페이지 이미지
PDF
ePub

élévent le vice 8c le crime dans le Ciel : comme celles de Paterculus & de Machiavel , qui proposent Tibére & Cesar Borgia , qui ont été des monstres, pour des exemples à imiter. Tout au contraire de ces composeurs d'Eloges injustes, il y a des faiseurs de Pasquins qui osent se nommer Historiens, dont les ames vénales ou intéressées déchirent la vertu mê. me, & font passer les meilleurs Princes

pour rans & pour des Scélérats : témoin tant d'Histoires & Imprimez Satyriques des Huguenots contre les Princes Catholiques,entr'autres con

des Ty

tre François de Lorraine Duc de Guise, parce que cet excellenè Capitaine leur avoit fait la guerre:& ces gros tas de livres composez par des Moines & par des Catholiques superstitieux contre la Reine Elisabeth d'Angleterre , la plus grande Princesse qui ait jamais porté Couronne ; car il suffit à ces esprits passionnez d'être d'un Parti & d'une Religion contraire, pour être accablé de calomnies, dénigré & condamné.

Ces ridicules Ecrivains s'efforcent vainement derendre la Reine Elisabeth odieufe & execrable à la postérité, à cause de la mort de la Rei

ne Marie Stuart, bien qu'il soit trés - certain que cette pauvre Princesse avoit l'Efprit si inquiet & fi quérelleux , qu'Elle ne pouvoie s'empêcher de harceler la Reine Elisabeth bien plus puissante qu'Elle, & qu’ainsi Elle brasla Elle-même sarui. ne ; ce qui ne peut être révoqué en doute , étant confirmé par le témoignage de Monsieur de Castelnau Intendant de ses Affaires en Frana ce , & Ambassadeur en Ana gleterre, qui dit dans ses Mé. moires, qu'Elle tenoit ce dé. faut du Cardinal de Lorraine fon Oncle. Depuis qu'elle fut prisonniére en Angletes

re, Elle ne pût s'empêcher de nourrir diverses intelligences avec des Anglois factieux , qui vouloient troubler le repos du Royaume, & attenter même à la vie de la Reine Elisabeth : ce qui la força de lui faire faire son Procés, & de la faire condamner à la mort par plus de

quarante Juges , la plûpart Marquis, Comtes, Barons Pairs d'Angleterre, Officiers de la Couronne, & Membres du Parlement : encore cette Sentence fut longtemps surcise , & jamais la Reine Elisabeth n'eût osé l'exécuter , fi elle n'y eût été portée par la France ; car

cause de

la mort

j'ai ouï dire à mon Pere qu'amis & ennemis concoururent par divers intérêts

pour

faire périr cette malheureuse

Reine. Il avoit appris de la Henri III bouche de Monsieur de Bel

liévre , qu'on envoya extraStuart,ou ordinairement en Angleterde Guife re, en apparence pour solli. qu'il re-citer pour la vie de cette pau

vre Reine , & qui avoit une trés-ample instruction à ceta te fin:qu'il en avoit une toute contraire de la main du Roi Henri III. pour exhorter la Reine Elisabeth à faire décapiter cette ennemie commune de leurs Personnes & de leurs Royaumes ; Ce que. le Roi fur forcé de

doutoit.

« 이전계속 »