페이지 이미지
PDF
ePub

s'appellât Thamas Kouli-Kani Lorsque Nadir-Koulifut un peu grand , il quitta la maison paternelle, & se mit au service du chef de sa nation. Celui-ci étoit un homme de guerre , & sous luiNadir-Kouli scut bientôt mieux arrêter & dépouiller les caravanes ,que son pere nesçavoit les escorter& les conduire. Devenu riche, il voulut se rendre indépendant ; il le devint en effet: une troupe de brigands se rassembla sous ses ordres ; la hardiesse du chef, son intrépidité, & fur-tout son bonheur, lui donnerent un ascendant & une supériorité sous laquelle tout plia.

L'ambition avoit commen- . césa fortune, la férocité l'établit. II se déclara le rival du chef sous lequel il avoit d'abord conbattu. II l'attaqua, le défit, fe

saisit de sa personne, & loin de respecter dans lui les droits de la reconnoissance, il ne respecta pas même ceux de l'humanité; son premier maître fut sa premiere victime, il le fit écorcher fous ses yeux. Un de ses gens avoit transgressé un de ses ordres, il le fit lier avec une grosse corde par le milieu du corps , on perça ensuite une muraille, & de l'autre côté il fit atteler un bœuf aux deux bouts de la corde ; l'animal pressé par l'aiguillon saifoit des efforts extraordinaires , il tiroit avec une peine extrême; mais plus ses progrès étoient retardés par l'obstacle qu'il avoit à vaincre, & plus ils prolongeoient le supplice du malheureux , qui passa enfin disloqué entiérement & brisé , par l'ouverture étroite qu'on avoit saite au mur,& sous

frit mille morts avant que de finir ses déplorables jours par celle à laquelle il étoit condamné. Je ne rapporte point d'autres cruautés , dont le seul souvenir me fait horreur. C'est par ces traits que le Héros Persan s'annonça, & ces sanglantes exécutions ne furent quel'essai de celles qui ont terni la gloire de son règne. Vòyons par quels degrés il par*» .tint jusqu'à régner.

En 1722 , les Aghvans vinrent mettre le siége devant Ispaham; ils détrônerent le Roi Schah Hussein , & couronnerent leur chef Azraff. L'Empereur Ottoman crut cette occasion favorable au dessein qu'il avoit d'étendre sa domination dans la Perse. Mais toutes ses entreprises furent malheureuses; il fut contraint d'envoyer un Ambassadeur , de demander la paix , & de reconnoître l'Usurpateur.

Thamas, fils de Hussein, vouloir, cependant soutenir les droits de sa naissance,ilsaisoi t de temps en temps de foibles tentatives; peu de Seigneutslui étoientres* tés fidéles; il n'ayoit qu'un petit nombre de partisans attachés à sa fortune i ceux-ci mêmes dé*~ goutés d'un service pénible & dangereux » commençoient à l'abandonner& auroient fini peut - être par le trahir. C'est dans ces circonstances que Kou* li-Kan parut; il vint s'offrir k Thamas avec cinq ou six cens hommes détermines à tout entreprendre pour le mettre fur le trône. Çç secours inespéré fit renaîtrel'espérancedansle cceuf de ce Prince ; il accepta Poffre, & engagea sa reconnoissance, £a petite Troupe commença par de légeres escarmouches dans lesquelles elle eut toujours de l'avanrage ; les premiers succès inspirerent la confiance nécessaire pour de plus grandes entreprises; le courage &l'activité de Kouli-Kan les rendit heureuses.Il fitproclamerSchah ThamasRoi de Perse; ce Prince le déclara Généralissime de ses Armées, il lui donna même son nom de Thamas, qu'il joignit à celui de Kouli-Kan.

Revêtu de cette nouvelle dignité Thamas Kouli-Kan ne pensa plus qu'à la soutenir par de grands exploits ; dès lors il déclara la guerre aux Aghvans, aux Turcs , & aux Moscovites! Dans le seul hyver de 1730 , il enleva aux Aghvans , Caíbin, Cachan, Ispaham, & beaucoup d'autres Villes importantes ; au printemps les Turcs furent obli

« 이전계속 »