페이지 이미지
PDF
ePub

la légation fe disoit chancelier de l'église Romaine & ^N cousin du roi & du pape. Cependant nous avons ana- IC^4 thematifé cet écrit impie dans la grande sale du conseil par ordre de l'empereur, aprés avoir exhorté fortement ces légats à venir devant nous renoncer à leurs erreurs. Mais ils ont menacé de se tuer eux-mêmes si on continuoit de les presser. Nous vous écrivons ceci, afin que vous sachiez ce qui s'est passé, & que si on vous en écrit de Rome, vous répondiez avec la circonspection qui vous convient. Je vous envoie ces lettres pour les autres patriarches entièrement conformes à celleci , parce que je n'ai trouvé personne pour les envoïer íurement. Vous les leur ferez tenir, & vous y joindrez les vôtres pour les encourager à soutenir la foi orthodoxe; & les instruire de ce qu'ils ont à répondre en cas qu'on leur parle de ce qui s'est passé à Rome. xv.

T /\A / I» _ r> n. W MortdeConíl.

La meme annee 1054.1 empereur Conítantin Mo- Monomaquc. nomaque mourut de la goûte, qui l'avoit affligé pen- 7^oAoa' dant presque tout son règne. 11 étoit naturellement M«*.pmi. gai & jovial, & depuis qu'il fut devenu empereur, il M-Sne songea qu'au repos & au plaisir: en forte que fa non- 7°9'u h 7 s°'

[ocr errors]

chalance affoiblit notablement l'empire. Il aima Sel rené femme d'une grande famille, jusques à la faire paroîrre à côté de lui avec Timperatrice Zoé , lui au milieu. Zoé à qui il devoit l'empire mourut avant lui âgée de soixante & douze ans; 6i nonobstant ses défauts & ses crimes, il voulut la faire reconnoître pour sainte. Aprés fa mort il prit une concubine barbare de la nation des Alains, à laquelle il donna le titre de Sebaste, c'est-à-dire Auguste, n'osant la déclarer impératrice. Cependant il faisoit bâtir un monastère magnifique en l'honneur de saint George au lieu nom

[ocr errors]

An. lo<4. m^ Mangane : mais pour fournir à cette dépense, il chargea le peuple d'impositions odieuses. Aïant appris qu'à la grande église deC. P. on n'ofFroit le saint Sacrifice qu'aux principales fêtes, aux dimanches & aux samedis faute de revenus : il donna dequoi le célébrer tous les jours, & fit à cette église de grands presens de vases précieux & d'autres ornemens. Enfin il mourut le trentième de Novembre 1054. indiction huitième, après avoir régné douze ans & prés de six mois; & fut enterré à son monastère de Mangane. Théodora sœur de Zoé fut reconnue seule imparatrice, & régna un an & neuf mois. Du tems de Constantin, deux chefs des Parzinaques espece de Scythes se convertirent avec plusieurs de la nation pour avoir du secours contre leur prince qui les maltraitoit: en forte que ces conversions semblent un peu intéressées. Conciié de En France la même année 1054. indiction septième

Narbone. je vingt_cjncjuiémc d'Août, on tint à Narbone un concile de dix évêques, savoir Guifroi archevêque

loj'i.9'" 'de Narbone présidant, Bernard de Beziers, Gontier d'Agde, Rostaing de Lodeve, Arnauld de Magalone, Frotier de Nîmes, Guifroi de Carcassone, Berengerde Gironne, Guifroi de Barcelone & Guillaume d'Albi. L'archevêcjue procura la tenuë de ce concile par la protection du comte Pierre Raimond & du vicomte Berenger: il y asiìsta grand nombre d'abbez & de clercs, de nobles & d'autres laïques : le principal but

suf.iiv.ijx. étoit de confirmer la trêve de Dieu , & on y fit vingt*

m.ii.n. 41. neuf canons. On renouvelle donc la défense aux Chré'' *' tiens, de se faire aucun mal depuis le mercredi au soir î: jusques au lundi matin; & d'ailleurs depuis le premier dimanche de l'Avent jusques à l'octavede l'Epiphanic, depuis le dimanche de la Quinquagesime jusques à ^N l'octave de Pâques & pendant les autres jours de fêtes & de jeûnes qui font spécifiez: le tout fous peine d'à- t. 4t s. nathême & d'exil perpétuel. Quiconque voudra bâ- *-v tir une forteresse vers le tems de la trêve, fera obligé de commencer quinze jours devant. Autrement tous auroient choisi pour fe fortifier ces tems où on ne pouvoit les attaquer.

Les débiteurs qui refusent de païer feront excom- *• muniez & leurs églises interdites jusques à ce qu'ils satisfassent. Défense de couper les oliviers, parce qu'ils (. 9. fournissent la matière du saint Chrême & du luminaire des églises. Les brebis & leurs pasteurs feront en a*. sûreté en vertu de la trêve en tout tems & en tous lieux. Quant aux églises, on observera une entière «n «d-», paix, & il ne fera permis d'y exercer aucune violence ni à trente pas à l'entour : ni de rien usurper des biens & des revenus des églises. Les clercs & les moines , *. if. les religieuses & ceux qui les accompagnent fans armes , feront aussi en sûreté avec tous les biens des personnes consacrées à Dieu. Défense de piller les mar- ,4; chands & les pèlerins. On joint en ces canons les peines temporelles aux spirituelles, parce que les deux puissances concouroient en ce concile. Environ deux Tt<f f loSt ans aprés , vingt-deux évêques de la même province Si des provinces voisines, avec les archevêques d'Arles & de Vienne, tinrent un concile à saint Gilles, où ils firent trois canons pour la confirmation de la paix. - x vu.

.1 i l T r >> 1 Victor. II. pa<

Les légats du pape etant arrivez en Italie a leurre- pe. toui deC. P chargez des prefens de l'empereur Cons- {c£- Caf «• tantin , tant pour eux que pour saint Pierre: Trasimond comte de Tiete les anêta comme ils passoient

A 71 ] par ses terres, les earda quelque tems & les relâcha en

AN. IO54. I / I 47 • A / 1 .1

hn, âpres leur avoir ote touc ce qu ils apportoient; (. 8y. Cependant les Romains aprés la mort du pape Léon, avoient envoie à l'empereur Henri Hildebrand foudiacre de réglife Romaine, avec charge d'élire en Allemagne , au nom du clergé & du peuple de Rome , celui qu'il jugeroit digne de remplir le saint fiége, parce qu'il ne s'en trouvoit point dans l'église Romai. •» ne. Cette élection se fit dans une assemblée tenue à

Ctnûn. Herm. Maïence, où Hildebrand fit élire par les évêques Ge

»»■ u°+, behard évêque d'Eichstet, proche parent de l'empereur, suivant l'intention des Romains. L'empereur en fut fort affligé, car il aimoit tendrement cet évêque. II disoit qu'il lui étoit absolument nécessaire, & en pro. -. posoit d'autres qu'il jugeoit plus propres à cette dignité : mais il ne put jamais persuader à Hildebrand de changer. Gebehard lui-même ne vouloir point être .. pape: car outre sa grande capacité dans les affairés, il étoit aprés l'empereur le plus puissant & le plus riche du roïaume. Hildebrand l'emmena donc à Rome malgré l'empereur & malgré lui; & on prétendit depuis , que c'étoit la cause pourquoi ce pape n'aimoit point les moines: car Hildebrand l'étoit. Il fut reçu

Ctn\H'lm'. à Rome avec grand honneur, reconnu pape d'un commun consentement, & intronisé le jeudi saint treizième d'Avril 1055. on le nomma Victor 11. & il tint le saint fiége deux ans & trois mois, gardant en même tems l'évêché d'Eichstet. Uu foudiacre vou. lanUe faire périr, mit du poison dans le calice; & se

.-t. pape ne le pouvant lever aprés la consécration, sc

prosterna avec le peuple, pour demander à Dieu de lui en découvrir la cause. Auíìì-tôtTempoisonneur 1. m,

fut saisi du démon; & lc pape connoissanc son crime, 7Tj fît enfermer le calice dans un autel avec le fane de I054*

I 1 \ f

Nôtre-Seigneur, pour le garder a perpétuité avec les reliques : puis il fe prosterna de nouveau en prière avec le peuple, jusques à ce que le foûdiacre fut délivré. C'est Lambert auteur erave & du tems, qui raconte Umb-\ *»«

•11 ° -1 "54.

cette merveille.

L'empereur vint en Italie la même année, & aïant xvm. célébré la Pâque à Mantoue, il fit la Pentecôte à Flo- TM,«rSÍ£ rence, où le pape tint un grand concile en fa présence. On y corrigea plusieurs abus, & on y renouvclla comm.Herm: entre autres les défenses d'aliéner les biens des églises. sr!t$!*i. **' Le pape envoïa en France le foûdiacre Hildebrand pour reprimer la simonie qui ravageoit principalement l'Italie & la Bourgogne. Il tint un concile à Vìu Grtg. Lion , où le premier jour on accusa un évêque d'être VITo%]7c'oncp. entré par simonie dans son siège : mais la discussion l0U' de l'affaire n'aïant pû être achevée ce jour là, on la remit au lendemain. L'évêque accusé craignant la sévérité inflexible du juge, corrompit par argent pendant la nuit les accusateurs & les témoins. Le lendedemain il fe présenta au concile, demandant fièrement où étoient fes accusateurs. Tous gardoient le silence: mais le légat Hildebrand jettantun profond soupir dit à l'évêque coupable. Croïez-vous que le saint Esprit soit de même substance que le Pere & le Fils : Je lc croi, repondit-il. Hildebrand continua : Dites Gloria Patri. L'évêque commença, mais il ne put jamais nommer le Saint-Esprit, quoiqu'il essaïât jusques à trois fois. Alors fe jettant aux pieds du légat il confessa son crime & fut déposé de l'épiscopat > & ausii-tôt il prononça sans peine le Gloria Patri entièrement. On

« 이전계속 »