페이지 이미지
PDF
ePub

fils aîné vinssent se rendre à lui, à quoi il coní

A N. ij4-f. sentie. Il vint donc avec son fils Charles-Victor, tous deux conduits par Maurice, & se soumirent au lantgrave qui dit au pere , que s'il étoit tombé entre ses mains, il ne l'auroit pas laissé vivre long-temps , mais qu'il ne vouloir pas le traiter selon qu'il le meritoit ; qu'en obéissant à l'empereur & acceptant le séquestre il £Ut mieux pourvu À ses affaires. On lui donna des gardes, & à fou iìls i on jobligea les troupes à mettre les armes bas & à ne servir de six mois > on leur ôta leur artillerie composée de dix huit pieces de canon, ôc l'armée du lantgrave reprit la forteresse de Stembruc , & exigea des peuples lc serment de iìdelité.

Lxxxiv. Les légats du pape qui dévoient se trouver au

Le pape nomme .'t j. / v'«í / \r- „„_

ses ìégars pour le concile indique a Trente , etoient deja nommez, conoie à Trente, n v en avoit trojs ^ fçaVoir Jean Marie del Monte

Trl'ïïib.'?.'"TM' cardinal évêque de Palestrine, Marcel Cervin carïï'Zp*?TM' dinal prêtre du titre de sainte Croix , & Raynaud Rnynaij.tjhunc Polus cardinal diacre du titre de sainte Marie in

fMti. u. I. & io. -, - .. , ... , A

Lojmedin. Le pape leur joignit troas eveques, Thomas Campegge éyêque de Feltri , neveu de celui qui avoit été cardinal de ce nom , Thomas de saint Félix évêque de la Cava dans le roïaume de Naples, & Cornelio Muflb , cordelier, évêque de Bitunte dans la Poiiiile , & grand pre,

Lxxxv. dateur. . Arrivée des légat* Des que ces légats eurent ete nommez, ils paffsiuiicsH. M tirent de Rome , & arrivèrent au commencement £í*<ï;,,r'*' du mois de Mars, à l'exception de Polus qui y ««TMUtwMa. vmt un peu plus tard que les autres, pour éyi

■' derent qu'on effaçât cette, condition, ce qui leutì

Anv. i.pLjy fut accordé.

Les cardinaux del Monte & de sainte Croix firent leur entrée publique dans la ville de Trente, accompagnez seulement du cardinal Madrucce évêque de la ville ,. & accordèrent des indulgences à ceux.qui sèroient vraiment penitens & se seroient confessez, &c qui visiteraient la cathédrale le jour qu'on commenceroit le concile. Ils avoient choisi cette église pour le lieu des séances ; peu de jours après arrivèrent les trois évêques nommez plus, Lxxxvi ^aut » &^c vingt-deuxiéme de Mars Didace Hur

Arrívée de Men- tado de Mcndoza ambassadeur■ de- í'empcreur au

noza ambassadeur vii If i ■» » í* I I M

de í'empcreur. pres de la république de Vernie , entra dans la vilpxiuvic.utsu- le muni d'amples pouvoirs dattez de Bruxelles du;

%*jnl'u.h,cH*TM. vingtième de Février ;jl y fut reçu.par les légats.

aísiíìezdu cardinal Madrucce & des trois évêques qui se trouvoient les seuls à Trente , parce que les autres n'y étoient pas encore arrivez. Quatre jours, après, c'est-à-dire le vingt-sixiéme du même mois, il eut-audiance des légats dans là-salle du logis du cardinal del Monte & produisit ses pouvoirs. Il y fit un discours dans lequel il parla du zélé de l'empereur pour la tenuè de cc concile:*, des obstacles involontaires qui en avoient retardé la convocation, & des ordres qu'il, avoit donné aux: évêques d'Eípagnc de Vy trouver au plutôt, assurant même qu'ils étoient déja en chemin \ que l'empereur auroit fort souhaité: d'y assister en personne; mais que ses infirmitez & íès grandes affaires ne lui permettoient pas de faire ce voïage..

, presque seuls à Trente, il n'y avoit pas d'apparen

An. i£4f. ce de le faire avec si peu de monde. Dans cette inPellnvic, l. f. c. certitude ils écrivirent au pape pour lui reprev.n.\.&t. fenter ^Ue l'empereur paroissant se soucier fort >cu du concile ôc qu'y aïant lieu de craindre que on n'entreprît de juger la cause de la religion dans la diète indiquée à Ratiíbonne, ils jugeoient à propos de commencer le concile seulement par une messe du Saint-Esprit qui en seroit comme l'ouverture > afin de prévenir par-ià tout ce que l'empereur pourroit faire dans la diète après qu'il y seroit arrivé, d'autant plus qu'on seroit toujours en liberté de continuer y ou de surseoir, ou de transférer le concile suivant la conjoncture des affaires. Le pape après avoir examiné ces raisons, prit la résolution a ordonner à ses légats de. faire ['ouverture du concile pour le troisième de Mai jour del'invention de sainte Croix. Et là-dessus les légats déclarèrent à Mendoza >. & aux autres ambassadeurs la résolution du pape,sans toutefois leuc dire le jour qui leur avoit été marqué. Mais malgré le zele des légats on ne put encore rien faire au jour indiLxxxix-. > paFCC que Pierre de Tolède viceroi de Na

&« ordres du vi- ples défendit aux évêques, de ce roïaume d'aller

ccroi de Naples * - A .. • 1 •/T*

ditfcrenc la tenud tous en períonne au concile, pour ne point lailleE uconcie. les diocèses fans pasteurs, 6c fit une ordonnance ■xínd.hb. 5.Í.10. pour charger de procuration quatre prélats leulementeì son choix, qui iroient- au nom.de tous les autres : il avoit déja fait connoître son dessein à plusieurs évêques, par le grand chapelain du roïaumc> mais cous aïant répondu qu'ils prétendoient aíìister au concile en personne, suivant, le droit qu'ils çst

f

« 이전계속 »