페이지 이미지
PDF
ePub

Ca , maraut, apprends-moi la noirceur effroņable...

• PASQUIN. Ah! Monficur , cette affaire est embrouillée en diable Mais je vous apprendrai de surprenans secrets ; Si vous me promettez de n'en parler jamais.

DAMIS. Non , je ne promets rien ; & je veux tout apprendre:

PÁSQUIN. . Monsieur , Hortense arrive & pourroit nous entendrei

à Clitandre. Ah! Monsieur , que dirai-je , hélas ! je suis à bout. Allons tout trois au bal, & je vous dirai tout.

[ocr errors][ocr errors][merged small]

Ś CENE XVIIÍ. HORTENSE , un masque à la main , dio en domino, TRÁSIMON, NER IN E.

TRASIMON.
Ui, croïež , ma Cousine, & faites votre compte ;
Que ce jeune éventé nous couvrira de honte.

Comment ? montrer par tout , & Lettres & Portrait :
En public ? à moi-même ? après un pareil trait
Je prétends de ma main lui brûler la cervelle.

HORTENS E à Nerine.
Est-il vrai que Julie à ses yeux soit si belle,
Qu'il en soit amoureux ?

! TRASIMON. ..

Il importe fort peu.
Mais qu'il vous déshonore, il m'importe morbleu ,
Et je sçai l'interêc qu’un parent doit y prendre.

HORTENSE, à Nerine.
Crois-tu que pour Julie il ait eû le cour tendre ?
Qu'en penses-tu ? dis-moi.

NERINE.

Mais l'on peut aujourd'hui
Aisément, si l'on veut, sçavoir cela de lui.

HORTENSE.
Son indiscrétion, Nerine, fut extrême.
Je devrois le haïr ; peut-être que je l'aime.
Tout-à-l'heure , en pleurant, il juroit devant toi
Qu'il m'aiineroit toûjours , & fans parler de moi,

[ocr errors]

us a

Qu'il vouloit m'adorer ; & qu'il sçauroit se taire.

TRASÍMON.
Il vous a promis-là bien plus qu'il ne peut faire:

HORTENS E.
Pour la derniere fois , je le veux éprouvet.
Nerine , il est au bal ; il faut l'aller trouver:
Déguise-toi. Dis-lui qu'avec impatience
Julie ici l'attend dans l'ombre & le silence.
L'artifice est permis sous ce masque trompeur,
Qui , du moins de mon front cachera la rougeur,
Je paroîtrai Julie aux yeux de l'infidele.
Je sçaurai ce qu'il pense; & de moi-même ; & d'elle:
C'est de cet entretien que dépendra mon choix. i

à Trasimon. Nė vous écarteż point. Restez près de ce Bois. Tâchez auprès de vous de retenir Clitandre. L’un & l'autre en ces lieux daignez un peu m'attendrë: Je vous appellerai , quand il en sera teinps.

[ocr errors][ocr errors][merged small]

HORTEN SE seule en domino , & son mafque

à la main.

TL faut fixer enfin mes væux tropinconstans.

Scachons, fous cet habit à ses yeux travestie , Sous ce masque, & sur-tout sous le nom de Julie , Si l'indiscrétion de ce jeune évente Fut un excès d'amour , ou bien de vanité ; Si je dois le haïr, ou lui donner la grace: Mais déja je le vois.

Се .

SCENE X X. HORTENSE, en domino , & masquée..

DAMIS.

DAMIS, sans voir Hortene.

C'Eft donc ici la place,

Où toutes les Beautez donnent leur rendez-vous ?
Ma foi, je suis assez à la mode , entre nous.
Oüi , la mode fait tout , décide tout en France,
Elle regle les rangs , l'honneur , la bienséance.
Le mérite , l'esprit , les plaisirs.

HORTENSE , à part.

· L'étourdi.

DAMIS. Ah! si pour mon bonheur on peut sçavoir ceci, Je veux qu'avant deux ans la Cour n'ait point de Belle , A qui l'amour pour moi ne tourne la cervelle. Il ne s'agit ici que de bien débuter. Bien-tôt Æglé, Doris ... Mais qui les peut compter ? Quels plaisirs ! quelle file ! ... HORTENSE, à part.

Ah ! la tête legere !

DAM IS.
Ah ! Julie', est-ce vous ? vous , qui m'êtes si chere !
Je vous connois, malgré ce masque trop jaloux ;
Et mon cæur amoureux m'avertit que c'est vous.
Orez, Julie , ôrez , ce masque impitoïble.
Non , ne me cachez point ce visage adorable,

« 이전계속 »