페이지 이미지
PDF
ePub

Il reçoit dans le coeur une rude estocade :

Et ce funeste hazard,

Le persuada, mais trop tard , Que, lorsqu'il perd l'espoir, l'amour est bien malade.

F A B L E X X I.

Le vieux Rosier & le Mirthe.

A mademoiselle *** qui avoit proposé ce sujet à l'auteur, AH! Quel sujet !... Peut-il vous être présenté ?

A côté d'un objet aimable ,
C'est mettre la difformité :

Mais quoi?... Vous l'avez inventé
Ce sujet. Votre choix le rend donc estimable,
Et je puis le traiter en toute sureté.

Sorti de votre belle bouche ,
I est certain de plaire & d'être raconté 3

Car c'est le droit de la beauté
De parer tout ce qu'elle touche.

Sous le plus joli des berceaux; Où le dieu de Cythére exerce son empire,

Le plus galant des arbrisseaux, L'arbrisseau des amours , le mirthe, c'est tout dire, D'une rose naissante étoit l'heureux voisin; Sans être arbre, on pourroit envier fon destin.

Dès l'instant qu'à ses yeux, le ciel la fit éclore ,
Le mirthe , pour la rose, eût une vive ardeur;

Et tant que dura la splendeur
De la favorite de Flore ,
Le mirthe l'aima constamment ;
Mais toujours inutilement :
Ce n'est

pas
la

premiere belle
Qui se pique de cruauté :
On s'amuse d'abord à faire la rébelle ;
On se repent après de l'avoir trop été.

Lorsque la bise fut venue ;
Quand la rose fut devenue ...;
Dirai-je tout ?... Non, il convient
D'envelopper un peu la chofe,

Devenue.... Eh bien!... Quoi?... Ce qu'une fleur devient,

Lorsqu'elle cesse d'être rose;
Le mirthe , avec raison, changea de sentimens :
L'hiver fait fuir l'amour, & venge les amans.

La rose triste, abandonnée ,

Plaignit enyain sa destinée ; Enyain elle accusa, dans cette extrémité,

Le mirthe de légéreté.
Sur mon erreur , dit-il, votre maiheur m'éclaire :
Mais, quoi ?... De bonne foi, pouvez-vous me blâmer

D'avoir cessé de vous aimer?
Je vous passe bien , moi, de cesser de me plaire.

Aimez;

Sur cette fable-ci, voici quelle sera

La morale de l'opera.

l'amour vous dit de voler sur ses traces : Pour livrer votre cæur aux ardeurs du printemps,

Voulez-vous attendre le temps Que vous n'en aurez plus les attraits , ni les graces ? Aimez; mais gardez-vous d'aimer à

d'aimer à contre-temps.

De Quinault telle est la morale :
La mienne , jeune Iphis , sera moins générale
Et plus digne , je crois, qu'on daigne l'écouter.
Voulez-vous prévenir , voulez-vous éviter

Le fort de tant d'autres bergeres ,
Que dès l'automne même on n'aime plus à voir ?

A des qualités passageres,

Ne bornez point votre pouvoir ; Faites provision de charmes si durables ,

Qu'ils survivent à vos beaux jours;

Ce sont les attraits préférables, Puisqu'ils n'exposent point , & qu'ils plaisent toujours:

Fin du quatriéme Livres

FABLES

F A B L E S NOUVELLES.

LIVRE CINQUIE' M E.

FABLE PREMIERE.

Les Etxennes de l'Amitié.

A monsieur le marquis de P***, âgé pour lors

de 18 à 19 ans.

N jour ( ce jour étoit päreil à celui-ci.)
On dit que l'amitié, le respect & l'estime

Furent dans un pays qui n'elt pas loin d'ici, Payer à la grandeur un tribut légitime.

L

« 이전계속 »