페이지 이미지
PDF
ePub

disposer de nous comme il leur plaît, & qu'ils en ont reçû l'ordre de le venger de nos désobeissances , & de nos égaremens & de nos outrages, selon l'expression toute divine d'un Roi penitent. Tel est le feu qui doit nous éprouver , & nous rendre des vases d'élite, au lieu que nous ne sommes par nous-mêmes que des vases d'iniquité. C'est pourquoi loin de nous irriter contre ceux qui nous humilient & nous rabaissent, il faut au contraire que nous leur en fçachions gré, & que nous rendions graces à Dieu, de ce qu'il veut bien nous imputer à merite, ce qui n'est que la jufte punition de nos desordres.

Χ Χ ΙΙ.

Après nous être ainsi instruits de ce qui nous regarde nous-mêmes; si nous continuons de consulter la verité pour apprendre d'elle, quelle pensée nous deyons avoir de notre prochain , & comment nous nous devons conduire à son égard; la premiere instruction que nous en recevrons, c'est qu'un vrai chrétien n'est ennemi de personne, & que son cour doit être tellement rempli de la charité, dont il est re

Tome II.

devable à tous les hommes, qu'il n'y reste ni froideur, ni aversion , ni mépris, ni desir de vengeance , ni aucun autre mouvement humain.

XXIII.

La souveraine verité nous oblige de regarder Jesus-Christ dans tous nos freres, & de considerer que quand nous les aimons & les assistons, quand nous soulageons leurs foiblesses, quand nous supportons leurs défauts, quand nous couvrons leurs fautes, de notre charité, c'est à lui-même que nous rendons ces bons offices. Ayons donc foin de rendre amour pour amour à ceux qui nous aiment , & de témoigner de la compassion & de la tendrefle à ceux qui en nous exerçant feblesfent beaucoup eux-mêmes. Ne manquons jamais de répandre de l'huile & du vin dans leurs plaies , afin de les guerir ; & prions pour eux, à l'exemple de notre maître , quand ils nous crucifient par leurs mauvais traitemens. Nous sommes pecheurs aussibien qu'eux ; & s'ils ne savent pas ce qu'ils font, quand ils nous traitene de la forte, nous sommes encore plus

aveugles quand nous faisons souffrir Jesus - Christ par nos pechez qui le blessent plus cruellement, que les Juifs ne le blesserent autrefois.

XXIV.

Pendant que nous écouterons la voix de notre amour propre, tout ce que nous apprendrons de l'état de nos freres,& tout ce que nous verrons dans leurs meurs, produira presque toû. jours en nous desjugemens téineraires, de la colere, de l'indignation & du mépris. Notre malignité nous fournira des moyens de rabaisser leur vertu , & de relever leurs défauts : les moindres imperfections exterieures nous suffiront pour juger qu'ils n'ont rien dans l'interieur qui les rende recommandables; & leurs meilleures qualitez nous paroîtront vicieuses , si elles ne s'accordent pas avec nos inclinations.

XXV.

Afin de remedier à des maux si ordinaires & li dangereux, ne nous arrêtons jamais à aucune vûe qui ne nailse de la charité, avant de juger des

actions de nos freres , & d'en dire no: tre sentiment; consultons la charité que nous leur devons, puisque la lumiere ne viendra jamais à nous que par ce canal, & qu'elle feule empêchera que nous ne nous trompions.

[blocks in formation]

Quelque évident qne foient leurs pechez, si nous les aimons veritablement, nous ne condamnerons point leurs personnes , mais nous les laisserons au jugement de Dieu. Nous ne concevrons pas facilement des soupçons à leur desavantage , & nous en croirons à peine nos propres yeux ; nous ensevelirons dans le silence tout ce qui donneroit lieu de les blâmer, à moins que la charité ne nous contraigne malgré nous de découvrir leurs maladies à ceux qui les peuvent guerir, ou à qui elles pourroient être contagieuses.

XXVII.

Il n'y a rien de li genereux que la charité chrétienne , & elle est toujours invincible ; ses victoires neanmoins,

sont fort singulieres & fort extraordinaires, puisqu'elle ne surmonte pas ses ennemis en leur rendant le mal pour le mal; mais en leur faisant du bien, & en n'opposant que des bienfaits & des faveurs à leurs mauvais traitemens & à leurs injures. Un chrétien qui est plein de charité, veille continuellement sur les besoins de ses propres ennemis pour les secourir ; s'ils ont faim, il leur donne à manger ; & s'ils ont soif, il leur donne à boire : tout ce qu'il a est à eux, comme à lui-même ; il se dépouille en leur faveur de ce qui lui est le plus cher , & son cœur prend toute sorte de formes pour les gagner entierement.

XXVIII.

Mais écoutons les paroles de saint Bernard, qui exprimant les disposicions de son cæur, nous enseigne quelles doivent être les nôtres ; & voyons avec quelle bonté il parle à quelques personnes dont il avoit grand fujet de fe plaindre.

Encore , dit-il, que vous ne le, vouliez pas , mes chers freres , je de-cs. meurerai uni à vous tous ; & quel->

quiet de fe pait-il ,

freres

[ocr errors]
« 이전계속 »