페이지 이미지
PDF
ePub

en pleine rue par un soldat, sans avoir donné occasion à cette brutalité : cet Infidele, après plusieurs soufflets , lui déchargea fur la têre nue, un coup du plat de son coutelas , & le coup fut fi violent y que le coutelas en demeura recourbé , &c que la blessure fut considérable. Cetre action détermina les trois Supérieurs à rendre dès ce jour-là même leurs Lettres au Bacha , & afin de trouver occasion da saire en même-temps leurs plaintes; ils conduisirent avec eux le Frere au Palais du Gouverneur.

'Le Defterdar, à qui ils s'adresserent d'abord , les reçut ávec bonté ; il ouvrit avec respect la Lettre que le Chef de la Religion Musulmane lui écrivoir, il nous témoigna son chagrin fur h maniere indigne dont le Frere avoit été traité: remettez, ajouta-t'il , au Bacha la Lettre qui lui est adressée; je vous rends celle du grand Mufti ; il est à propos que lé Bacha la lise aussi. Ces deux recommandations jointes ensemble auront plus de force; mais comme vous ignorez le cérémonial, je vais vous donner un conducteur. Il appella un Toukadar, c'est le nom qu'on donne aux domestiques des .Grands;

Les Supérieurs Missionnaires, pénétrés de reconnoissance marcherent quelque temps avec leur Guide ; celui-ci les quitta ensuite brusquemenr,en leur disant qu'il ne scavoit pas l'Arabe. On ne comprit point ce qu'il vouloit dire, & l'on ne íçut que long-temps après ) qu'U demandoit une récompense.

Abandonnés de leur Guide y les quatre Religieux resterent dans un grand embarras. Les Lettres adressées au Bacha doivent se remettre d'abord au KaïKtéj c'est-à-dire, à son Lieutenant qui a soin de les lui présenter.Une foule de peuple remplissoit toutes les avenues qui conduisent à son appartement ils prirent le parti d'entrer dans )a chambre du Sarafi, c'est le Changeur duBacha: fur le soit ils se présenterent à la porte du KaÏKié, ils en furent deux fois repoussés avec violence. Ils résolurent alors de passer par dessus les regles ordinaires,&: d'aller droit au Bacha.

L'Aga qui étoiten fonction à fa porte, prit les Lettres , ôc lui en fit la lecture; les Mission* paires furent appellés; le Bacha Jeur repto cha qu'ils engageoien.t les Chrétiens du pays à se fairë Francs ; jesçaurai biect , dîìr-il > remédier ace desordrè, & je vous déclare que je ferai pendrele premier Arménien qui se fera Franc. II n'y a pas longtemps que vous êtes ici, ôc vous n'y ferez plus long-tems: les Religieux vouloíent se justifier, mais ils furent à peine écoutés , & se retirerent; 'tjf.r/u Le lendemain matin un TouKadar vint les chercher. Le Religieux de la Terre Sainte avoir. disparu, le Supérieur des Capucins , le Pere de Lerne, notre Supérieur, & le Frere David furent saisis : on les conduisit devant le Kaì'Kié ; il éroit d'autant plus irrité contre nous) que le Bacha a voit paramètre davantage contre lui de ce qu'il avoitlaiísé les Chrétiens Francs pénétrer jusques dans- fan Pa

lais. Quelques-uns de nos amis nous ont assuré depuis, qu'un niotif d'intérêt, & l'espoir de tirer de nous quelque somme considérable , Rengagerent à la violence dont il usa.

Quelles que fussent ses vues il fit mettre en prison les trois Religieux , je fus substitué à lajplace du quatrieme qui manquoit ; on nous chargea des chaînes les plus pesantes, & on y joignit un double collier de fer; Nous fûmes .vingt jours entiers dans un cachot affreux , qui ne. recevoit qu'un faux - jour par une espece de lucarne pratiquée dans le toit. Le Pere de Lerne que son grand âge >& ses infirmités eróienc rendu trop foible pour ïoutetrir ces incommodités, y fut pris d'une fievre violente qui le mit pendant plusieurs

« 이전계속 »