페이지 이미지
PDF

Ofmîn, qu'elle prie de lui être favoble. Roxelane, qui était fortie pour donner fes ordres , revient, écoute fans être apperçue leur converfation , & plaifante agréablement fa Rivale fur les petites rufes qu'elle employe pour obtenir le cœur de Soliman, qu'elle lui cède volontiers. Délia arrive à fon tour, accoutumée à ne voir qu'un Maître dans un Amant; elle dit:

Qu'on doit devant fon Maître,

Refter toujours dans la foumiffion r

Le filence, l'attention.

La nature a borné notre être;
Pour un Amant te Ciel -nous a fait naître.

Qu'il foit Sujet, ou Souverain; 1l a les mêmes droits; enfin nous devons être,

Par l'arrêt de notre deflin y
Efclaves,,

E L M I RE.

Compagnes,

ROXELANE.

MaîtrefTes r &c. &c

Ce feul vers fait connaître le caractere d«s trois Rivales..

EL MI RE, à paru

Son infolence me raflure; Elle en fera punie , & je ne crains plus rien:

Et ce monologue adroit empêche Elmire de fe livrer à une jaloufie, qui aurait jetté de la triftefle, & peutêtre du trouble dans un repas dont la gaieté devait être l'ame.

Soliman qui s'attendait à un têteà-tête avec Roxelane, eft furpris de voir Elmire & Délia J au milieu defquels on le fait afleoir. Délia chante pendant le repas, & Roxelane chante à fon tour, en s'accompagnant d'une harpe, l'air de maudit Amour, qui femble avoir été fait pour les paroles fui vantes:

O vous que Mars rend invincible; Voulez-vous être au rang de Dieux? Défendez-vous , s'il eft poffible , s'il eft poffible , D'être efclave de deux beaux yeux.

[ocr errors]

Vous triomphez par la victoire y
Mais tout l'éclat de votre gloire.,

S'anéantit devant l'amour ,
Et vous cédez à votre tour»
O vous que Mars , &c

Le Sultan, hors de lui-même, fe lève, s'approche d'elle, & lui témoigne le plaifir qu'il éprouve à l'en.tendre.

ROXELANE.

Oh ! vous auriez encor plus de contentement, Si vous voyez danfer Elniire.

Elmire danfe, pendant que RoxeJane continue à jouer de la harpe, & qu'elle chante un Duo avec Délia. Ce moment offre un tableau voluptueux & théâtral. Soliman , qui ne voit * qui n'entend plus que Roxelane, regarde s'il n'eft pas apperçu d'Elmire? il prend un mouchoir de foie qui pend à fa ceinture, & le donne ea cachette à Roxelane; elle reçoit le mouchoir, & le met entre les mains de Délia.

SOLIMAN.:';:

Quel mépris! ...'/'.-'

DÉLIA.

Quel boutaur!

ELMIRE.

J'expire.

Soliman , après un moment de ftence , arrache le mouchoir de la main de Délia & le porte à Elmire, en •lui difant:

Elmire! ileftà vous; oui je déclare Elmire—

ELMIRE.

Ah! je renais.

SOLIMAN, à Roxelane.

Ote-toi de mes yeux. C'eft rrop fouffrir. Ingrate tu me braves; Qu'elle foit mife au rang des plus vilesEfclaves.

Roxelane eft emmenée par quatre Eunuques noirs. En fortant, elle garde la tranquillité de fon ame. Délia fe retire confufe. Tous les perfonnages qui font fur la fcène difparaiflent, excepté Ofmin, que Soliman retient, & Elmire, qui s'éloigne dans le fond du théâtre. Il fort du côté oppofé à Elmire, qui voyant que Soliman ne la fuit point, fe retire avec douleur.

Elmire commence le troifieme a&e. Elle craint que la Françaifê ne l'emporte fur elle. Elle projette de la perdre; cependant elle condamne ce fentiment de vengeance. Soliman entre agité & inquiet. Il adreffe la parole, tantôt à Elmire, tantôt à Ofmin; Ces difcours qui n'ont pas de fuite, annoncent l'état d'une ame entraînée par une pafllon violente, qui l'agite d'autant plus , qu'il fait tous fes efforts pour la vaincre. En jurant à Elmire l'amour le plus tendre, il ne ceffe de parler de Roxelane. Eh! laiflbns Roxelane, lui dit l'Efpagnole.

Pour rafiurer Elmire, il lui donne Roxelane pour Efclave, & la laifle maîtreffe de fon fort. Elmire qui l'accepte avec joie, dit:

Je ne veux point fur elle abaiffer un regard; Je veux

SOLIMAN.

Que voulez-vous ,

Il fait cette interrogation d'un ton à faire fentir combien il s'intéreffe encore pour elle. Cependant il l'envoye chercher pour l'accabler de reproches , & l'humilier, en la rendant témoin de fon amour pour Elmire. Roxelane arrive en habit d'Efclave.,

« 이전계속 »