페이지 이미지
PDF

lignation aux volontez du Sei. gneur , que de demander ayee ardeur les Sacremens & les. fecours spirituels de l'Eglise , que d'oublier le monde male gré tout ce qu'il a de plus en, gageant, & d'en faire à Dieu un dernier sacrifice. Or je n'aa vancerai içi rien d'outré,quand je dirai que ces trois grandes marques d'uạe bonne mort one. paru avec des circonstances toutes fingulieres dans celle de MONS È IGNEUR # DAUPHIN. *". Le pressentiment d'une more prochaine fait des impressions, bien differentes sur l'esprit & fyr. le cæur des mourans. Le fuperbe Stoïcien regarde la mort avec une fiere indifferen: ce: à la vûë de ce mal qui paai roît à la nature le plus terrie ble de tous les maux, l'homme. eft faili de frayeur, mais le Phim

losophe trouve le secret de l'ém touffer, ou de la cacher, com me si c'étoienr deux hommes dans une même personne, & il se fatte li follement de la prerenduë magnanimité , que. quand les voûtes du ciel tomHeroient sur lui, les ruines l'é- Impavida craseroient, sans qu'il eût peur, frientul

L'Epicurien fensuel ne craint rien plus que la mort. Cet hom me de chair & de fang, n'ain mant qu'une vie douce, agréa.. - ble, tranquille, tout ce qui en

dérange le plaisir lui est inlupa portable. Les plus legeres dou, Leurs le jettent dans une mor... ne confternation , & quand une maladie dangereuse, ou quelqu'autre accident imprévû lavertit qu'il va mourir., il s'é-. crie tristement, comme Agag fous le glaive meurtrier du Prophete: 0 mort amere ! eft-se aina.

que tu me Jepares ?

Le vrai Chrétien, bien diffezrent de l'un & de l'autre, a des sentimens. fort opposez. II: eraint la mort , & il l'attend, I la craint, parce qu'ayant une ame à fauver , il ne sçait. s'il eft digne de haine ou d'amour, Il l'attend, parce que fa foy lui apprenant à vouloir tout ce que Dieur veut, il fe religne encierement à fa sainte volonté: H la craint, parce qu'il va rendre à la Jultice divine un compre exact de ce qu'il a fait, de ce qu'it a dir, de ce qu'it a pensé. Il l'attend , & il l'ate. rend même avec une humble confiance , parce qu'il efpere que Dieu qui aime mieux la conversion que la perte de fa. Greature , lui fera à la fin de sa vie, misericorde. It la craint, parce qu'elle peur avoir des fuites funestes: Sera-t-il rungé à la droite.? ferüt-il rejecté à ta garas

she? Il l'attend, parce qu'ayare sous les jours demandé au Seigneur lavenement de son Royanme, il sçait que c'est elle seule qui peut lui en donner l'entrée.

Quiconque connoîtra les ver'tus chrétiennes de MONSE TO. G NEUR LE DAUPHIN, lui appliquera, aisément ce que. je viens de dire : mais voici un trait fingulier qui pourra donper à ma pensée un nouveau:

jour.

? Dés qu'il sentit que la fin de fa vie approchoit, non seule.. ment il craignit la mort , non, feulement il l'attendit:, mais il remercia Dieu de la lui avoir: envoyée. Sa crainte fut adoua gie par sa resignation, sa resi. gnation fut: suivie d'une tendre action de graces. Il craignit la mort, parce qu'il n'avoit pas, été sans quelque péché. Il l'ate. tendit, parce qu'il esperoit qu'.

ils lui seroient, remis. Il en rem mercia Dieu , parce qu'il le mettoit par la mort hors d'écar d'en commettre.. * Il sentit le poids de la Royau. té avant que de le porter. Gouverner un grand peuple felon les loix de la Religion & de la justice , connoî re par foy-même autant qu'on le peur , & fe faire instruire par des gens desinteressez ; & finceres des vrais befoins de ses füjets, pour y apporter d'utiles -remedes; punir les seandaleux, le défier des hypocrites, mettre en pla. ce ceux qui par leur vertu s'en rendent dignes, aimer ces hom. mes integres qui disent la vericé. éloigner de loy ces pecheurs, dont Thuile d'une balle adula tion parfüme fi souvent les têtes. des Grands: ce n'en fut là que. trop à MONSEIG NEUR L DÁỦ PHI N, pour rene

« 이전계속 »