페이지 이미지
PDF
ePub
[blocks in formation]

:

on ir B

nôtre Langue; De plus ayant corrompu ma langue naturelle par une longue demeure dans les Païs Etrangers, où j'ai été nourri , & par une plus longue station dans le Maine, où l'on parle trés-mal : m'étant lassé de piquer inutilement les coffres à la Cour , & de me repaître de ses vaines fumées : on ne doit pas s'étonner si on remarque en cet Ouvrage des termes & des façons de parler qui ne sont pas au goût de ces Censeurs pointilleux qui ne s'arrêtent qu'à l'écorce, & qui condamnene un bon Livre pour un mor qu'ils ont banni du commerLe, & pour une maniére de

parler

qui n'est pas de la délicatesse de la Langue, pour me servir de leurs termes.

Je convie donc ces Melsieurs de me laisser en repos, puis que j'avoue ingénûment ma foiblelle : leur laissant trés-volontiers en partage les huit parties d'Oraison , toùtes les Grammaires & tous les Dictionnaires, avec toutes les Remarques & toutes les Obfervations sur les Langues : :. à condition qu'ils abandonnent aux esprits solides & expérimentez, la matiére, & les choses qui sont au dessus de leur capacité : car, à dire le vrai, ils ne peuvent s'attribuer d'autre gloire que celle

[merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small]

qu'ont les meilleurs Artisans qui font les bons outils, dont les excellens Statuaires forment les merveilleuses Statuës , & les fameux Architeetes les superbes Edifices.

J'estime fort ceux qui parlent réguliérement : mais je ne puis souffrir ces petits critiques enflez de vanité, qui dans les ruelles des Dames décrient les meilleurs Ouvrages, pour une maniére de s'expliquer qui ne leur plaît point. Il ne s'ensuit pas pour cela que

de Grands Hommes ne puissent écrire solide ment & poliment tout ensemble : ayant autant de vénération pour ces Illustres

[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors]

là, que d'averfion & de mé. pris pour de simples Grammairiens qui n'ont que l'orgueil en partage.

Cen'est pas à ces gens-là à juger d'une Histoire:& lij'avois à souhaiter des Juges dignes & compétans de ces Mémoires, il seroit à desirer que ce fameux Président de Thou, &ces Illustres Freres Messieurs du Puy , & que Monsieur le Président Ardier pussent revenir au monde. Ce dernier fit long-temps la Charge de Secretaire d'Etat, fous Monsieur d'Herbaut son Oncle, Pere de Monsieur de la Vrillére. Ses Dépêches étoient si naturelles & fi for

tes

ainsi
que

les Déclarations publiques qui sortoient de ses mains : que Monsieur Conrart Homme généralement estimé , & qui connoissoit la valeur des choses, m'a dit plusieurs fois il y a plus de trente ans, que les Jugene Rois de France ne parloient Monft. plus avec la majesté digne de de Monleur Empire, depuis qu'ils ne Président s'expliquoient plus par

la plume de Monsieur Ardier. Je remets à parler plus amplement de cet Homme Ila lustre, qui a été fort de mes Amis, en un autre endroit.

La plậpart des Histoires sont des Panégyriques faits par des plumes gagées , qui

Ardier.

« 이전계속 »