페이지 이미지
PDF

.. • A MONSEIGNEUR

LE DUC

DE NOAILLES, 

PAIR ET MARE'CHAL DE FRANCE, Ministre d'Etat, Capitaine général des Troupes de Sa Majesté Catholique ; Chevalier des Ordres du Roi, & de celui de la Toison d'Or ; premier Capitaine des Gardes duCorps deSaMajesté;Gouverneur & Capitaine général de la Province de "RoufTillon , Conflans & Cèrdaigne; Gouverneur ; des Ville & Citadelle de Perpignan; Gouverneur & Capitaine des Chasses de Saint - Germain - enLaye & dépendances; Général des Troupes de Sa

[ocr errors]
[graphic]
[graphic][merged small][merged small]

; Je prens la liberté de présenter Àvotre Grandeur une

a

M. ï Abbé de S MUT Real,' plus complet te & plus exatle encore que celle que vous me permîtes de Vous dédier, il y a quelques années. Çejl un foible hommage que je rens à la Protefljon dont vous m honorez depuis filongtems:faurois bien voulu la reconnoítre par un tribut déloges que vous méritez fous tant de titres, mais il a fallu me conformer à vos Ordres, qui me condamnent, malgré moi yau} silence»

Je fuis avec le plus profond ref fefî*

MONSEIGNEUR,
De Votre Grandeur,

S te très-humble & rrêsJ

[graphic]
[graphic]

AVERTISSEMENT DE L'ÉDITEUR.

E tous les Auteurs qui se sont acquis un nom célèbre par leurs Ouvrages, il yen a peu dont la réputation ait été aussi rapide & aussi étendue que celle de M. l'Abbé de Saint R é A L ; il n'y en a guéres aussi dont la personne ait été plus ignorée. Tout le monde a lu ses écrits avec autant d'empressement que de plaisir; presque personne n'a connu I'Ecrivain : de-là vient que les premiers Editeurs de ses Ouvrages ont parlé de l'Auteur comme d'un homme absolument inconnu, dont onignoroit jusqu'au nom de Baptême : on ne sçavoit pas même si le nom de Saint Réal étoit celui de fa

[graphic]

Famille , ou le nom du lieu de ía naissance, ou celui de quelque Terre , ou Abbaye qu'il eût possédée. A l'égard de sa Patrie , on sçavoit en général qu'il étoit né en Savoye « mais on ne pouvoit déligner ni le* tems ni le lieu. La vie de ce Sçavant a presque toujours été fi cachée, que des personnes même de fa famille , qu'on a consultées à son sujet, n'ont pas pu encore donner des éclaircifíemens capables de satisfaire la curiosité de ceux qui aiment à connoîT tre en détaii la vie privée des Hom7 mes de mérite. Si ce que j'ai à dire de la personne de l'Auteur se réduit à peu de choses, je tâcherai au moins de le faire connoître par fe$ Ouvrages.

L'Abbé de Saint Réal naquit à Chambéry quelque tems après le commencement du dix-septiémq siécle. Son Pere qui étoit Conseillée au Sénat de Chambéry , étoit fils d'un Juge-Mage de Tarantaife; leur nom de Famille étoit VìchaY^ *L.'Abbé reçut au Baptême le nom de César ; à l'égard du nom de Saint Réal, c'étoit celui d'une Terre qui appartenoit à la Famille : ce nom est devenu propre dans la fuite, & il y a actuellement, à quelques lieues deChambéry, des Defcendans dé cette Famille qui portent le nom de Saint Réal.

L'Abbé vint fort jeune en France ; il y apporta des dispositions naturelles pour les Sciences > & ust goût décidé pour l'Etude, dont il pensa de bonne heure à faire usage. Ce fut ce qui lui fit embrasser ce genre de vie retirée qu'il a conservé presque toute sa vie, & qui a été cause sans doute de l'obscurité dans laquelle fa personne a été ensevelie % tandis que son Nom & ses Ouvrages lui acqueroient de jour en jour la plus brillante réputation.

II fit connoissance à Paris avec le fameux Varillas *; le commerce

* Vabiii.as étoit un homme extrêmement retiré; îi «"applaiidifloit d'avoir été trente ans fans manger une feula fois hors de chez lui. . . i

« 이전계속 »