페이지 이미지
PDF
ePub

attaqué du mal caduc, doit être interdit de dire la messe, jusques à ce qu'il soit guéri , si les accès font frequens.

On voit aulïi dans ces lettres plusieurs exemples de pénitences canoniques. Un prêtre aïant tué un autre prêtre ,<lcvoit faire vingt - huit ans de pénitence : mais le pape la reduit à la moitié , marquant que les trois premières années il n'entrera point dans l'église : qu'il est interdit de ses fonctions pour toute fa vie, & qu'il doit entrer dans un monastère pour y accomplir fa

*M°« pénitence fous la direction de l'abbé Un. laïque qui a tué un prêtre par lequel il étoit attaqué à main armée, fera dix ans de pénitence , dont il fera sept ans fans

»/•»• entrer dans l'église. Un frère,qui sans le vouloir, avoit été cause de la mort de son frère , & un pere , qui

^.J7. avoit de même tué son fils, contre son intention, ne laissent pas d'être condamnez à sept années de pénitence , & privez de la sainte communion pendant les trois premières. Dans tous ces cas on marque les jeû/ nés & les autres austeritez que le pénitent doit pratiquer j & on permet à l'évêquc de lui en remettre quelque partie.

Moí de saint ^a m^mc année i o 73. le douzième de Juillet, moujean Guaibcrt. rut saint Jean Gualbert fondateur de la congrégation Vit» ». 69.&c de Vallombreuse, en son monastère de Passignan prés de Florence , où l'on garde encore ses reliques. II íe sit plusieurs miracles à son tombeau ; il fut canonisé Martyr, nom. dans le siécle suivant par le pape Celcstin III. & l'c}hl ghfe honore sa mémoire le jour de sa mort.

An. 1073.

LITRE S01X4NTE-D EVXIE ME.

[ocr errors]

E successeur d'Alexandre II. fut Parchidiacrc Grego?«Yity

,Hildebrand, qui depuis long-tems avoit laprin- P*Pe

cipale autorité dans l'cglife Romaine. Il naquit en £5Çr£2j Toscane , & son pere nommé Bonizon étoit, dit-on, M**un charpentier ; fa mere étoit sœur de Tabbé deNô- mtd. p»"W í" tre Dame au mont Avcntin à Rome, sous la conduite 4°7' duquel il fut mis dés l'enfancc, pour être instruit aux lettres & à la pieté. Etant plus grand il vint en France continuer ses études à Glugny, comme l'on croit ; & il est certain que dés fa jeunesse il embrassa la profession monastique. Quelques années aprés revenant à Rome , il fit quelque séjour à la cour de l'empercur Henri le noir, quidisoit n'avoir jamais oui personne prêcher la parole de Dieu avec tant d'assurance. Les meilleurs évêques admiroient fes discours.

Etant revenu à Rome, le zele avec lequel il poussoir ses parens à la perfection , lui attira leur naine; & pour y céder il résolut de repasser en Allemagne & en France. Mais saint Pierre lui apparut trois fois en songe avant qu'il fût sorti d'Italie , & l'obligea à retourner. Le pape Léon IX. qui monta vers ce tems là fur le saint siège , avoit une haute estime d'Hildcbrand & suivoit en tout ses conseils. U l'ordonna foudiacre & lui donna à gouverner le monastère de saint Paul, qui étoit tombé en décadence: jufques-là que les bestiaux entroient dans régisse une des patriarcales , & que le peu de moines qui y restoient fc faiíbient servir par des femmes dans le réfectoire. Hilde

[ocr errors]

AnÌ 1073. brand fa revenir les biens de ce monastère pillez par les seigneurs deCampanic , &y rétablit une communauté nombreuse, gardant l'obscrvance régulière. En suite il fut envoie légat en France, où il présida , comme j'ai dit en ioy;. aux conciles de Lion & de Tours : puis Nicolas II. le fit archidiacre de l'église Romaine. Enfin le jour de la sépulture d'Alexandre II. qui ctoit le lundi vingt - deuxième d'Avril indiction onzième l'an 1073. les cardinaux & le reste du clergé de l'église Romaine, étant assemblez à saint Pierre aux liens, avec les évêques : l'archidiacre Hildebrand fut élu pape du consentement des abbez, des moines & du peuple, qui le témoigna par de fréquentes acclamations: comme porte le décret d'élection rapporté dans fa vie , & à la tête de ses lettres. II prit le nom de Grégoire VII. pour honorer la mémoire de Grégoire VI. qui l'avoit élevé dans fa jeunesse. II ne fut sacré que le trentième, de Juin , & tint le saint siège onze ans dix mois & vingt six jours. Dés Ic lendemain de son élection, il en donna part

[ocr errors]

1

II.

Premièreslet- r ,. . . , .

rresdeGregoi- a Didier abbe du mont-Caílin en ces termes: Le pape IcVn* Alexandre est mort, & fa mort est retombée fur moi

[ocr errors]

& m'a mis dans un trouble extrême. Car en cette occasion le peuple Romain est demeuré si paisible, contre fa coutume , & s'est tellement remis à nôtre conduite, que c'étoit un effet manifeste de la miséricorde de Dieu. Nous avons donc ordonné par délibération qu'aprés un jeûne de trois jours, aprés des processions, des prières & des aumônes, nous déciderions ce qui nous paroîtroit le meilleur touchant l'élection du pape. Mais comme on enterroit le pape Alexandre dans l'église du Sauveur, il s'eÇjêlcvé tout d'un coup un grand tumulte du peuple ; & ils se sont jettez fur ^N moi comme des infenfez : en sorte que je puis dire avec le prophète :Je fuis venu en haute mer & abî- vp6t mé dans la tempête. Mais comme je fuis au lit si fatigué que je ne puis dicter long-tems : je ne vous parlerai pas davantage de mes peines, feulement je vous conjure de me procurer les prières de vos frères, afin qu'elles me conservent dans le péril qu'elles dévoient me faire éviter. Ne manquez pas de venir au plutôt nous trouver, puisque vous savez combien l'églisc Romaine a besoin de vous, & la confiance qu'elle a en vôtre prudence. Saluez de nôtre part l'imperatrice Agnès & le vénérable Rainald évêque de Come , & les priez de montrer à présent l'afFection qu'ils nous chrt C4* Wi portent. L'imperatrice Agnès paíTa six mois au mont

r _. v ,1 O r Pttr.DAm.

Caíiin , ou elle ht de magnifiques ottrandes; &1 e- ofusc \.vi. c vêque Rainald étoit dans son intime confiance. 5

Grégoire écrivit de même fur son élection à Guibert archevêque de Ravenne : ajoûtant, que fans lui laisser la liberté de parler ni de délibérer , on Pavoit enlevé violemment pour le mettre fur íe saint siège. II demande à Guibert la continuation de fou affection pour l'églife Romaine & pour lui en particulier. Car, dit-il, comme je vous aime d'une charité sincère, j'en exige de vous une pareille avec tous fes effets. Faites que nous aïons souvent des nouvelles l'un de l'autre pour nôtre consolation mutuelie. On verra dans la fuite comme Guibert répondit mal à ces avances du pape : qui témoigne encore dans une autre lettre l'ef- tarime qu'il avoit pour lui.

Le lendemain de l'élection , Grégoire envoïa des

. f S .j AS». M.

députez au roi Henri, qui ecoit en Bavière: carilcc

[ocr errors]
[ocr errors]

^y ~ lebra la Pâque à Ratisbonc, & à Auíbourg la Pente'tccôtc, qui fut lc dixième de Mai. Par ces députez Grégoire donnoit avis à l'cmpereur de son élection ; & lc prioit instamment de n'y pas consentir : lui déclarant , que s'il demeuroit pape, il étoit résolu de nc point laisser impunis les crimes manifestes, dont cc prince étoit chargé.

tamb. ».io«í- ^cs évêques allemans & Lombards, qui favoient combien Hildebrand étoit zélé pour la discipline commencèrent à craindre , qu'il nc recherchât leurs fautes avec trop de sévérité. C'est pourquoi par délibération commune , ils conseillèrent au roi de casser cette élection, qui avoit été faite sans son ordre: l'assurant, que s'il ne prevenoit de bonne heure l'entreprife d'Hildebrand, persone n'en souffriroit plus

A»»iea.tof Suc lu** Le principal auteur de ce conseil étoit Gre

*47. "goire évêque de Verceil chancelier du roi en Italie: comme il paroît par une lettre que Guillaume abbé de saint Arnould de Mets écrivit au pape , pour le féliciter fur son élection. Audi tôt le roi envoïa le comte Eberard, pour demander aux seigneurs romains, pourquoi, contre la coutume, ils avoient fait un pape fans le consulter ? & pour obliger même le pape à renoncer à sa dignité, s'il ne rendoit pas bonne raison de sa conduite. Le comte étant arrivé à Rome fut tres bien reçu par le pape élû ; qui a'íant oui les ordres du roi répondit: Je n'ai jamais recherché cette dignité, Dieu m'en est témoin. Les Romains m'ont élû malgré moi & m'ont fait violence: mais ils n'ont jamais pû m'obliger à me laisser ordonner , jusques à ce que je fusse assuré par une députation expresse, que le roi & les Seigneurs du roïaume Teutonique con

[ocr errors]
« 이전계속 »