페이지 이미지
PDF

SECONDE PARTIE,

Oit Von traite des caractères extrinsèques des diplômes: on examine leur matière, les ligueurs SC les inftrumens, avec lefquels on les écrivoit; les diyerfes fortes d'écritures, qu'on y mettoit en ufage; les fceaux ]dbnt ils ètoient munis: SC l'on commence à donner les élèmens de la Diplomatique.

L eft abfolument néceflaire, dans la vérification des chartes , detre éclairé par des règles sûres. Mais comment poura-t-on y recourir au befoin; fi l'on ignore les fources, où elles doivent être puifees? C'eft donc à les découvrir ces fources 3 ou plutôt à les mettre, autant qu'il eft poffible, à portée de tout le monde, que nous devons donner notre principale atention.

Elles fe réduifent à fept: la matière fur laquelle; les inftrumens &r l'encre, avec lefquels les diplômes font écrits; la figure des lettres, qui y font employées; les fceaux, le ftyle & les formules, qu'on y met en ufa^e. Nous nous arêterons moins fur les trois premiers caractères; pareequ'ils font incomparablement moins féconds que les autres. Les écritures Terne U K K K

[graphic]

Sec I'akttf rious °^rent ^€S wchelfe?de toutes les-efpèces,& femblent même îiovte promettre des découvertes intérelTantes. Les critiques,qui fxe font tien moins qu'antiquaires , fe renferment exactement dans l'examen des (beaux , du ftyle & des formules : quoiqueles quatre premiers caractères , & furtout celui des écritures, ne puilTent être difeutés avec trop de foin. C'efl: particulièrement fur ce defnier caractère diplomatique & fur les trois fuivan*, que nous tâcherons de répandre toutes* les lumières, * • dont ils font fufceptiblesv Contcns de traiter ce qui concerne la matière, les infrumens & l'encre dans un petit nombre de Chapitres; nous confacrerons des Sections entières à la difeuffion des écritures, des fceaux & des formules.

Quant au ftyle, qui fc confond en termes de jurifprudence avec les formules ; leurs notions font à tous égards fî identiques, qu'il n'elt pas polTîble,de les traiter féparément» Si le ftyle, pris fuivant les idées grammaticales, peut aifement fe diftinguer des formules, & s'il a même des liaifon&avcc l'écriture; il en a de bien plus marquées avec les formules des actesOeft fous ces deux points de vue, que nous dirons ce qui convient àun caractére,qu'on ne doit pas négliger dans unTraité de Diplomatique ; quoiqu'il foit incpuifable à plulieurs égards. Caractères extrin- ^es fept caractères généraux, dont on vient de faire résèques & intrinsè- numération , peuvent être envifagés fous deux faces diférenquesrjnfquaquel tes j^es cjnq premiers font extrinsèques &T les deux autres in

point peut-on . x , ^, . x

compter fur les trinseques. Nous entendons par caractères intrinsèques ceux, premiers ? Répon- qui font inhérens à chaque acte, qui en font infeparables, qui d'AJUiânagneT SY retrouvent toujours, fous quelque forme qu'il le reproduife, & qui par conféquent ne font pas moins propres aux copies, qu'aux originaux. Au contraire les caractères extrinsèques font tellement atachés à ces derniers; qu'ils ne palTent jamais aux copies. Si quelques-uns d'entr'eux femblent s'y montrer; c'eft toujours d'une façon imparfaite, & qui le met beaucoup au deiTous des autographes.

■ Quelque éficaces que puiflent être les caractères- intrinsèques , pour le difeernement du vrai & du faux; les extrinsèques ont ordinairement quelque choie, qui frape les antiquaires d'une manière plus sûre &c plus promte,J<Mt en faveur x fbit au défavantage des pièces, qu'on expofe à leur examen. M. Heuman Profeffeur en Droit dans FUniverfîti'd'Alter£,, jnoins par prévention contre les caractères extrinsèques des Partut chartes, qu'il n'a pu (a) aprofondir à fon grand regret ; que {a)]oh.kcumati par une certaine prédilection pour les caractères intrinsèques, m CommentaTMde iur lefquels il a eu toute la liberté poflible, d'exercer fon gé- nie; demande en grâce, que perfone ( 1 ) ne fe fâche contre lui: 5'il penfe , que les caractères extérieurs des chartes , les intérieurs mis a part, peuvent en impofer plus fréquemment. Nous n'avons garde de nous mettre en colère-contre un homme , qui mérite des égards par le bon ufage ; qu'il fait d'une vafte érudition 6c par "la modeftie , dont il l'aflaifone. Mais .nous le prirons de nous dire , fi par caractères internes mis à quartier -, il entend une fimple abftraction faite de ces caractères , ou s'il fupofe des circonftances, où ils feroient peu favorables à quelque titre. Dans le premier cas-, nous ne (aurions (ouferire à fapropofition.Car ils s'enfuivroit, que les caractères extrinsèques feroient des moyens très-peu sûrs, entre les mains des Antiquaires, pour juger de la vérité ou de la faufleté des diplômes. Dans le fécond cas: la réunion de tous les caractères intrinsèques contre une charte; s'ils conftatoient des défauts effentiels, lui porteroient fans doute un coup, qui ne fauroit être paré par les caractères extrinsèques, dont il pa.roitroit revêtu, fans l'être véritablement.

11. Ce qui fait plus de peine ; c'eft que notre auteur femblc impoflîbilité qu'il . fupofer, pour ne pas dire, qu'il fupofe en effet, qu'une pièce n'y ait rien de fuf

_ • ** r ce • 1 1 1 \ .\>i 1 pede ni de contrai

pouroit être raufle; quoique le parchemin (1), récriture, le [e a !a vitlti dans monograme, le fceau fuflent exems de toute fufpicion , 6c le parchemin, ré

[graphic]

sinent après tant d'années aura-t-on trouvé du parchemin vierge de cet âge , pour forger le faux titre ? Si l'écriture eft fincère, fi elle elt irréprochable, feriptura recfa : c'eft-à-dire; non feulement du caractère, & avec les traits convenables à l'antiquité de fa date, mais encore de cette antiquité même : com. ment a-t-elle été contrefaite longtems après ? Si le monograme

[ocr errors]

(1) Mcmbrana preba , reBa feriptura , monogramma verum , figillum haud fufptftum i & iota tabula fifia. Ibid.

SEC. PARTIE.

eft véritable , monogramma verum : c'eft-à-dirc , s'il elt de Ià~ main du Prince, de fon Chancellier , ou de quelque Oficier à fes ordres : comment fe peut-il faire , qu'il ne foit pas de leur façon? Comment peut-il être vrai & faux tout à la fois? Enfin fi le fceau n'a rien de fufpect ^figillum haud fufpeiîum: pasrnême dans la manière, dont il elt ataché au diplôme : comment ne lailïe-c il pas d'être faux : fujx>fé furtout que fa fabrication foie poltérieure de plufieurs ficelés ? Eût-on actuellement le type d'un fceau du XII. fiècle; par quel artifice donneroit-oa à une-cire récente la qualité d une cire ancienne Jufqu'à faire illufion à là fagacité des plus fages & des plus habiles antiquaires? Mais il chacun dé ces caractères prefente des dificultés infurmontables ; quel effet ne produira pas leur réunion?

Répondre que tous les âges ont produit des hommes (}-}fort exercés dans Part d'imiter , ce n'eft point fatisfàire. On peut contrefaire les antiques, & jufqu'à un certain point en ateindre la vérité :.mais le peut-on jufqu'à ne laiffer fubfifter entre la copie te l'original nulle diférence, qui puiffe être faxfie par les conoilTeurs les plus experts; Et quand on y parviendrait; il n'en feroit pas encore ainfi des anciennes écritures. U ne fiifit pas de rendre une lettre de tel alphabet qu'on voudra; il eft ici queftion de la totalité des caractères d'une pièce d'écriture. Or cette pièce dans fon tout n?eft point un modèle fous les yeux du fauffaire, comme le tableau l'eft fous ceux du peintre. Car fi l'impofteur avoit en fa difpofition une charte vraiej qui remplît fon objet dans toute fon étendue; à quoi bon en forgeroit-il une fàuiTe ? Il eft donc nécefTaire , qu'il travaille d'imagination. Or c'eft ici qu'il eft forcé de fe déceler, malgré tous fes efforts. L'air antique , qu'il faut de plus ajouter à la naïveté des traits & des caractères, met un obltacle invincible à toutes les refTources de la main la plus hardie & la mieux exercée : pourvu que fes productions foient jugées au tribunal de quelque antiquaire bien expérimenté, & qui foit: fur fes gardes.

Si les Mabillon , ("4) les Baluzc, les Martène& lesMuratosi

[ocr errors][merged small]

ïiravoient pas écé en état, de porter ordinairement un juge- Sec. Partie. ment certain, des originaux, qu'ils ont eus fous les yeux , fur/ leurs caractères extrinsèques ; mal à propos M. Heuman exhorteroit-il fes lecteurs , à s'en raporter à leur autorité : puifque chacun peut juger par foi-même des caractères intrinsèques des chartes.

Notre favant Jurifconfufte ne voudroitr- il parler, que des chartes fauflfes , fabriquées néanmoins au iiècle même, donc elles portent la date ? Alors les caractères internes ne feront pas d'une plus grande reflburce contr'clles,que les extrinsèques. C'eft cependant aux premiers, qu'il fcmble atacher la vertu , de dévoiler le faux, à l'exclufion des autres. Mais un fauflfaire tant fbit peu habile; s'il date une pièce du fîècle, où il vit, ne manquera pas d'en employer le ftyle. Il le fait en partie pat le fimple ufage : &: rien ne l'empêche , de fe mettre au fait des formules, qu'il ignore; lorfqu'elles1 font actuellement en vigueur. Il fera même fort dificile, qu'il pèche contre l'hiftoire: au moins touchant des faits, fur lefquels il pouroit aiiement être relève par des Savans, pofterieurs de plufieurs flècles:

Au refte, quelque fuccès que puiflent avoir les earadères intrinsèques, pour découvrir la fupofition d'un original, qui feroit de l'âge, qu'il fe donne; fi dans cette hypothèfe iâ matière & fon écriture font telles, qu'elles doivent être : c'eftà-dire du tems de la date ; jamais on ne ponradu moins nier la faulTeté de fon monograme & de fon-fceau. Cela eft évident par raport au monograme : fi ce n'eft qu'on foutienne qu'une fignature bien contrefaite eft une fignature vraie. On ne peut donc pas alors fupofer le monograme véritable.

La fauflèté du fceau ne fera guère plus dificile à prouver: quand bien même on l*auroit détaché d'un diplôme fincère,, pour l'atacher à un faux. Que le fceau foit, tant qu'on voudra, de la perfone , dont il s'anonce; on ne doit pas regarder comme abfolument ou Amplement vrai, celui qui eft faux foit dans fon atache foit dans la manière , dont il eft pendu ou apliqué. Ici le faux fera aufli facilement aperçu par un habile homme, que la fupofition-, qui réfulteroit des caractèresintrinsèques. On ne peut donc pas compter fur ceux-ci au: préjudice des autres. Le feul parti fage eft de ne les point féparer : quoique les uns fans les autres puiflent quelquefois fuxBtc nour reprouver certains titres.

« 이전계속 »