페이지 이미지
PDF
ePub

ment bien affectionné , personne cependant n'osa se déclarer contre nous, excepté un Orfèvre Grec, dont je vais vous raconter la ridicule calomnie.

Un jour il se trouva dans une nombreuse assemblée, où la plûparr de ceux qui la composoient parloient fort honorablement de nous; il n'osa pas contredire ouvertement. Ces Papas , dit-il, ont du zele ; mais )e ne puis m'empêcher de leur vouloir du mal depuis que j'ai sçû de très-bonne part que le Roi de France a envoyé quatre de leurs Confreres en Moscovie pour faire périr le Czar; & ils se sont volontiers chargés de cette commission. Tous furent surpris de ce discours : l'accusation étoit grave par elle-même , elle pouvoit faire plus d'impression en ce pays que par-tout ailleurs. Les Grecs font persuadés , on nesçait sut quel fondement, que le Czar, les délivrera un jour de la domination des Turcs; comme la Grece & la Moscovie suivent le même rit ,, peut-être cette persuasion est-elle fondée sur la conformité de Religion. Quoi qu'il en soit, cette calomnie suffisoit pour renverser notre Mission naissante. Heureusement un de ceux qui écoutoient ce discours, étoit revenu depuis peu de Moscovie ; il assura qu'il y avoit vû quelquesuns de nos Peres; qu'ils y vivoient dans la pratique des vertus propres de leur état, & qu'ils y étoient honorés de la bienveillance & de la protection du Prince.

Malgré cette espèce de justification que fembloit noua avoir ménagé la Providence, je crus devoir porteries choses plus loin; je priai d'autres Grecs que je sçavois avoir demeuré long temps à Moscou, d'aller trouver l'Orfévre, & de le détromper; je fis encore plus , je portai mes plaintes au Consul de France, & je lui déférai cette atroce calomnie faite contre le Roi Très-Chrétien; je le conjurai cependant de ne pas faire punir le calomniateur selon la rigueur des loix; mais de lui faire des reproches que méritoit une imputation si odieuse, & de l'avertir qu'il se tînt désormais dans les bornes du respect qu'il devoit à la vérité , à l'honneur du Roi, & à celui de la Religion. La démarche réussit comme je le souhaitois: quand il s'agit de l'honneur du Roi, ou de la Nation, Messieurs nos Consuls ne sçavent ce que c'est que de plier, ils prennent le haut ton, & se font respecter. Monsieur Arnaud > fit une sévere réprimande au calomniateur , & l'assura que si nous n'avions intercédé pour lui il n'auroit pas manqué lui-même de le saire punir ou de le traduire au Tribunal du Juge Turc, pour le saire châtier comme criminel de lèze-majesté à l'égard du plus grand des Rois qui vivent en paix avec la Porte Ottomane. Cette affaire fit grand bruit, les Grecs en furent instruits ; notre modération nous fit honneur , & nous les attacha encore davantage: nous ressentîmes bien-tôt les effets de cette affection. Le Seigneur, Jean Paléologue, lc plus distingué des Primats de la ville i yoyant avec peine que lk maison que nous avions louée étoit petite, obscure, & fort incommode, résolut de nous en saire bâtir une autre dans une place voifíne de son palais , & il exécuta son projet Tannée suivante.

Tout sembloit concourir à nous accréditer : les Arméniens qui trafiquent à Salonique , n'y ont point d'Eglise, & les Grecs qui les méprisent, ne les reçoivent pas volontiers dans les leurs. Dès qu'ils apprirent qu'il y avoit un Missionnaire qui parloit Turc , & même Arménien , ils accoururent en foule chez nous pour entendre la Messe, & recevoir les Sacremens: parmi eux , un pauvre homme tomba malade , nous Tassistâmes pendant sa maladie , & nous lui procurâmes tous les secours spirituels & corporels

« 이전계속 »