페이지 이미지
PDF
ePub
[ocr errors]

aprés la mort de son oncle maternel
Philebert de Châlon décédé fans
cnfans.

Guillaume Comte de Nassau Guillassa
Frere du Comte Henri embrafla la me de
Réformation, & bannit la Religion Naljan
Catholique de ses Etats, & ce fut fut Prince

ď

"Orange lui qui fut le Pere du grand Guillau-par le leme de Nassau dont nous avons à par-stament de ler, qui devint Prince d'Orange & René de Seigneur de tous les biens de la mai-fon" Corfin son

de Châlon, par le Teftament de germain. René de Nassau & de Châlon fon Cousin germain , tué au Siege de saint Dilier l'an 1544. & qui mourut sans postérité.

L'Empereur Charles-Quint qui avoit obligation à la Maifonde Naffau, fâche que le jeune Prince GuilFaume d'Orange fût élevé dans l'hé. rélie, le retira à grand peine d'auprés de fon Pere, l'approcha de fa personne, & l'éleva prés de lui pour lui faire embrafler le Religion Catholique, qu'il profeffa en apparence pendant la vie de Charles-Quint, & au commencement du régne de Philippes second: mais les opinions nou. velles qu'il avoit fuccées avec le lait,

[ocr errors]

& goûtées depuis à la Cour de France, où elles éroient en vogue lors qu'il fut envoyé pour ôtage de la Paix de Château en Cambrelis , firent une telle impression sur fon efprit, qu'il ne s'en pût jamais défaire.

Le Comte Guillaume de Nassau eût de Julienne Comtesse de Stolbourg cinq Fils & sept Filles ; l'aîné fût Guillaume de Nassau Prince d'Orange, dont nous avons à parler; le puîné fut Jean Comte de Naliau, qui a laislé une trés-ample & célébre postérité; les trois autres Fils furent, les Comtes Ludovic, Adolphe & Henri de Nassau, qui se signalerent dans les Guerres Civiles de France & des Païs-Bas; & qui sans avoir été mariez, moururent tous trois lęs armes à la main , fecondans courageusement les defleins de leur Frere aîné le Prince Guillaume d'Orange.

Les sept Filles de Guillaume Comte de Nassau furent mariées, l’une au Comte de Bergues, laquel. le fut Mere du Comte Henri de Bergues , que nous avons vû de nos jours commander les Armées d'Espagne contre fes Cousins ger

mains les Princes Maurice & Henri Frederic d'Orange: & qui enfin, dégoûté des Espagnols , se retira de leur service. Les autres six filles furent mariées à des Comtes souverains d'Allemagne , l'une entr'autres, au Comte de Schoüarsbourg, qui eût le déplaisir de fe trouver prefent à Anvers lors que Jean Javregni Biscayen pendla tuer le Prince d'Orange fon Frere d'un coup de pistolet : & à Delft, lors qu'il fut afiasliné

par

Balthasar de Guerard Francomtois. Car elle n'abandon. noit guére ce cher Frere qui l'aimoit uniquement.

Le Prince d'Orange Guillaume Le Prince étoit de belle taille, avoit le teint d'Orange

Guillarda brun , & le poil châtain : il parloit peu , & pensoit beaucoup, mais tout ce qu'il disoit étoit essenciel, & de fpler paftoit pour Oracle. Il n'y avoit dent. point de maifon de particulier où I'on vécut avec tant d'éclat, même du temps de Charles-Quint, que chez ce Prince,où les Ambassadeurs & les Princes étrangersétoient régaJez : Enfin c'étoit l'honneur de l'a Cour de l'Empereur ,

ainsi
que

de

me vivoit

mais avec grans bourse , par

celle du Roi fon Fils, qui dans la proscription qu'il foudroya contre le Prince d'Orange, lui ayant reproché plusieurs bien-faits ; & son ingratitude, le Prince lui repliqua dans son Apologie, que tant s'en faut qu'il en eût jamais reçû aucun, & qu'il se fût enrichi à son service,qu'il avoit portéla principale dépense de la Cour, grosse de diverses Nations, l'ayant long-temps défrayée de fa

le peu d'ordre qu'il y avoit de la part du Roi.

Cette splendeur ,jointe à une maniére toute particuliére de s'insinuer dans les cours , lui avoit aquis

Pestime & l'amitié de tout le monde: La Mai- d'autre part , il avoit un grand avanfor de

tage sur tous les Princes & Seigneurs Nassauest de la Cour de Charles-Quint, la fon Impé- Maison de Nassau ayant la gloire riale, ay- d'avoir donné l'Empereur Adolphe, ant porté qui fut tué l'an 1298. à la Bataille reur A prés de Spire, dont ont fit ces deux dolphe. Vers.

Anno milleno trecentis bis minus annis

In Julio menfe Rex Adolphus cadis ense. Grande

Quand le Roi Philippes II. nourri différence en Espagne, vint au Pais-Bas du

une Mai.

3

!

l'autre

[ocr errors]

pour l'autre:

fort hai,

[merged small][ocr errors]

temps de l'Empereur fon pere, on entre
remarqua une fi grande différence Charles-
entre le pere & le fils , que les peuvent ils
ples, & sur tout la Noblesse, con-'Philippes, ,
çût autant d'aversion & de mépris l'un fort
pour l'un, qu'ils avoient d'inclina-aimé,
tion & d'admiration
car l'Empereur , débonnaire & de
facile accés, traitoit familiérement
toutes sortes de Nations, & parloit à
tout le monde en leur Langue : ce
qui le faifoit estimer & révérer uni-
versellement ; Mais son fils Philip-
pes ne fe communiquoit guéres, ne
se faisoit voir

que rarement étoit
toûjours vêtu à l'Espagnole, par-

& ne parloit jamais qu'Espagnol : ce qui lui attira la haine générale des Grands & des Peuples des Païs-Bas, qui haislant & redoutant l'orgueil des Efpagnols, Demar qui le gouvernoient, lui demandé des des rent en pleine Afilemblée des Etats Etats des Généraux des Païs-Bas, tenus à au Roi Gand, qu'il plût à Sa Majesté faire Philippes, retirer les Troupes étrangéres des qui lui Provinces ; qu'il ne fe fervît que

de firent ja ceux du Pais pour la garde des Pla-te des fils ces; & qu'il ne mît point d'Etran- mands,

[ocr errors]

loit fort peu ,

Pais-Bas

« 이전계속 »