페이지 이미지
PDF

F A N F A L E.

Air: Babtt que t'es gentille.

Occide Si. ce garçon ,

Font un parfait contrafte;

L'un a l'air d'un Gafcon ,

L'autre eft fimple & fans fafte;

Son maintien décent,

Son air innocent,

Eft la nature même;

Son cœur n'eft point encore formé, J

L'amour ne l'a point animé ,

Puifqu'il n'a pas encore aimé,

Eh bien! c'eft lui que j'aime, (bis. )

Titi paraît, & les Femmes de Chambres fe retirent, il apprend à Fanfale, que fort Commandant fe prépare à lui apporter un bouquet pour fa fête. Fanfale répond qu'elle lui fait peu gré de fes foins & que ceux d'un autre la flatterait davantage. Quelques avances qu'elle lui fa (Te , l'imbécille Titi ne peut fe réfoudre à en profiter, ill'accufe d'indifférence & dé rigueur, tandis qu'elle l'accable de careffes & de prévenances, ce qui défefpere la bonne Dame, & rend cette fcène très comique.

Occide pour achever de la mettre de mauvaife humeur, arrive avec fes Houfards, qui amenent des Braconiers qu'ils oat pris & auxquels Fanfale fait rendre la liberté.

OCCIDE.

Vous êtes bien inhumaine!
Que gardez-vous à vos amis?
Un doux efpoir m'eft-il permis?
Air: Sans le Dieu de la tenir effi.
fa fuite.)

A la Dame du Village ,
Amis, readez les honneurs.

Fanfale.)

Dans leurs jeux voyez l'image
De mes plus vives ardeurs.
Pour garant d'un tendre hommage ,'
Prenez ce Monftre Se ces fleurs.

Occide donne à Fanfale, & lui fait préfenter le loup qu'il a tué , & les fufîls des Braconiers. Occide prend le panier à ouvrage de Fanfale, & chante en faifaot des nœuds.

A i a: Quel voile importun le couvre!

Jl faut pour charmer les Belles,

Suivre leurs plaifîrs,
N'avoir que leurs defirs;
En nous amufant comme elles,
Nous formons nos nœuds j
L'amour nous rend heureux.
Un cœur altier n'eft plus le même ,
Quand d'un objet il eft épris.
L'Amant devient tout ce qu'il aime ,'
Un doux retour en eft le prix.
Il faut pour charmer les Belles , &C

Les filles de la fuite de Fanfale quittent leurs ouvrages & (tarifent pendant que les Hbufards travaillent à leurs places. Fanfale & Occide chantent tour à tour les couplets d'un Vaudeville dont le refrain eft;

On n'éteint jamais les delits ,
Lorfque l'on file les plaifirs.

Les filles de la fuite de Fanfale vont prendre les Houfards, leur attachent des quenouilles & danfent avec eux, en les faifant filer. On entend le bruit du ronnerre. Grifrnine defeend par la cheminée, fuivie d'une troupe de Diables , qui mettent le feu aux quenouilles; Fanfale èc toute fa fuite s'enfuit; Grifajine accable de reproches & de menaces Occide, qui lui répond qu'un

Amant ne craint que ce qu'il aime.

GRISEMINE.

Quand j'étais dans mon printems,
On voyait ton amour tous les ans
S'accroître avec mes appas naiflans.
Tout doit fe former avec le tems.

OCCIDE.

Air: Les cœurs fe donnent troc pour troc.

Votre efprit en vain s'eft flatté
De rendre une ardeur éternelle;
Les fermens faits à la Beauté,
Ne doivent pas plus durer qu'elle.

Occide fort & Grifmine le menace «de le pourfuivre jufqu'au bout du monde.

Aatroifieme acte, le Théâtre repréfente les Jardins de Fanfale, elle s'y plaint encore de la timidité de celui qu'elle aime. Grifmine approche doucement & la frappe de là baguette fanfale farprife par les charmes de Grifmine , tombe fur un banc de gazon, fur lequel elle s'endort, en chantant j'ai des vapeurs, je me meurs. Grifmine tire fon couteau pour la tuer; mais

Occide

.Occlde qui furvient à propos le ïuï arrache en lui difant : iurlut&tu. rengaine j &c. Il tire Fanfale par le bras, la réveille & elle fe fauve en voyant Grifmine, ils Unifient Tade par un duo qui exprime leur fureur.

Le Théâtre repréfente un caveau, <dans lequel Occide eft feul & fe livre aux tranfports de fa jaloufie depuis qu'il a appris que Fanfale en aimait un autre que lui, Grifmine qui a promis de fuivrepar-tout fes pas, defcend aufli au caveau, il la prefle de lui revéler par fon art le nom de fon Rival ; elle y confent & fait une conjuration, à la fin de laquelle elle lui apprend que le feftin eft préparé pour la noce de Fanfale. On entend des miaulemens de chats & des monftres paraiflent , qui enmennent Grifmine , Occide jure de fe vanger , fort & finit le quatrieme acte.

Le Théâtre repréfente un lieu préparé pour un feftin de noce ; Fanfale y paraît la premiere, & Titi la fuit de près; mais tandis qu'ils fe livrent au tranfport de leur amour &à l'efpérance de leur prochain bonheur, Occide arrive le fabre à la, main.

Tome VI* G

« 이전계속 »