페이지 이미지
PDF
ePub

Beaucoup moins par penchant que par nécessité.
Eft-ce ici, dit l'amour, qu'il falloit m'introduire
Pour juger sainement de votre autorité ?
Je crois que vous prenez plaisir à me conduire

De l'une à l'autre extrémité.
Faisons mieux ; j'entrevois dans ce bois écarté

Deux amans de ma connoissance;
Ils pourront de votre puissance

Parler avec fincerité.
L'un est dans son printemps, l'autre est dans son été;
Le berger a trente ans, & la belle en a seize,

Qu'ils prononcent en liberté.

Il en parloit bien à son aise, Le fripon ; fon pouvoir étoit en fûreté,

Ces amans, à la vérité,

Avoient dans leur captivité
Appellé mille fois la raison à leur aide;
Mais mille fois aussi l'on avoit rejetté

Le médecin & le reméde ,
Et l'amour l'avoit emporté.

Ainsi, raison, tout bien compté ,

Dans les plus grands dangers ton secours est frivole;

Ton pouvoir n'est bien reconnu
Qu'aussitôt que l'amour s'envole,
Ou qu'il n'est pas encor venu.

E NVO I.

Un mérite tel que le vôtre,
Fait vivre la raison & l'amour en commun :

Vos yeux savent inspirer l'un ,
Et votre efprit est fait pour nous faire aimer l'autre.

F A B L E X.

Le jeune Rosignol.

Au fils de Mr. L. T.D.F. soutenant un exercices
Dans un riant bocage, agréable séjour
D'une foule d'oiseaux digne du même hommage

Qu'ici j'aime à rendre en ce jour.,
Un jeune roslignol essayoit fon ramage.
On fut surpris de ses talens :-

Düj

[ocr errors][merged small]

Il semble , qu'en formant des sujets excellens

Le ciel, par fois, se dédommage
D'avoir créé des indolens.

Mais quoi ! Sur le danger le talent même éclaire ;

Et tel , en secret, croyoit plaire ,

Qui s'alarme devant témoins. Le rossignol trembla ; son ame fut troublée; L'esprit & le bon goût regnoient dans l'assemblée ;

Un oiseau trembleroit à moins.
Celui-ci, cependant, mit son monde en demeure ,

Et, charmant tous les auditeurs,
Changea , fans peine, en moins d'une heure,

Sęs juges en admirateurs.
Quellegloire pour lui, pour ceux qui l'ont fait naître!

Eh ! Comment n'être pas charmé ? L'ạil, l'esprit & le cæur aiment à se repaitre

Des succès de l'objet aimé.

Tandis qu'au rossignol, la tendresse & l'estime
Prodiguoient , à grand bruit, un encens légitime ,

Un moineau caché dans un coin

Moineau franc ( les amis finceres,

Quoiqu'un peu durs, font nécessaires)
Prit un ton différent , & s'écria de loin :
J'aime à voir, cher ami, qu'on te rende justice,
Et que de ton éloge, en cet heureux moment,

Tout le bocage retentisse.
Mais enfin, est-ce assez pour ton contentement ?
C'est à toi d'éviter que torrame féduite

Par un fi.doux enchantement,
Des vulgaires oiseaux , imitant la conduite,

Ne se livre au relachement.

Eh! Qu'est-ce , à parler franchement, Que ton premier triomphe ? Un noble engagement D'en mériter encor de plus beaux par la suite, Voyons-nous les héros chez Bellonne accueillis En prendre occasion de rester en arriére?

Les

voyons-nous', même vieillis,
Consentir à s'asseoir enfin sur la barriére?
Je t'attens, avant peu, dans la même carriére;
Tous les lauriers encor n'ont pas été cueillis.

F ABLE X I.

La Rose de la veille & la Rose du jour. *

AIR.

De la jeunesse volage,
Craignez le penchant amoureux :
Ce qu'on nomme le bel âge,
N'est rien qu'un âge dangereux.

Le papillon plaît & s'envole ;
C'est un agréable enchanteur:
Mais son hommage est trop frivole,
Et son langage trop menteur.

De la jeunesse volage,
Craignez le penchant amoureux :
Ce qu'on nomme le bel âge,

N'est rien qu'un âge dangereux.. Elsai de fable à mettre en musique,

« 이전계속 »