페이지 이미지
PDF
ePub

1

thétique du Roman le plus intéressant. Les Idylles n'ont pas tous ces avantages; je crois cependant pouvoir assurer qu'on y reconnoîtra l'empreinte du même génie. Je ne sais si je ne me trompe, mais il me semble

que

M. Gessner a traité le

genre

de l'Idylle d'une maniere neuve, en évitant également & la rusticité dans laquelle sont tombés quelques Anciens, & les lieux communs poétiques tant rebattus

par

leurs ferviles Imitateurs, & la fade galanterie que les Modernes y ont fi souvent substituée.

Il se vante dans sa Préface d'avoir pris Théocrite pour modele. Si j'ose dire ce que j'en

pense, il a fait beaucoup mieux, il a observé la nature & il l'a peinte. Il a du moins sur ce Poëtę l'avantage que les modernes en général ont presque toujours sur les anciens , qui réussissent pour l'ordinaire beaucoup mieux dans l'expression des détails que dans l'art de les arranger convenablement & d'en composer un tableau intéressant. On a quelquefois peine à deviner quel objet se sont proposé Théocrite & Virgile dans leurs pastorales, & leurs ouvrages manquent souvent de dessein , d’unité & presque toujours d'intérêt. M. Gessner en louant les anciens s'est bien gardé de les imiter sur ce point. S'il a

peint comme eux la nature, il a certainement choisi avec plus de goût les objets de son imitation. Il s'est encore plus écarté de Théocrite dans une autre partie qui distingue bien avantageusement le Poëte Allemand de tous les Auteurs qui se sont exercés avant lui dans le genre pastoral , soit anciens , soit modernes , c'est la partie des caractéres & des mæurs de ses Bergers. Combien les sentimens d'honnêteté & de vertu qu'ils expriment d'une maniere si naïve & si touchante ne font-ils pas préférables aux rafinemens mystiques & aux délicatesses puériles que les Poëtes Italiens & François ont mis dans

la bouche de leurs bergers & de leurs bergeres ?

Ces Auteurs semblent avoir cru que des bergers ne peuvent parler que d'amour , & la plupart des Critiques modernes qui ont traité de la nature de l'églogue, ont raisonné conformément à cette opinion. M. Gessner est peut-être le premier qui ait donné au genre pastoral toute l'étendue dont il est susceptible , & qui ait peint ses bergers comme des hommes , sujets à tous les besoins & à toutes les affections de l'humanité,Peres, enfans, époux, amis, tous ces liens dont la nature a fait les premiers fondemens de la société, ne leur sont

[ocr errors][ocr errors]

point étrangers. Ils sont pauvres, ils deviennent vieux , leur

pauvreté & leur vieillesse ne les rendent

que plus intéressans. La générosité, la bienfaisance, l'amour paternel , la tendresse filiale , le respect pour la divinité, la douce joie qui accompagne l’innocence, sont des sentimens qui ne leur font pas moins familiers

que

l'amour. Leurs entretiens présentent par tout le tableau de la vertu parée des graces de la naïveté, & l'ouvrage fait aimer l’Auteur.

A l'égard de la partie purement poétique des Idylles, il me semble que peu d'Ecrivains ont porté le mérite pittoresque aussi loin que M. Gessner ; le choix des objets

« 이전계속 »