페이지 이미지
PDF
ePub

adresse eut d'abord l'effet qu'il s'étoit proposé. Le Prince expédia un ordre qui portoit que les déserteurs de la Foi Arménienne euffent à rentrer fous l'obéissance du Patriarche. On tint quelque temps la chose secrette ; & pour ne point se compromettre encore une fois malâ-propos f on ne vouloit la Tendre publique qu'après avoir pris de justes mesures pour l'exécution. Elle demandoit de grosses sommes 3 & les Arméniens les plus riches> las de tant de dépenses inutiles ne vouloient plus rien débourser. Le nouveau Calanthar étoit parent de pluíìeurs Catholiques, & plus affectionné à la Religion, que son prédécesseur: il recevois toujours les Missionnaires avec distinction. Les Vertabiets n'ignoroient pas les dispositions

de ce premier Juge , & ils sentirent que sous son administration leurs intrigues ne réuslìroient.pas. Ils prirent donc le parti de ne point inquiéter les Catholiques de Julfa. II n'en fut pas de même de Ternis, où. le Patriarche avoit également envoyé cet ordre.

On y persécuta les Catholiques ; & les Peres Capucins qui gouvernoient cette Eglise, essuyerent l'orage les premiers.

Ces Peres furent tirés avec violence de leur maison, mis en prison , condamnés à une grosse somme d'argent, pour laquelle on prit & leurs petits meubles, & leurs Vases sacrés. Enfin on les chassa de la ville. Les Catholiques furent emprisonnés.

Au milieu de tant de violences, le Seigneur prit en main la cause de ses serviteurs,qui étoit la sienne > & les vengea de leurs ennemis & des siens d'une maniere bien éclatante.

Le R. Pere Damien de Lyon, Religieux distingué par son esprit , & par son sçavoir, fut le digne instrument dont Dieu se servit pour delivrer ses freres de l'oppression. Son talent ponr la Médecine l'avoit mis en faveur auprès d'Ibrahim-Kan, frere du Roi, qu'il avoit guéri d'une grande maladie; & dans une mauvaise affaire, que le Patriarche lui avoit suscitée à Tauris, cette faveur lui donna une victoire fi éclatante , qu'il fit chasser honteusement de la ville le Prélat Schismatique qui avoit entrepris de le faire bannir.

Après la mort d'IbrahimKan , il avoit trouvé dans le cœur du fils toutes les bontés du pere, & ce jeune Prince s'étoit tellement attaché à lui, qu'il vouloit qu'il l'accompagnât dans tous ses voyages.

En suivant la Cour, le Pere Damien s'étoit fait connoître du Roi; & ce Prince qui l'estimoit, l'avoit appellé à Derbenc pour prendre foin de Monsieur le Résident de Moscovie qui y étoit fort malade. C'est-là qu'il

çoit à Tefflis contre les Capucins ses freres , & contre les Catholiques ses ensans. Il entreprit cette affaire; elle étoit ert bonnes mains, la circonstance étoit savorable. Le Roi qui aimoit Monsieur le Résident, regardoit le Médecin de ce Ministre comme un homme plus nécessaire que jamais. Et Sa Majesté étoit disposée à ne lui

apprit les viole

[graphic]

rien refuser.Le PereDamien saisit cette heureuse conjoncture, & profita de ses avantages. II présenta sa Requête & la fit appuyer par son malade. Le Rot y eut égard & défendit qu'on inquiétât les Catholiques dans toutes les terres de fa domination: l'ordre fut envoyé , mais les intéressés trouverent le moyen de l'éluder.

Pendant ces délais, Dieu permit que le Monarque lui-même fût attaqué d'un mal de foye. Son Neveu lui présenta le Pere Damien pour le ttaiter, & ce Pere eut le bonheur de le guérir. Il ne demanda pour toute récompense de ce service signalé qu'un ordre de Sa Majesté , pour se transporter à Tefflis > avec commission de rétablir les Persécutés dans leurs maisons & dans leurs biens, il l'obtint;

« 이전계속 »