il, un mort qui fe meurt de faim ; Diamants i ) Cette fcêne eft encore dans l'Arlequin Voleur, Prevôt & Juge, qu'elle termine.

fine touchée de compaffion, le fait fortir, & va rejoindre Eularia : O&ave arrive, & trouve Arlequin fur pied: comment coquin , tu n'es pas mort? Pardonnez-moi, répond celui-ci, en courant fe remettre dans le tombeau: delà, il chante pouille à fon afTaHîn , Se le menace de porter fa plainte à la Juftice.

Il reprend enfuite fon refrain ordinaire : Meilleurs, quelque charité pour un foldat de Porto-Longone.

[graphic][ocr errors]

TRE LADRI SCOPERTL

Les trois Voleurs découverts.

Il ne refte de cette Piéce qu'un canevas fort imparfait.

Arlequin & le Capitan ouvrent la fecne.: celui-ci fe vante de fes exploits; mais Arlequin lui confeille , malgré toute fa valeur, de prendre garde à lui, parce que les Archers le cherchent pour le mettre en prifon; on prétend, répond Arlequin» que vous faites mentir le proverbe , qui oit que la chemife eft plus proche de la chair que l'habit, & que vous ne portez point de chemife; le Capitan avoue qu'il n'en portoit pas autrefois, parce qu'étant fort velu comme Hercule, lorfqu'il fe mettait en colere, tout le poil de fon corps fe hériffait,. & perçait fà chemife comme un crible.

Il eft queftion de porter une lettre à Eularia : O&ave furvient; le Capitan fe fauve , & Arlequin dit qu'il eft'un pauvre malade, qui cherche le chemin de l'hôpital.

Dans une des fcênes fuivantes, Tri

Velîn propofe à Arlequin de voler de compagnie une maifon voifine, & de convenir d'une heure, pendant laquelle il ne pafle perfonne dans la ville; Arle

2uin répond qu'il faut donc attendre la n du monde; Trivelin le rafliire: prends garde feulement qu'on ne me pende, dit Arlequin; car je m'en prendrais à toi ; enfin, fi le malheur nous en veut, je prétens être pendu à droite, parce que c'eft la place d'honneur : il propofe en fuite, comme un excellent expédient, de mettre le Barigel dans la confidence, & de lui demander la permiffion de voler, qu'il ne peut leur refufer, attendu qu'ils n'ont pas le fou: Trivelin n'entend pas raillerie, & Arlequin confent enfin à tout.

Arlequin vient enfuite fur le théâtre avec un fac fur la tête, dont il fe forme un capuchon ; Trivelin paraît à la fenêtre, au fignal dont ils font convenus, & lui demande s'il a le fac.: oui; ouvre bien la bouche : Arlequin ouvre la bouche : ouvre-la bien grande : veux-tu donc que je me la fende jufqu'aux oreilles? Bête que tu es, c'eft la bouche du fac , & non la tienne : Arlequin ouvre la bouche du fac ; mais il la tient en bas, de peur d'en être mordu : Tri

« 이전계속 »