페이지 이미지
PDF
ePub

De survivre à son mal. Il fut à l'assistance;
Mais ses

pas

furent superflus : On lui recommanda seulement la constance.

Riches !... Combien de fois vous l'a-t'on déja dit? Vous n'êtes de vos biens que les dépositaires :

Les dieux sont les propriétaires De l'or & du pouvoir, du rang & du crédit.

Sur l'argent que le ciel vous laisse,
Les pauvres ont des mandemens :
Satisfaites aux payemens ;
Et ne prenez sur votre caille ,
Que d'honnêtes appointemens.

**

F A B L E XI I.

Minerve endormie

par

l'Amour. ON m'a dit que l'Amour , à trois grandes déelles, Voulant donner des fleurs , eut soin de les choisir

Différentes dans leurs espéces,

Pour la variété du goût & du plaisir.

Junon, trop surveillante épouse
De Jupiter ,

mari

coquet, N'eut que des soucis pour bouquet : Les soucis sont le lot d'une flamme jalouse.

De son petit lutin de fils,
Vénus reçut aussi l'hommage;
C'étoit des roses & des lys,
De la beauté, brillante image,
Digne d'être offerte à Cypris.

Quand ce vint à Pallas, déité peu docile,

Il fallut redoubler l'apprêt;
Et l'Amour , tout adroit qu'il est,

Trouval la chose difficile.
Elle étoit délicate, en effet. Peu s'en faut
Qu'en pareil cas, ce dieu ne se trouve en défaut.

Cependant, cet enfant, qu'à Paphos on révére,

A la divinité sévére,

Müüj

D'un air doux , naïf, innocent ,
Et cet air ingénu n'est pas sans éloquence ,

Donna des paýots en présent;
Fleurs que l'on crut fans conséquence.

Mais à peine Pallas eut elle à son côté

Ce bouquet enchanté,

Que soudain la déesse austére S'endormit dans les bras de l'enfant de Cythére,

Qui malignement regardoit
L'effet de son petit mistére ;
Et voilà ce qu'il demandoit !

Maîtres passez , en amourettes, Qu'une jeune beauté doit craindre votre abord! Dès qu'elle a respiré l'odeur de vos fleurettes, La nature s'éveille, & la vertu s'endort.

FABLE XIII.

La Paresse & l'Orgueil.
L Es demons , irrités de l'heureuse innocence

Qui régnoit parmi les mortels,
L'oubli des moeurs & l'indécence

N'avoient point encore d'autels , Songerent aux moyens d'envoyer dans le monde

La licence en maux fi féconde.

On s'afsemble, on consulte , & contre les humains

Chacun, dans l'infernal empire ,

Rêve, délibére , conspire;
Jugez , fi notre fort étoit en bonnes mains !

Enfin, la troupe vengeresse ,
A toutes les vertus crut faire assez de mal,

En concluant l'himen fatal
De l'orgueil & de la parelle.

On ne les dotta point. Article capital !
Ce fut , pour les démons, une fort bonne affaire;
Ils eurent bientôt lieu de s'en féliciter :
L'orgueil voulut briller; &, pour se satisfaire,
La paresse ne put se résoudre à rien faire ;

Il fallut , pour se contenter ,
Oublier la décence, & même la droiture ;

Et de cet himen dangereux,
Naquit , au bout de l'an, une progéniture ,

Dont l'homme devint amoureux;
La licence, en un mot, créature ennemie

Qui forme au crime, à l'infamie
Ceux qui n'étoient que malheureux:

[ocr errors]

Dès

que vous mettrez en ménage
La paresse & l'orgueil , fans fonds ni revenu »

Comptez sur le libertinage ;
Car il sera bientôt venu.

« 이전계속 »