페이지 이미지
PDF
ePub

"— aux malades. Lc dix-septiéme , qu'il faut instruire 1J 4^. je peUple du grand miracle qui se fait dans le sacrement par la vertu de Jesus-Christ, & non par les mérites du prêtre. Le dix -huitième parle des dispositions pour le recevoir, & combien se rendent coupables ceux qui en approchent indignement. Dans le dix-neuviéme on examine qui font ceux qu'on doit y admettre, & le concile dit, qu'il faut avoir une conscience pure, un cœur éloigné de toute affection au péché , & une foi vive qui nous assure de la vérité du corps de Jesus-Christ immolé , & de son sang répandu dans ce sacrement. 2. o. On veut que le curé examine ceux qui se sont confessez à d autres, lorsqu'ils viennent demander l'eucharistie à Pâques. 1i. Qu'il exhorteXes paroissiens à communier souvent, qu'autrefois on nc comptoir pas au nombre des fidèles} ceux qui ne recevoient pas ce sacrement a Pâques 3 à la Pentecôte & à Noël j que Téglise s etant relâchée la-dessus, il faut communier au moins une fois chaque année, zi. On parle de la foi nécessaire pour communier. 13. On explique pourquoi ce sacrement a été institué fous les eípeces du pain &c du vin. 14.Comment le peuple doit se préparer à* entendre la messe les fêtes & dimanches. í$. Ce que c'est que ce sacrifice & ce qui s'y passe 5 qu'il nous répresente & nous rénouveîle le souvenir de la mort de Jfesus-Christ. Le z 6e. exhorte à réprimer l'abus de ceux qui sortent sans respect avant que la messe soit-finie. Le 2.7e. ordonne d'expliquer toutes les parties & les prières de la messe. Lc z 8e, explique comment elle est utile aux morts. Xc apc. &ìt

qu'elle ne doit point être accompagnée de toutes

ces pompes fastueuses qu'on voit aux enterremens. An. lS 3 Le 30e. qu'on n'y doit point appcller ce grand nombre de prêtres ôc de religieux 3 qui ne servent qu'à augmenter la confusion , & à faire faire les obsèques avec moins de pieté ôc de modestie ; c'est pourquoi ajoute le concile , ceux qui veulent multiplier les prières pour les défunts, feroient mieux de laisser les religieux dans leurs monastères, & les prêtres dans leurs églises prier Dieu, ôc dire des messes, que de les faire venir au convoi. Dans le 3 ic. on parle des parties du sacrement de pénitence. Le 3 ze. explique la première 3 qui est la contrition. Le 3 3 e. répond à ces pécheurs qui disent qu'ils" ne se convertissent point , parce que Dieu ne les attire point à lui. Le concile dit, que Dieu est à tous les momens à la porte de leur cœur à laquelle il frappe par une voix intérieure ôc extérieure. Dans le 34e. il explique les différentes sortes de confessions , ôc les qualitez du confesseur , & veut qu'il soit d'une vie irréprochable, qu'il soit sçavant ôc d'un secret inviolaole, qu'il ait de la douceur pour attirer les pécheurs 3 qu'il soit consolant, qu'il ait de la fermeté pour les réprendre, & de la prudence pour appliquer les remèdes suivant les maux , ôc rassurer ces consciences inquiètes, lesquelles croient toujours ne s'être pas assez bien expliquées en confession y avoir omis quelques circonstances, ôc avoir besoin de recommencer perpétuellement leurs confeífions à quelque autre confesseur ; en les assurant que Dieu demande de nous dans la sonfeílìon la sincérité du cœur beaucoup plus

~'r"' qu'une trop scrupuleuse recherche. Dans le 3 jc, Ôfi An. 1 j 3C. suivant, le concile dit, cpic le confesseur fera prudent pour distinguer la lèpre d'avec la lèpre, qu'il appliquera les remèdes íelon la qualité du mal , qu'il emploiera fa prudence pour tranquilliser les consciences timorées. Le 37e. donne pouvoir aux curez d'absoudre des cas réservez qui íont secrets; & la raison que le concile en rend est, que ceux qui font tombez dans quelques cas réservé, étant obligez d'aller chercher les grands vicaires ou ceux qui ont pouvoir d'absoudre, deviennent plus négligens à se relever de leurs chûtes, ou méprisent d'y aller : De plus , parce que le jeunes personnes de les femmes font retenues par la honte, ôc ne pouvant aller trouver les pénitenciers fans qu'on le fçachc , demeurent fans découvrir ces fautes, de peur d'être déshonorées. Dans le 38e. le concile paroît désirer qu'on rétablisse l'ufage de la pénitence publique dans 1 église. Le 3 9e. prescrit ce que le curé doit faire après que le pénitent s'est confessé. Dans le 40e. il est parlé de l'institution du sacrement de mariage. Dans le 4 ie. des avis que l'on doit donner à ceux qui se marient. Le concile dit, qu'il seroit à, souhaiter que la pieuse coutume de jeûner & de communier avant que de se marier, pût se rétablir» JLe 41e. parle de la fidélité qu'on se doit mutuellement, dans le mariage. Le 43e. enjoint aux curez de rie point marier les fils de famille fans le consentement des parens, fur quoi le concile cite un canon du pape Evariste. Le 44e. dit, que le mariage doit être célébré en face de l'églife après la publication des trois bancs, dont on ne doit accorder la .dis» pense que pour des raisons importantes. 45. On

ne doit marier aucuns étrangers & inconnus fans An. 1c' certificats des lieux de leur demeure , qui rendent témoignage qu'ils ne font point mariez , & fans une permission de leurs curez, pour pouvoir être mariez par un autre. 46. Le cure examinera fi entre les personnes qui contractent mariage , il y a quelque degré de parenté , fi elles en ont obtenu dispense ou du pape , ou de l'évêque, en cas qu'il trouve que l'expofé ne soit pas ielon la vérité, il leur déclarera que leur dispense cil nulle. 47. I deffendra ces jeux qui fe font dans Téglife après la célébration du mariage. Le 48e. parle du sacrement de Tordre , pour lequel on renvoie à ce qui a été dit des fonctions de l'évêque dans la première partie. Le 49e. traite de l'cxtrême-onction. Le 50e. dit, que le curé en l'administrant, expliquera le passage de saint Jacques, & qu'il aura foin de préparer le malade à la mort. Le j ie. ordonne d'accorder la sépulture à tous ceux qui meurent dans la communion de l'églife, quand même ils feroient morts subitement s étant juste , que puisqu'on a été en communion avec eux pendant leur vie , on y soit encore aprè leur décès. Le 51e.il est deffendu de donner la sépulture aux hérétiques, aux excommuniez , aux voleurs publics , à ceux qui se sont tuez eux-mêmes, & à ceux qui font morts en péché mortel, fans donner aucune marque de pénitence.

La huitième partie qui traite de l'entretien & de XLVI la subsistance des curez, est divisée en sept articles, ,a lubsistan«« i°. On les exhorte à donner gratuitement ce qu'ils

"———~ ont reçu gratuitement : c'est pourquoi il est defFcít-»

An. I $ 3 6. du.de prendre quelque chose pour l'administratian. ceiua. conc tom. ^ sacremens. baptême , mariage , & meme pour la iepuíture. z". Qu on leur afiignera un petit ronds pour vivre, de pour leur entretien. 30. On fera 1» même chose à l'égard des vicaires. 4°.Lcs églises cathédrales ou collégiales, ou les monastères qui onc des églises paroiííìales, aíîigneront la portion congrue à ceux qui les desservent. j°. On fera jouir les curez des dixmes que les laïques ont usurpées , 8t l'on unira pluíieurs églises, s'il est besoin, afin que les curez ayent de quoi subsister. 6°. On leur paiera deux deniers aux fêtes de Noël, de Pâques , de la Pentecôte & de l'Assomption de la Vierge, lesquels seront mis entre les mains d'un économe, pour évi-» ter les disputes que pourroient avoir les curez , & éloigner tout supçon d'intérêt. 70. On maintient les coutumes établies dans le diocèse de Cologne pour la subsistance des curez, jusqu'à ce qu'on y ait pourvu , s'il est nécessaire. Jclvit. La neuvième partie qui regarde les constitution* *Wn„fiÌgcSi0d« ecclésiastiques & les usages des églises , contient églises. vingt &z un articles. i°. II est dit qu'on doit faire

$£+nT&fit> conLn°îtrc au peuple, que les divers usages qui s'observent dans différentes églises, n'aïant rien de Coe.-» traire à la foi, doivent y être pratiquez , ou coin-* me aïant été reçus des apôtres, ou comme aïanc été introduits par des conciles. z°. Puisque l'égliso a commandé les jeûnes, ils doivent être observez* aïant été ordonnez pour parvénir au grand ôc véritable jeûne, qui consiste à s'abstenir de tout pç-* jehé. 3^X'égliíe n'a rien ordonne de contraire à

saint

« 이전계속 »