페이지 이미지
PDF

UN CoRYPHÉE.
Vos ennemis cruels s'avancent en ces lieux ;
Ils viennent insulter au destin qui nous presse ;
Ils osent imputer au pouvoir de leurs dieux
Les maux affreux où Dieu nous laisse.

[merged small][ocr errors]

· LE RoI ET LE CHOEUR.
EuEvEz vos accents vers vos dieux favorables;
Vengez leurs autels, vengez-nous.
LE CHOEUR DE PHILISTINS.
Élevons nos accents, etc.

CHoEUR D'ISRAÉLITEs.
Terminons nos jours déplorables.
S A MS O N.
O Dieu vengeur! ils ne sont point coupables,
Tourne sur moi tes coups.
CHOEUR DE PHILISTINS.
Élevons nos accents vers nos dieux favorables ;
Vengeons leurs autels, vengeons-nous.
SA MS O N.

O Dieu!... pardonne.

CHOEUR DE PHILISTINS.
Vengeons-nous.
L E R O I.
Inventons, s'il se peut, un nouveau châtiment :
Que le trait de la mort, suspendu sur sa tête,

Le menace encore et s'arrête ;
Que Samson dans sa rage entende notre fête,
Que nos plaisirs soient son tourment.

sCÈNE IV.

SAMSON, LEs Is RAÉLITEs, LE ROI, LEs PRÈTREssEs DE vÉNUs, LEs PRÊTREs DE MARs.

UNE PR ÊTREssE.

ToUs nos dieux étonnés, et cachés dans les cieux,
Ne pouvaient sauver notre empire :
Vénus avec un sourire
Nous a rendus victorieux :
Mars a volé, guidé par elle :
Sur son char tout sanglant,
La Victoire immortelle
Tirait son glaive étincelant
Contre tout un peuple infidèle,
Et la nuit éternelle
Va dévorer leur chef interdit et tremblant.
UN E A UTR E.
C'est Vénus qui défend aux tempêtes
De gronder sur nos têtes.
Notre ennemi cruel
Entend encor nos fêtes,
Tremble de nos conquêtes,
Et tombe à son autel.

[ocr errors]

Eh bien ! qu'est devenu ce dieu si redoutable,
Qui par tes mains devait nous foudroyer ?
Une femme a vaincu ce fantôme effroyable,

Et son bras languissant ne peut se déployer. . Il t'abandonne, il cède à ma puissance ; Et tandis qu'en ces lieux j'enchaîne les destins, Son tonnerre,étouffé dans ses débiles mains, Se repose dans le silence.

| sAMsoN. Grand Dieu, j'ai soutenu cet horrible langage, Quand il n'offensait qu'un mortel ; On insulte ton nom, ton culte, ton autel; Lève-toi, venge ton outrage. CHOEUR DE PHILISTINs. Tes cris, tes cris ne sont point entendus. Malheureux, ton dieu n'est plus. SA MS O N. Tu peux encore armer cette main malheureuse ; Accorde-moi du moins une mort glorieuse. L E R O I. Non, tu dois sentir à longs traits L'amertume de ton supplice. Qu'avec toi ton dieu périsse, Et qu'il soit comme toi méprisé pour jamais. SA MFS O N. Tu m'inspires enfin; c'est sur toi que je fonde Mes superbes desseins ; Tu m'inspires; ton bras seconde Mes languissantes mains. L E R O I. Vil esclave, qu'oses-tu dire ? . Prêt à mourir dans les tourments, Peux-tu bien menacer ce formidable empire

A tes derniers moments ?
Qu'on l'immole, il est temps;
Frappez; il faut qu'il expire.
SA MSO N.

Arrêtez; je dois vous instruire
Des secrets de mon peuple, et du Dieu que je sers :
Ce moment doit servir d'exemple à l'univers.

LE ROI.

Parle, apprends-nous tous tes crimes,
Livre-nous toutes nos victimes.
| sAMsoN.
Roi, commande que les Hébreux
Sortent de ta présence et de ce temple affreux.

L E R 0I. Tu seras satisfait. SAMSON.

La cour qui t'environne,
Tes prêtres, tes guerriers, sont-ils autour de toi ?

[ocr errors]

Suis-je auprès de cette colonne
Qui soutient ce séjour si cher aux Philistins ?

L E R O I.
Oui, tu la touches de tes mains.
SA MS ON, ébranlant les colonnes.

Temple odieux ! que tes murs se renversent,
Que tes débris se dispersent
Sur moi, sur ce peuple en fureur.

[ocr errors][merged small]
[ocr errors]

SA MS O N. J'ai réparé ma honte, et j'expire en vainqueut.

[ocr errors]
« 이전계속 »