페이지 이미지
PDF

Quoiqu'il en Toit, on ne doit pas être plus furpris, de rencon- p^^^fî^ trer des chartes parties , privées de fceaux; que des endcntu- s 1 c T. 11. res fans cirographes. Les plus anciennes chartes divifées, non Gha P. Vi, feulement d'Angleterre , mais encore de France n'en avoicnt R T' n* point : & leur première inftitution étoit de s'en palfer. Cependant ils ne tardèrent pas à s'y introduire. M. du Cange &r D. Mabillon obfcrvent , que les chartes parties ou dentelées étoient fcellées du fceau,non de la perfone, qui les devoit garder dans fes archives ; mais de celle , avec qui elle avoir contracté. Aflurément on ne peut révoquer le fait en doute; pourvu qu'on ne fupofe pas, que ce fut un ufage confiant. Car il n'étoit point du tout rare, que l'une 6c l'autre pièce fût fcellée tout à la fois des deux fceaux des parties contractantes. Nous n'en citerons en marge qu'un fcul {y ) exemple, mais il eft pé- . Wmfi-dep*

1 T- Ti' • ifJ> • /1 i" ristom. «. *. 600.

remptoire pour la France. 11 etoit aufli d une pratique (z) ordi- ^ ^rmui. naire en Angleterre, jufque vers la fin du XIII. ûecle, de fuf- Angik.ftjftm. pendre les fceaux de tous les intéreffés, & des juges ou arbitres, même aux endentures.

A. la vérité une nouvelle mode s'établit, Se devint dominante parmi les Anglois au ficelé fuivant, par raport aux. endentures. C'en: d'elles, dont ont voulu parler fans doute les fa vans hommes , que nous venons de citer. Dans les tems antérieurs ; l'ufage de ne pas réunir tous les fceaux des contractans &c des Juges, fur les mêmes chartes parties ou endentures , ne fut point univerfel. Mais quand on fut convenu , de fuivre la pratique annoncée par ces auteurs ; les juges ou arbitres mirent encore,du moins pendant un tems, leurs fceaux* fiir toutes les endentures, qu'ils faifoient drefleiv

[graphic]

PREM. PARTIE.
S E c T. II.
Chap. VL

In fcription réunifiant les deux moitiés du ciro

ARTICLE III.

Ohjervations fur la première Planche.

LEs chartes divifées par des cirographes ont fufifamment été montrées à l'efprit dans l'article précédent. Il ell queftion dans celui-ci, de les expofer aux yeux, & de faire quelques obfervations fur les exemples, qu'on va produire. Chartes divilees par le haut, par le bas, par les cotés : chartes divifées par des lettres & par des images : chartes avec & fans le mot. cyrographum : chattes où il fc trouve feul ou acompagné d'au- ... très paroles : chartes dentelées , dans la divifion delquelles il entre & n'entre pas des écritures : voilà le précis de ce qu'on vient de dire, &c de ce qu'on va voir.

I. Le premier nombre repréfente un cirographe coupé & prêt à être délivré aux parties contractantes : ou tel qu'il doit

iiiuumuumu- * . 1 r t 1 I • C 'o I »

graphe, qui de-' paraître, lorlque les deux exemplaires lont raportes & raproches voient êcreparta- l'un de l'autre, pour en conftater la vérité. L'infcription, qu'on voit ici, confifte dans ces deux mots, cyrographum memoriale. Elle eft tirée d'une charte de Guillaume IV. Comte de Ponthieude l'an uoi. par laquelle il confirme à la ville de DourIens le droit (i) de Commune, qui lui avoit été vendu par fon ayeul Gui III.

Nous n'avons point eu l'original entre les mains : mais M. Prévôt célèbre Avocat du Parlement de Paris l'a fait imprimer avec des notes, il y a déjà nombre d'années, en obfervant de faire graver le cirographe , tel qu'il étoit fur le titre primitif. L'infcription cyrographum memoriale s'y trouve répépétée deux fois. Mais en quelque fens qu'on la regarde , l'une eft écrire à l'ordinaire ;tandis que tous les caractères de l'autre font renverfés. Ainfî les deux chartes parties avoient chacune deux moitiés de cyrographum memoriale dans deux fens contraires.

A moins que d'avoir enfemble les deux chartes divifeès; il n'efl; pas pofîible, de former un cirographe parfait de fes deux

(i) La charte porte , que la ville n'avoit point eu jufqu'alors de titreautentique de cette conctflîon.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][graphic][ocr errors][graphic][ocr errors][ocr errors]

Chap. vr.

Art. III.

moitiés, avec plus de jufteffe, que dans la circonftanee pré- PREM pARTIE, fente. Autrement on fupléroit d'imagination la moitié des Sect. Il lettres, aux rifques de fe tromper. Quoiqu'on fut ici dans des termes plus favorables ; on n'a pas laifle de mettre fur Vi un point, qu'on ne pouroit pas vérifier fans doute fur l'original. Alors les nVétoient furmontés d'aucun trait, ou s'ils en avoienc quelqu'un , ces traits relTembloient à nos accens aigus, Oubicii à un c , dont les deux bouts feroient tournés vers le bas de la page.

II. Nous nous bornons à deux modèles de chartes parta- chute iiviCée gces par le haut. La moitié d'infeription de l'une eft dans l'or- \^motcyr*gr»* dve naturel, Se l'autre dans l'ordre renverfé. La première de {hum. ces chartes divifées apartient au XL fiècle. C'effc un acord C 2. ) fait entre Jean de Bayeux Archevêque de Rouen d'une

[ocr errors]

S A N C T U S D Y O N I S IU S.f

ribus. Quod ego Johannes, licèt peccator
indignus, tamen fan&ac matris Aeccle-
fiae Rotomagenfis Archiepifcopus pcrfpi-»
ciehs attinere falutaribus an: mac milita-
tibus , & fideliter credens aecclefiaftica-
rum facultatum in terris cumulatorcs Se
auflores caelicoiarum confortii fieri par-
ticipes , fub hâç narratione htterali volo
prefenrium & futurorum pcffpicacitati
caritativè notam fïcri quandam conven-
tionem, factam à me confilio Canonico-
rum & caetererrum fidelium noftrorurr,
cum donmo Abbate Witielmo & rriona-
cbis Cenobii fanch Dyonifii, de quinque
altaribus ficis in Comitatu Vilcaffîni, quae
confiât cfle in his ejufdem patriae tilli<:;
videlicet in Sagiaco , in Baxiaco, in Cor-
meliis, in Montegerulphi, & in Ablcgtis;
Hxc igitur prefataruni villarum altaria
me fateor & cognofco mente devota con-
ceflirlc beati Dyonifii loco & fratribuc,
fub unius perfonae miffione perpetoilitt r
habendâ; tamen talis tenons impofità
fummâ , ut perditâ aut mot ma ipsâ, in-
fra quatuor menfium terminUm (ubrritoa-
tur alia", fuccefloribus rtortris VIII. libra-
rum de denariis Rotomagenfîbus quanti-
tate data , Monachufque fit eadem per-
fona cum laude Se, arTenfione noftrâ, fe-
mel in anno in Vilcaflînâ Synodo prefen-
unda. Pto hujus ergo perfonae fubroga-

* L'ortographe des lettres eft ici reçréfenté'e d'après l'original: mais on n'obferve pas celle des points, virgules Se accens.

« 이전계속 »