페이지 이미지
PDF
ePub
[merged small][merged small][ocr errors]

MA XIMES

DE LA
PENITENCE.
Tirées des sept Pseaumes de David,

qu'on appelle

[ocr errors]

PENITENTIAVX.

OUR connoître la Péni. 1. On
tence,
il ne faudroit que prendre

peut apo bien connoître un véritable les rencia

mens de pénitent: car en apprenant la pénitous les sentimens que le faint Esprit tence par forme dans son cœur, & tous les dif. les sentiférens mouvemens qu'il y excite , vrais pé, nous versions à quoi nous oblige la nitens, pénitence, & nous n'aurions qu'à conclure , que ce qui se seroit passé dans le caur de ce parfait pénitent, fe devroit auffi passer dans le nôtre , fi nous défirions d'arriver à la perfecsion de la pénitence; ce qui doit être

A

le désir de tous les véritables péni

tens.

[ocr errors]

2. David

C'est ainsi que nous aurions pour maître de la pénitence , le saint Efprit même, qui nous enseigneroit le moien de la faire, comme c'est lui qui la fait faire ; ce qui nous donneroit & plus d'ardeur pour la prati. quer , & plus de confusion de ce que nous nous éloignons si fort dans la conduite de notre vie, de ce modéle qu'il nous en propose. Ainsi, ou nous ferions pénitence avec plus de perfece tion, ou nous aurions plus de douleur de ne la pas faire.

Nous pouvons trouver ces avantale mode. ges en méditant les Pseaumes de la péle le plus nitence de David. C'est l'éxemple le de la pé. plus illustre de la pénitence la plus nitence. parfaite qui ait jamais été. Et l'Ecri

ture , de même que tous les Peres ,
propose ce grand Prince

pour le mo-
déle des pénitens. Le même Esprit qui
lui a donné ces admirables sentimens

de pénitence, la aufli porté à les écri3. Cest, re ; afin que les pénitens de tous les Pleau... siécles eussent le moien de s'en instrui. les archi. re , & qu'ils n'eufsent qu'à consulter yes de la ces archives de la pénitence pour y appéniten

prendre ce qu'ils devoient faire.

Nous n'avons donc qu'à entendre

[ocr errors]

CC.

4. Le

avec respect tout ce que David nous faint Er. peut dire de la pénitence. Car le faint prit nous Esprit nous a dit tout ce qu'il lui a ce qu'il dit, & il a fait lui-même tout ce qu'il edir.

David a dit. Nous entendrons la parole de Dieu , & nous verrons en même-tems les actions d'un homme divin, ou plutôt les actions de Dieu même. Car c'est lui qui a agi par David, de mê. me que c'est lui qui a parlé par David. C'est lui qui a remué ses mains en le faisant agir , de même que c'est lui qui a rempli son cæur en le faisant parler.

On peut donc dire que si nous pé- s. Paronétrionsassés les paroles de ce Roy pé. beside nitent, nous serions suffisamment inrtruits de la pénitence. Et comme elles semplies n'ont pas été moins remplies dans ce leur de saint Roy de la chaleur du saint Ef- faint Eco prit que de sa lumiére, nous aurions prit, que

de la lug sujet d'espérer que Dieu ne s'en servi- miérck roit pas moins pour nous échauffer le caur que pour nous éclairer l'esprit. Et ainsi nous saurions comme il faut faire pénitence, & nous la ferions: ce qui devroit être toute la science & toute la vie d'un Chrétien, qui doit être une continuelle pénitence, comme disent les Conciles. C'est ce qui m'a obligé à lire avec plus d'applica

autant

6. C'est

la fait

parce

tion les sept Pseaumes , qu'on appelle d'ordinaire Pénitentiaux. Et c'est où nous pouvons apprendre combien nous faisons peu pénitence ; ce qui est comme une partie, ou plutôt comme une espéce de supplément de cette

grande science. un sup

Car il faut nécessairement, ou faire plémene pénitence, ou , pour le moins, reconde la pé. noître qu'on ne la fait point, afin de que de s'en humilier devant Dieu , & de lui içavoir demander la grace de la faire. Les inqu'on ne

noçens mêmes ne doivent pas mourir point, fans pénitence, comme saint Augufqu'on

tin avoit coutume de dire. Que seroits'en hu- ce donc des pécheurs qui mourroient milie.

fans ce secours?

Nous apprenons ausi de Pollidius, que ce grand Saint étant au lit de la mort, fe fit écrire ces Preaumes de la pénitence , afin de les avoir roujours devant les yeux comme il les avoit dans le cœur. Et cela n'a pas peu servi à me porter encore davantage à y faire quelques réflexions. Mon dessein n'a pas été de les expliquer, mais d'y trouver la pénitence. C'est la seule chose que j'y ai cherchée. Je laisse là toutes les autres instructions qu'on peut en tirer. Je n'entreprends d'éclaircir rien de tout le reste. Je

« 이전계속 »