페이지 이미지
PDF
ePub

Q 2

L E D É DIT,
COMÉDIE

EN UN ACTE ET EN VERS.

Par Monsieur DU FRESNY.

REPRÉSENTÉ e pour la premiere fois le

Vendredi 12 Mai 1719.

A TROYES
Au Magasin général des Piéces de Théâtre,
Chez GOBELET, Imprimeur-Libraire , près la

Maison Commune, n. 206.

[merged small][ocr errors]

1

GÉRONTE, Pere d'Isabelle.
ISABELLE, Amante de Valere,
BELISE,

Sæurs.
A R A MINTE,
V A L E RE, Neveu , de Belise , et d'Araminte,

Amoureux d'Isabelle, FRONTIN, Valet de Valere, UN LA QUA I S.

[ocr errors]

La Scène est dans la maison de Belise et

d'Araminte.

[ocr errors][merged small]

LE DÉDIT,

COM É DI E.

SCÈNE PREMIÈ R E. IS A'BELLE, VALERE, chacun de

son côté sans se voir.

V A L E R E.
Quor
U 01! ne pouvoir tirer raison de mes deux Tantes!

Is A B E L L E.
Je n'en puis revenir. Quelles extravagantes !

V A LE R E.
Oui, plus j'y pense, et moins je vois d'expédiens...

IS A BELL E. Avoir pour un neveu des procédés crians!

V A L E RE, Nous n'en tirerons rien.

IS A B E L L E.

O Dieux :
V A LER E.

Tantes cruelles,
Depuis dix ans toujours, injustices nouvelles,
Juste Ciel !

I SA B E L LE, appercevant Valere. Quel travers ! mais...

V A L E R E.

Quelle cruauté,
Se désoler ainsi chacun de son côté,
Sans trouver nul moyen de réduire ces folles !

IS A B E L L E.
Mon pere leur a dit de piquantes paroles ,
Et va les menacer encor séparément ,
Car chacune se tient dans son appartement.

A ij .

V A L E R I.
Oui , depuis peu je vois que toutes deux s'évitert,
Se disent quelques mots en passant , et se quittent.
Pour moi, quand je leur parle, elles tournent le dos,
Leur dureté pour moi paroit à tout propos.

Is A B E L L E.
Leur dureté pour vous les condamne. Ah: Valere,
Elles poussent trop loin leur mauvais caractere,
Ne vous pas aimer.

V ALI R E.

Moi, j'espérois que par vous Mes deux Tantes feroient quelque chose pour nous, Et que vous ayant vue, adorable Isabelle, Elles s'attendriroient.

I SA B E L L E..

Leur barbarie est telle,
Qu'elles parlent de vous avec aversion.

V ALBRE.
Vous voir , n'approuver pas ma tendre passion,
Ah! quels travers d'esprits !

IS A B E L L E.

Pouvoir hair Valere ! Leur mauvais cour me fait trembler , j'en désespere.

VALERE Votre père pourtant va les presser, aussi - Nous esperons encore, il va nous joindre ici.

Is A B E L L E. Oui, donnons-nous au moins ce moment d'espérence, Mais je suis indignée encore quand je pense A leurs derniers discours.

VALE R E.

Sur elles vous comptiez. Car elles vous ont fait hier cent amitiés.

ISAB E L L B.
C'est par-là que je vois qu'elles m'ont méprisée.
Car c'est en m'embrassant qu'elles m'ont refusée.
La prude méprisante avec ses airs hautains
Prend un ton doucereux , et mêle à ses dédains

« 이전계속 »