페이지 이미지
PDF
ePub
[ocr errors]

gers

dans le Gouvernement des PaisBas. Ces demandes surprirent & fâchérent fort le Roi, qui crût que le Prince d'Orange en étoit le principal instigateur: néanmoins diflimulant son déplaisir, il donna de bonnes espérances. En ces Etats de Gand il établit Marguerite d'Alltriche fa Sæur naturelle femme d'Octavio Farnese, Duc de Parme, Gouvernante abfoluë des Païs-Bas, & fit plusieurs Chevaliers de la Toifon d'Or, puis s'embarqua pour s'en

retourner en Espagne. Ordre

En partant, il laissa ordre à la donné à la Gouvernante d'établir l'Inquisition Gouvero

d'Espagne aux Païs-Bas,& plusieurs d'établir nouveaux Evêques; ce qui fut cau Inquifi- fe des horribles desordres , que ces tion les

nouveautez causérent, tant les peuEvêques. ples avoient d'averfion & d'horreur

pour le nom d'Inquisition , & pour ces nouveaux Evêques, qu'ils en

croyoient être les fuppóts. Origine Le Cardinal de Granvelle Andit Cardi- toine Perrenot, premiérement EvêGranvel- que d'Arras, & lors Archevêque de ke Malines, avoit tout le secret du Roi

Philippes, & la force du Gouverne

nante

повневих

[ocr errors][ocr errors]

ment sous Marguerite Duchesse de Parme. Il étoit fils de Nicolas Perre. not de Befançon, Secretaire d'Etat de l'Empereur Charles-Quint, qui de fimple Bourgeois l'avoit avancé, & enrichi pour le mérite de sa personne. Ce Cardinal, fier & hautain de fon paturel, traitoit fort impérieusement la Noblesse ; Il s'en fit haïr si terriblement, qu'enfin le Comte d'Egmont,le Prince d'Oran- Le Prince ge,

& le Comte de Horn pe pou-d'Orange vans plus souffrir l'arrogance de ce les Ministre superbe, écrivirent au Roi d'Egmont Philippes, que s'il ne le retirait des que de Païs-Bas, il les lui feroit perdre par Hornécril'excés de fon orgueil, & par fes virent come conseils violens détestez des peuples, dinal de & de la Noblesse.

GranvelCette hardiesse fut regardée com-le, quiet me un crime en Espagne, où dés-lors "appelé

des Payson résolut de perdre ces trois Seigneurs,&tous leurs adhérens: mais on fût encore contraint de diflimu ler , & de rappeller le Cardinal de Granvelle des Païs-Bas, où étant-arrivé de grands troubles, on dépêcha en Espagne leComte Jean de Bergues Gouverneur de Haynaut &deCam.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Bas,

Messiexrs brelis, & Florent de Montmorenci de Bergues Seigneur de Montigni , Gouver

neur de Tournai, Chevaliers de la Montigni

Toison d'Or, pour informer le Roi exvoyer en Espa- de tout ce qui s'étoit passé, & pour gre pé- tâcher de porter son esprit à la douciffent.

ceur : mais ils y laifférent l'un & l'autre la vie; ce qui fut un avertifsement pour les autres Seigneurs, de se tenir sur leurs gardes.

Le Prince d'Orange, grand Po. litique, aussi-tôt qu'il fçût que le Roi Philippes, par le conseil de ses Ministres d'Espagne, & par les sollicitations du Cardinal de Granvelle, indigné d'avoir été chassé de Flandres, envoyoit le Duc d'Albe aux Païs-Bas, avec une Armée d'Espagnols & d'Italiens, jugea bien que c'étoit pour se vanger des demandes que lui avoient faites les Etats de Gand, & du rappel forcé du Cardinal , dont on le disoit le principal Auteur : fçachant de plus, qu'on avoit résolu de faire plusieurs changemens dans les Provinces, qui attireroient infailliblement de grands desordres , il pria la Gouvernante de supplier le Roi d'agréer, qu'il se

Roi ,

[ocr errors]
[ocr errors]

démît de ses Gouvernemens de Hola
lande , de Zelande, d'Utrect, & de
Bourgogne, ce qui lui fut refusé;
mais il fut exhorté feulement d'éloi.
gner d'auprés de lui le Comte Lu.
dovic fon frere , soupçonné de lui
donner des conseils préjudiciables au
repos des Païs-Bas: ce qu'il ne trou- Le Prince
va pas juste, non plus que de faire d'Orange
un nouveau serment de fidélité au refuse de

ainsi

que le firent plusieurs faire un Grands, d'autant que par ce ferment ferment, ties on s'obligeoit à exterminer les Hé-'eau les di rétiques, & qu'il eût juré la

perte

raisons. de sa femme qui étoit Lutherienne; de plus,il alléguoit qu'ayant une fois fait serment au Roi, il étoit inutile de le réïtérer, à moins que de douter de fa fidélité: en quoi il fut suivi d'Antoine de Lalain Comte de Hochstrate Gouverneur de Malines, du Comte de Horn, Philippes de Montmorenci Admiral des PaïsBas, & de Henri de Brederode Baron de Viane, Vicomte d'Utrect, descendu des Comtes souverains de Hollande , & de quelques autres, Seigneurs.

L'An 1566. au mois d'Avril, la

les

[ocr errors]
[ocr errors]

de die

pal

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

tre l'In

Gouvernante pressant .au nom du
Roil'établissement de l'Inquisition,

& des nouveaux Evêques, prés de Quatre quatre cens Gentils-hommes s'étans cens Gen- allemblez à Bruxelles dans l'Hôtel tits-homemés preo

de Culembourg, firent une Requesentent te qu'ils oférent presenter en Corps stene Re à la Gouvernante, l'étant allée trouquêtecom- ver dans son Palais , ayant à leur tête quisition. le Comte Ludovic de Nassau, & le

Seigneur de Brederode : le lendemain, arrivérent les Comtes de Bergues , & de Culembourg ; Certe Requête tendoit à rejetter l'Inquisition, les nouveaux Evêques, & la publication du Concile de Trente, qu'ils foûtenoient être préjudiciables au bien des Provinces. Cette hardiefie lâcha la bride aux Séditieux des Païs-Bas, & leur fit commettre tous les sacriléges, & toutes les impiérez, les brisemens d’Images, les démolitions d'Autels & d'Eglises , representées dans PHistoire, qui furent même détestées des Hérétiques.

Cette faineuse Requête presen. tée par cette Noblesse marchans deux à deux, modeftement vêtuë,

&

« 이전계속 »