페이지 이미지
PDF
ePub

Depuis deux mois au plus vous êtes à la Cour.
Vous 11c connoissez pas ce dangereux séjour.
Sur un nouveau venu le Courtisan perfide
Avec malignité jette un regard avide;
Penetre ses défauts, & dès le premier jour,
Sans pitié le condamne , & même sans retour.
Craignez de ces Messieurs la malice profonde.
Le premier pas , mon Fils, que l'on fait dans le monde,
Est celui dont dépend le reste de nos jours.
Ridicule une fois, on vous le croit toûjours.
L'impression demeure. En vain croissant en âge,
On change de conduite, on prend un air plus sage.
On souffre encor long-temps de ce vieux préjugé.
On est suspect encor, lorsqu'on est corrigé ;
Et j'ai vû quelquefois païer dans la vieillesse
Le tribue des défauts,qu'on eût dans la jeunesse.
Connoissez donc le monde, & songez qu'aujourd'hui
Il faut que vous viviez pour vous , moins que pour lui,

DAMIS.
Je ne sçais où peut tendre un fi long préambule.

EUPHEMIE.
Je vois qu'il vous paroît injuste & ridicules

e VOUS

Vous méprisez des soins pour vous bien importans ,
Vous m'en croirez un jour : il n'en sera plus temps.
Vous êtes indiscret. Ma trop longue indulgence
Pardonna ce défaut au feu de votre enfance : .
Dans un âge plus mûr, il cause ma fraïeur ;
Vous avez des talens, de l'esprit, & du cæur ;
Mais croïez qu'en ce lieu tout rempli d'injustices ,
Il n'est point de vertu , qui rachecte les yices,
Qu'on cite nos défauts en toute occasion,
Que le pire de tous est l'indiscrecion,
Et qu'à la Cour , mon Fils , l'Are le plus necessaire
N'est pas de bien parler , mais de sçavoir se taire a
Ce n'est pas en ce lieu , que la societé
Permet ces entreciens remplis de liberté ;
Le plus souvent ici l'on parle sans rien dire,
Et les plus ennuïeux [çavent s’y mieux conduira
Je connois cette Cour. On peut forc la blâmer ;
Mais lors qu'on y demeure il faut s'y conformer.
Pour les Femmes sur couc , plein d'un égard excreme,
Parlez-en rarement, encor moins de vous-même.
Paroissez ignorer ce qu'on fait , ce qu'on dit,
Cachez vos sentimens, & même vôtre esprit.

"Aij

[ocr errors]

Sur tout de vos secrets loïez toûjous le maître ; Qui dit celui d'autrui , doit passer pour un traître, Qui dit le fien , mon fils, passe ici pour un sot, Qu'avez-vous à répondre à cela ?

DAMIS.

Pas le mot, Je suis de votre avis : je hais le caractere De quiconque n'a pas le pouvoir de se faire ;

Ce n'est pas-là mon vice; & loin d'être entiche - Du défaut , qui par vous m'est ici reproché,

Je vous avouë enfin , Madame , en confidence,
Qu'avec vous trop long-temps j'ai gardé le silence
Sur un fait , dont pourtant j'aurois dû vous parler i
Mais souvent dans la vie il faut dissimuler.
Je suis Amant aimé d'unc Veuve adorable ,
Jeune , charmante , riche, ausfi sage qu'aimable,
C'est Hortense. A ce rom , jugez de mon bonheur ;
Jugez , s'il étoit (çû, de la vive douleur
De tous nos Courtisans , qui foûpirent pour elle.
Nous leur cachors à ejus notre ardeur mutuelle.
L'amour depuis deux jours a serré ce lien,
Depuis deux jours entiers, & vous n'en sçavez rien.

[ocr errors]

EUPHEMIE. Mais j'écois à Paris depuis deux jours.

DAMIS.

Madame,
On n'a jamais brûlé d'une si belle flâme.
Plus l'aveu vous en plaît , plus mon cæur est content,
Et mon bonheur s'augmente en vous le racontant.

EUPHEMI E.
Je suis sûre , Damis , que cette confidence
Vient de votre amitié, non de votre imprudence.

DAMIS.
En doutez-vous ?

EUPHEMIE.

Eh ! eh! ... mais enfin entre nous, Songez au yrai bonheur , qui vient s'offrir à vous. Hortense a des appas ; mais de plus cette Hortense , Est le meilleur Parti qui soit pour vous en France,

DAMIS. Je le sçai.

' EUPHEMIE.

D'elle seule elle reçoit des loix, Et le don de la main dépendra de son choix.

A jij

DAMIS.. Ertant mieux.

EUPHEMIE.

Vous sçaurez flareer son cara@tere, Ménager son esprit.

DAMIS.
Je fais mieux , je sçai plaire.

EUPHEMIE.
C'est bien die ; mais, Damis,elle fuït les éclats,
Er les airs trop bruïans ne l'accommodent pas.
Elle peut, comme une autre ,avoir quelque foiblesse ;
Mais jusques dans ses goûts elle a de la sagelle ,
Craint sur-tout de se voir en spectacle à la Cour,
Er d'être le sujet de l'histoire du jour.
Le secret , le mistere est tout ce qui la flatte.

DAMIS.
Il faudra bien pourtant qu'enfin la chose éclatte.'

: EUPHEMIE.
Mais près d'elle en un mot quel sort vous a produit?
Nul jeune homme jamais n'est chez elle introduit.
Elle fuït avec soin , en personne prudente,
De nos jeunes Seigneurs la cohuë éclatante.

« 이전계속 »