페이지 이미지
PDF

velîn jette les paquets qu'il a faits; » chaque fois, Arlequin tombe par terre :. Trivelin defeend , & veut charger Arlequin du fac; les Archers viennent & s'en emparent, ainfi que de Trivelin r Arlequin fe fauve & revient, en criant aux Archers : vous êtes des coquins , d'emporter ce fac ; car ce n'eft pas vous qui l'avez volé : ils veulent le faifir, 8c il les chafle à coups de batte.

On ne fçait trop comment le fae revient dans les mains de Pantalon j pour le r'avoir, Arlequin fe préfente à lui dans un déguisement bizare & dans une attitude ridicule; Pantalon mettant toute fon attention à le regarder, perd le fac de vue; Arlequin s'en faifît, & le lui abandonne : Pantalon met le fac entre fes jambes ; Arlequin fe glifTant doucement derriere lui, le tire ; Pantalon le retient, le tire de fon côté, & ifs tombent tous deux; Arlequin fe voyant reconnu ., fe releve, & prend la fuite* Pantalon le pourfuit y &c.

.''.>..... .

IL LUNATICO.

Le Capricieux 3 Comédie en trois aHesl

Dîamantine & Arlequin ouvrent la fcêne par une çonverfation mêlée de terr. dreffe & de reproches ; ils fe féparenr. Adieu mon bel âne d'Avril; adieu ma belle vache du mors de Mai.

Octave arrive, & veut qu'on Tha=bille y Arlequin court chercher Tes hardes ; il n'apporte que le chapeau : & le manteau, dit Octave i Arlequin, va le chercher, & remporte le chapeau : tour à tour il remporte l'un & va chercher l'autre; il revient enfin avec Tépée Se des vergettes-; il pofe tout par terre;, il commence par broder fon chapeau, enfuite il (Je débarbouille, puis il broflè le chapeau de fon maître, après avoir craché deflus. Octave s'impatiente ;. Arlequin ramaffè le manteau , le fecoue fous le nez de fon martre, & veut le lui attacher par-devant t vous vous levezfi matin, lui dit- il, que vous mettez la tête tout de travers; votre nez eft de ce côté, il devroit être die. l'autre fc Ai? lequïn veut retourner la tête fens devant derriere ; Octave lafle de toutes ces balourdifes, demande un peigne; Arlequin va lui chercher celui des chevaux.

Lorfqu'Octave eft habillé, Arlequin ne fçachant où mettre fon chapeau, il le place fur la garde de l'épée de fon maître, enfuite il tire l'épée du fourreau , le nettoye, & le donne à tenir à fon maître pour y mettre l'épée ; il s'éloigne quelques pas & revient en cour = rant, comme s'il vouloit enfiller une bague; il fe laiffe tomber : Octave lui dit de brofler fon chapeau -y Arlequin lui met le. fien fur la tête , de peur qu'il ne s'enrhume : Octave le jette par terre, & Arlequin en fait autant de celui de fon maître ( i ).

Octave a deffein d'éprouver Eularia fa maîtrefle , à peu près comme dans le Curieux impertinent; il ordonne à Arlequin de fe préfenter devant elle magnifiquement vêtu, fous le nom du Marquis de Blanche Fleur. Arlequin fè carre en fe promenant fur le théâtre;

[ocr errors]

rejette fâ perruque fur fon col, & ne fçachant plus où la mettre, il la place entre fes jambes, la peigne & la laine tomber; & ne la trouvant plus, il arrache celle de fon maître, & s'enfuit.

Quelques fcênes après, Pantalon arrive avec Eularia : Madame, dit Arlequin, les Naturaliftes prétendent que les animaux terreftres ne font pas aquatiques : à propos d'animaux, quel eft cet homme-là? C'eft mon pere : ah, ah» en le voyant vêtu de rouge & de noir, je l'avais pris pour une bétrave pelée d'un côté ; mais je vous prie, Madame, de me faire arracher toutes les dents avant que je vous époufe : pour quelle raifon? c'eft que vous êtes à manger, & que je ne voudrais pas vous faire du mal.

Arlequin revient une feconde fois vêtu ridiculement en Gentilhomme , avec des gants, un manteau qui tombe fur fa batte & un chapeau, dont le plumet lui pend fur les yeux , ce qui l'incommode fort : hola , Majordome , dit-Tl à Cinthio y dites à mon carofle qu'il m'attende dans tanti-charabre. Bon jour, Madame, ( en s'adreflant à Eularia ) le même méritant méritable que vous méritez; pendant qu'il cherche le refte de fon compliment, Cinthio tient à Eularia des difcours fort tendres qu'elle écoute avec plaifir , en, difant à Arlequin : excufez, Monfieur» fî je m'entretiens avec votre Majordome , c'eft qu'il parle plus fenfément que vous; cela n'eft pas étonnant, replique Arlequin , pmfqu'en fa qualité, je~lui donne mon efprit à garder & toutes mes gentrfleffes, dont it fe fert dans l'occafion : hola , Monfieur le Majordome, faites un peu deux ou trois jolis complimens à cette belle Dame.

Eularia & Cinthio entrent dans la maifon. Diamantine arrive, & voyant qu'elle n'a affaire qu'à un Valet, elle le rofle; Cinthio veut enfuite lui faire mettre l'épée à la main; mais O&ave furvient, & le délivre; Arlequin renonce à fon perfonnage de Marquis de Blanche-Flêur.

Dans le fecond acte, Arlequin convient qu'il eft un fourbe, que fon maître a fait habiller en Marquis, & qu'Octave eft un fou, un capricieux, un lunatique : Octeve furvient, & veut le tuer, à caufe de fon indifcrétion; U. s'enfuit.

La premiere fccne du troiiïéme acte

« 이전계속 »