페이지 이미지
PDF
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

$ec Partie. re^e ^^ ne^ Pas incertain, du côté de la valeur. S'il neconfiur. il. titue pas une lettre à part; on ne fauroit lui refufer, d'apar^ tenir au K. L'exiftence & la diftinftion de l'H & du Th Etruf

TM B ques font abfolument hors de doute. Mais ce font comme jjj ZU deux rivales trop voilines, pour n'être pas en procès fur leurs dépendances. On ne difpute pas à l'H ces figures * (13) O ni au Th celles-ci §0. mais les<=)^"& autres femblables font en litige; peutêtre parcequ'élle fe rencontrent plus rarement, (^) dans les monumens poftérieurs aux tables Eugubines. M. Bour. £uet s'eft déclaré pour l'H, & M. Gori (a) pour le Th. Nous

1gnorons ce qU1 ]es a détermines a ces partis contraires : fi ce n'eft que le premier ait argumenté , de l'H Pélafgien , ou des Tables Eugubines à l'H Etrufque ; & le fécond , du 0 Grec au Th des anciens Tofcans.

(zj) On trouve néanmoins flans des I la féconde figure employée pour le©, monumens Grecs, d'environ î joo ans , |

CHAPITRE XIII.

Alphabets Hébreux modernes , Caldaïques ou
Judaïques d'écriture carée , ronde
& courante.

APrès avoir mis en parallèle l'alphabet Samaritain avec
ceux, qui en naiflent; on ne peut fe diipcnfer, de com-
parer enfemble les divers alphabets Judaïques. Le partage des
opinions fur l'antiquité &: la fécondité de ces caractères, la
prééminence, que plufieurs auteurs célèbres ont tâché , de
leur concilier au-deflus des Samaritains; mais furtout le pri-
vilège , de nous avoir confervé le texte original de la plu-
part des livres de l'ancien Teftament , méritent au
moins qu'on leur afligne le fécond rang parmi nos alphabets.
Les Juifs d'ailleurs font trop répandus par toute l'Europe,
pour qu'on puine négliger leur écriture dans une Diplomati-
que , où il fera plus d'une fois queftion de leurs actes. Leurs
diférens alphabets , auxquels nous confacrons une planche en-
tière font empruntés de MA*, d'élite, des plus belles éditions,
faites par les Chrétiens & par les Juifs & des meilleures

[ocr errors]
[graphic][merged small]

j^Bi^jpmpilations d'alphabets. On s'atachera particulièrement à —

mturec^ux de l'imprimerie de la Propagande , de * Bonaventure sesÉctritie" ■ZZZZjlephurn , de f Duret, de Rocca , d'Edouard Bernard, des Chat, xiiia 2 . ,ramraaires les plus eftimées, & furtout au précieux recueil # ViraAurea 'es »^«/i7alphabcts de M. Bourguet, confervé dans la Bibliothèque du f Tré%d7i'hif **mànAjuiA Voilà, pour le dire en partant, une bonne partie des toire des Ungws dt

burces, où nous puifons nos alphabets Orientaux. S'il en eft mmntrs'

Ç Ç Quelques-unes, qui ne foient pas toujours pures, nous n'en.

v lions pas fans précaution. ^ 3 I. Pour donner plus d'ordre aux alphabets Judaïques, nous les Ecriture c»r& r . iliftribuons fur quatre grandes colones , qui font elles-mêmes & fondc ou Rab

partagées en d'autres plus petites.La première renferme l'hébreu bim1ue* ^ *7 *7;arré,& fe fubdivife en deux, dont L'une contient les caradéres les Juifs Efpagnols & Portugais, tirés des Mfl~. & des plus 'r 'o belles éditions de la Bible : l'autre ofre ceux dont les Juifs ; j i d'Allemagne Se des contrées du Nord fe fervent, foit dans leurs livres écrits à la main, foit dans leurs impreffions, foie r T f dans leurs citations des. divines Ecritures. D'abord les Chré_ ^ tiens des mêmes païs les imitèrent, quand ils entreprirent, de sépandre chez eux laconoifTance du texte facré, en multipliant y pies Bibles Hébraïques : mais infenfiblement dégoûtés des noeuds , angles & pointes, dont l'Hébreu Alleman eft hérifTé», ; 1 ils n'impriment plus , que celui des Efpagnols & des Orientaux, plus agréable à la vue par fa noble fîmpliché.

La féconde grande colone eft deftinée aux caractères ronds Judaïques, communément apellés Rabbiniques. On en diftingue de deux fortes: le Rabbinique d'Efpagne & du Levant &c le Rabbinique dlAllemagne. Quelques-uns en ajoutent un j j troifième, qu'ils regardent comme mitoyen entre les deux, &: qu'ils qualifient Rabbinique d'Italie. Mais il eft pane en ufage , de ne pas le féparer de celui d'Efpagne. Cette diftin£kion de deux Rabbiniques eft trop autoriiee , pour n'y pas réduire les alphabets, qui compofent la féconde divifion de h J) notre planche. Les diférentes efpèces de Rabbiniques paroifi fent furtout dans les MfF. des Juifs, dans les livres de leurs Jqj Rabbins, & dans les Commentaires, dont ils acompagnent p f leurs Bibles, leur Talmud &c. L'Efpagnc ,1e Levant & l'Ita'lie d'une part , ôc l'Allemagne de l'autre, admettent une di— » ^ wrfité de caractères très-frapante;quoiqu'ils s'éloignent prefquc^

: ï

'sL

m ** T 0

[graphic]

1

« 이전계속 »