페이지 이미지
PDF
ePub
[merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

AGAR, tenane fon fils par la main.

Elle doit porter un vafe.
Qu

UELS tristes lieux!... quelle affreuse foli..
tude !...

I s M A E L.
Maman , retournons chez mon pere; nous
y étions si heureux !

..?
A G A R:
Hélas ! mon enfant, la haine & la jalousie
nous en ont chassés ; & c'est pour toujours.

[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small]

ISMAEL.
La haine ! & quel mal ai-je fait pour la mériter?
Et vous, maman, comment peut-on vous haïr ?

A G A R.
L'envie, mon fils , rend injuste & cruel ;
elle conduit à la haiite , la plus odieuse, la plus
noire de toutes les passions.
ISMA EL

2 Un cour sensible ne l'éprouvera donc jamais ?

A G A R. Un cour fenfible peut s'égarer ... l'orgueil, mon fils, peut corrompre l'ame la plus tendre, & la livrer à toutes les fureurs de la vengeance.

ISMA E L. Ah! maman, si j'ai de l'orgueil, mettez tous vos soins à m'en corriger.

A GA R. La raison seule doit nous en garantir. L’Auteur de la nature n'a rien fait que de bon; nous lui devons toutes nos vertus, & nos vices font notre ouvrage.

1

I SMA E L.
Nous naissons donc fans orgüeil?...

AGAR.
Dieu imprima dans nos coeurs un defir falu-
taire qui nous porte à nous distinguer, à recher-
cher la gloire.

A

1 I S M A E L. · C'eft l'amour - propre?

A G A R. Oui, mon fils, c'est ce principe divin qui fait les héros & les grands hommes; alors il est pur & tel que Dieu nous l'a donné; mais l'homme corrompu abuse de ce don précieux, il le dénature , l'avilit, le tourne sur des objets vains & frivoles', enfin il en fait l'orgueil.

Is M A E L.
Maman , Dieu est bon ; quand nous suivons
sa loi , il doit nous aimer.

A G A'R.
Il est alors notre pere.

I S M A E L.
Pourquoi donc gémisfez - vous ? Pourquoi
fommes-nous fans appui, fans secours dans ce
désert ?

AGAR. Il veille sur nous , & ne veut que nous éprouver.

Is M A E L.
Et cependant la fatigue, le chagrin nous acca-
blent: privés d'asyle & de nourriture, comment
résister à tant de maux ?

AGAR.
Par le courage qui les méprise , par la résigna-

[merged small][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][merged small][ocr errors]

tion qui s'y soumet sans murmure. Souffrir est le partage de la vie : c'est un tems d'épreuve & d'orage , tems rapide & court, suivi

pour

la vertu, de l'immortalité, de la gloire & du bonheur. Ceffons donc de nous plaindre. Songeons aux biens qui nous attendent, & tâchons de nous en rendre dignes.

Is M A E L.
Maman, vous ne craignez donc pas la mort?

AGAR.
Hélas ! je ne crains que de vous survivre.

I s M A E L.
La mort n'est rien !... c'est un instant !...
Mais souffrir, endurer la faim , la soif, ah,
maman!...

A G A R.
Mon fils, il est encore un plus affreux tour-
ment... c'est celui de ne pouvoir soulager ce
qu'on aime.

Is M A E L.
Ne l'ai-je pas senti?.. Je vous ai vu pleurer.

A GA R.
Ah ! mon enfant, si je pouvois, en donnant
ma vie , fauver la tienne!...

Is M A E L.
Maman!... qu'en ferois-je fans vous ?...

« 이전계속 »