페이지 이미지
PDF
ePub

son successeur & premier Abbé d'Arrouaise. Gervais avoit apporté en dot à cette Abbaye une portion de son patrimoine, fituée à Wissant petit Port de Mer entre Boulogne & Calais , le plus fréquenté depuis le dixieme siecle jusqu'au milieu du seizieme. Le Comte Eustache confirma cette donation par un diplome de 1115. Cet objet modique fut cédé à l'Abbaye de St. Vulmer de Boulogne en 1219, sous le cens de quinze fous parisis, payable chaque année au jour du Chapitre général.

Richer perdit cette même année 1115, un protecteur dont le mérite n'est point équivoque, Lambert de Guines , Evêque d'Arras. Ce Prélat qui avoit marqué du sceau de son autorité l'érection de l'Abbaye d'Arrouaife, avoit ajouté au don de l'Autel de Roquignies, celui de la Core de Buquoy qu'elle defservoit déjà depuis plusieurs années. Il mourut le 16 Mai, (i) non moins recommandable par fa vertu & fa science, que par sa naissance & la dignité.

Un événement remarquable a sur-tout rendu chere au peuple de l'Artois la mémoire de l'Évêque Lambert. Si l'on en croit la tradition, ce fut de fon tems, c'est-à-dire en l'an 1105, que la Mere de Dieu apporta du Ciel à deux Ménestriers, cette

Bclonienfium Comes , allodium illud quod Gervafis Clericus meus in terra & in Hofpitibus apud Wiffant jure hereditario tenuit & Ecclefie Sancte Trinitatis & B. Nicholai Chrifti Confefforis fe imprimis tradens , tradidit , que Ecclefia in Arida-Gamantia eft. . . Conceda &c. ačtum Bolonie , anno Dominice incarnationis M.° C.° XV.

(i) On célebre son Anniversaire dans la même Abbaye. De Locre & les Auteurs du Gallia Christ

. rapportent deux Epitaphes de cet Evêque. On lit dans la premiere ( qui fe trouve encore sur fon Tombeau. ) « Obiit. . . MC. XV. XVI. Kal. Junii. Ce qui revient au 17 Mai: dans la seconde qui est citée par Iperius;

Mundo decessit cum Maius ab idibus erit. Ce qui défigne le 16 Mai. Il y a erreur dans la premiere où il faut lire XVII. Kal. Junii, comme l'a écrit Gautier & qu'on le voit dans le Nécrologe d'Arrouaise. Cette erreur peut être l'Ouvrage du Sculpteur qui aura oublié un I. Aubert Lemire offre une troisieme leçon, XVIII. Kal. Junii. T. I. P. 676. Autre faute d'inattention

Chandelle célebre, à laquelle les Habitants d'Arras durent leur salut dans une épidémie cruelle nommée le feu ardent , qui ravageoit alors toute la France. On connoît affez la Sainte Chandelle d'Arras, & combien elle a produit d'autres Chandelles dans les Villes de Flandre: je dirai ici seulement que la Pyramide érigée à son occasion sur la Petite-Place d'Arras , a été bâtie en 1215, Monument curieux & hardi, mais qui, par la situation, dépare une belle Place, & que sans doute on ne relevera pas, du moins au même lieu , lorsque le tems laura abattue.

Lambert fut remplacé par Robert, Archidiacre , natif d'Arras. Celui-ci ne fut pas moins favorable à Richer , qu'il qualifie de Prélat dans un acte daté d'Arras 4 Septembre 1116. Il lui donne par cet acte les Autels de Gouy & de Bavincourt, lefquels furent cédés peu de tems après au Chapitre d'Arras, en échange des Cures de Liégescourt & de Gaudecourt, avec leurs appendances Beaulencourt & Horrec. C'est ce même Robert qui se trouva au Concile de Beauvais tenu par Conon

en II 20.

Ce Cardinal, qui aflista à celui de Latran , ouvert le 6 Mars 1116, obtint peu de jours après la clôture, une seconde Bulle confirmative de la Fondation & des Priviléges du Monastere d'Arrouaise , dans laquelle on voit son nom & son seing. (k) Parmi les faveurs accordées par cette Bulle, on retrouve celle de pouvoir conférer l'Extrême-Onction & donner la Sépulture à tous ceux qui par un motif pieux se retireroient à l'Abbaye d'Arrouaise. Il s'agit peut - être ici de ces personnes du monde que l'approche de la mort engageoit à se réfugier dans le

unctionem quoque

(k) Pafchalis Episcopus &c. dile&tis filiis Richerio Abbati. infirmorum & fepulturam corum qui ad vos ex devotione concurrerint , Religioni veftre concedimus ficut à confratre noftro Roberto Atrebatenfi Episcopo, comperimus effe cone cellum, &C.

Cloître pour y implorer les secours & les suffrages des Religieux, & dont j'aurai occasion de parler plus fpécialement dans la fuite.

Il n'est pas douteux que le crédit dont le Cardinal Conon, Légat en France, jouissoit à la Cour du Roi Louis le Gros, n'ait occafionné le don que ce Prince fit l'année suivante à l'Eglise d’Arrouaise, (?) de vingt muids de vin à prendre sur les vignes de Vorges dans le Laonnois, apud Vorgiam & Joviam. Ce bienfait fut confirmé en 1145 par Louis le Jeune, qui voulut y ajouter encore quatre muids. Mais le tems a dé voré l'une & l'autre donation.

Richer acquit ausli par arrangement & à cens , do Chapitre de St. Fursy de Péronne, des Terres & des Bois situés au Terroir de Béquignies. Cet accord, dans lequel on lui donne le titre d'Abbé, est daté de l'an 1119. Ce fut cette même année, au mois d'O&tobre, que Calixte II. tint à Rheims un Concile célebre, où le Cardinal Conon parut avec beaucoup de gloire. Calixte étoit frere de Clémence de Bourgogne, d'abord épouse de Robert de Jérusalem Comte de Flandre, remariée ensuite avec Valéran Duc de Lothier , Bienfaitrice de l'Abbaye d'Arrouaife & Fondatrice de celle de Bourbourg. Le second jour après l'ouverture du Concile, il confirma par une Bulle solemnelle l'érection de cette derniere Abbaye. Paschal II. avoit approuvé, comme on l'a vu , l'érection de celle d'Arrouaise dans les années 1107 & 1116; Richer voulut encore la faire appuyer d'un nouveau titre. Il pria le Cardinal de folliciter une troisieme approbation. Le Pape l'accorda avec plaisir à la demande du premier Instituteur d'Arrouaise , pour me servir des termes de la Bulle qu'il fit expédier à ce sujet. (m) On y

(?) On y célebre encore son Anniversaire. (m) Calixius Episcopus &c. dilectis filiis Richerio Priori & Canonicis in Ecclefia

rappelle la terre du Transloi donnée par sa four, & tous les dons faits jusqu'alors à la même Abbaye, soit par des Princes, soit par des Particuliers, à Roquignies, à Béquignies & ailleurs. Elle est datée de Rheims 8 Novembre 1119; ce qui fait voir que

le Souverain Pontife demeura quelques jours dans cette Ville après la séparation du Concile, laquelle avoit eu lieu le 30

Octobre. Tel est le dernier monument du zele de Richer, Malgré l'invitation de ses Supérieurs & les sollicitations de ses Religieux, il refusa constamment de se faire bénir, & mourut avec toutes les vertus d'un bon Abbé, sans en avoir accepté le titre, le 8 Mai, l'an 1121.

On trouvera peut-être que je me suis trop appesanti sur des donations dont le détail est nécessairement fastidieux. Mais j'ai cru qu'il étoit essentiel de faire bien connoître les commencements de l'Abbaye d'Arrouaise. Je touche à l'époque où cette Maison devient Chef-d'Ordre, où les Princes & les Peuples s'empressent de lui donner par de nouveaux bienfaits les marques les plus précieuses de leur estime. Je serai dans la suite plus réservé dans les détails de cette espece. Je finirai cependant ce Chapitre par une explication touchant différents noms de lieux que l'on vient de lire, & qui sont aujourd'hui inconnus, même dans nos cantons. Tels sont Béquignies, Liégescourt & Horrec. C'étoient des villages ou hameaux, que les guerres qui ont dévasté tant de fois les limites de l'Artois du côté de la Picardie, ont fait disparoître depuis long-tems. Car on ne doit pas croire, comme le font entendre plusieurs Écrivains, que les

Sanfte Trinitatis & Santi Nicholai de Arida-Gamantia &c. unde etiam veftris per venerabilem fratrem Cononem Prenestinum Epifcopum loci ipfius inftitutorem petitionibus benignitate debita impertimur affenfum &c. . . vobis. . . . poffidenda fancimus, terram quam dedit Odo Caftellanus de Perona in villa que dicitur de Belénics. in Rokénies & in Békénies terram & fylvam & hofpites &c.

.

Bois d'Arrouaise aient été encore au tems d'Heldémare & de Conon , ces Bois immenses connus en Latin sous le nom d'AridaGamantia , & qu'ils se soient étendus alors jusqu'à la Forêt Charbonniere. Ils étoient entrecoupés de plusieurs villages & de terres mises en culture. Je vois seulement que la partie de ces Bois qui a confervé le nom d'Arrouaise, du côté du couchant, touchoit dans le douzieme siecle aux Villages de Sailly, Morval , Transloi & Roquignies. Entre ces deux derniers étoient Liégescourt & Béquignies. Horrec, Hameau dépendant de la Paroisse de Gaudecourt,

decourt, s'est refondu dans Lébeuf-Lévacque. Celui - ci n'étoit dans l'origine qu’un affemblage d'étables au milieu des Hauts-Prés qui confinoient à la Forêt. Il touchoit à Touvent autre Village ou Habitation que l'on ne connoît plus. (n) Le Transloi aujourd'hui fi considérable, n'étoit qu'un fimple Hameau, Villula , & Beaulencourt étoit encore une dépendance de la Cure de Liégescourt, qui fut réunie à l'Abbaye d'Arrouaise par Aluise Évêque d'Arras, fuccesseur de Robert. Situé sur la grande route de Paris à Arras, & brûlé plusieurs fois, ce dernier Village, après être resté long - tems fans Habitants, commence enfin à renaître de fes cendres.

(n) Ces Villages ou Hameaux n'existoient déjà plus au milieu du quinzieme fiecle, tems où les Religieux du Mont-Saint-Quentin & ceux d'Arrouaise disoient dans une transaction : « Toutes les menues Dimes du Lieu là où les maisons , gardins & o estables d'icelui Touvent furent jadis , sont , seront & appartiendront , &c. »

[ocr errors]
« 이전계속 »