페이지 이미지
PDF
ePub

vous en croïez, & des autres articles dont vous pou An. 1079. vez être en doute. Nous voulons ausli savoir si vous recevez avec toute l'église les quatre conciles generaux, que saint Gregoire honoroit comme les quatre évangiles ; & le cinquiéme concile. Nous vous exhor. tons à ne plus ajoûter au Trisagion ces paroles : Qui Sup live walks avez été crucifié pour nous, afin de ne point scanda liser les autres églises. Au reste , continuez de cele. brer le faint sacrifice avec du pain sans levain ; & méprisez les vains reproches que les Grecs vous font sur ce sujet comme à nous. Cette lectre est du sixiéme de Juin 1080.

[merged small][merged small][merged small][ocr errors]

AN. 1080.

Sepriéme couc.

confirmé roi.

1680.

LIVRE SOIXANTE-TROISIEME.

A U commencement de l'année 1080. le roi ác Rome. Rodolfe I Henri croïant surprendre les Saxons, les attaBruno bell. qua en un lieu nommé Flatecheim : mais ils se défenSaxon. p. 146, dirent si bien , aiant à leur tête le roi Rodolfe & le

duc Otron , que le roi Henri fur défait & reduit à

prendre la fuite. Certe troisiéme bataille fut donnée Bertold. Chr. le lundi vingt-septiéme de Janvier ; & le roi Rodolfe

envoïa aussi-tôt à Rome un ambassadeur en porter la

nouvelle au pape Gregoire, dans le concile qui s'y tint How 10. p. 381.

au commencement du Carême, le pape y réitera la défense de recevoir ou donner des investitures: il renouvella les excommunications contre Tedal de Milan; Guibert de Ravenne & quelques autres évêques & contre les Normans, qui pilloient en Italie les terres de l'église. Il condamna les fausses penitences,

comme il avoit déja fait au cinquiéme concile; & il Snp. l. LXII.

défendit de chercher des personnes sans science & fans vertu , pour recevoir d'eux la penitence. C'est qu'outre les pasteurs legitimes, il y avoit plusieurs abbez & plu.

fieurs moines qui s'ingeroient de la donner. On s'en Vita S. Gerv. m. plaignoit dés le tems de Leon IX. auprés duquel saint

· Gervin abbé de saint Riquier fut obligé de le justifier

de ce que n'étant point évêque , il prechoic & confeffoit sans permission du pape. On recommande encore en ce concile de Rome les élections legitimes des évêques, c'est-à-dire , que le siege étant vacant, l'évêque visiteur député par le pape. ou par le métropolicain, procurera que l'élection le fasse librement par le cler. gé & le peuple.

[ocr errors]

11. Act.
Ben.jæc. 6. p. 2.
: 310.

Mais le decret le plus fameux de ce septiéme con- An. 1080. cile de Rome, est l'excommunication du roi Henri. Le pape y adresse la parole à faint Pierre & à faint Paul comme dans la premiere ; & aprés avoir marqué l'absolution qu'il avoit donné à ce prince, il ajoûte : Les évêques & les seigneurs Ultramontain, apprenant qu'il ne tenoit point ce qu'il m'avoit promis , & comme desesperant à son égard, élurent sans mon conseil, vous en êtes témoins, le duc Rodolfe pour leur roi, qui m'envoïa un courier en diligence, déclarer qu'il avoic pris malgré lui le gouvernement du roïaume , mais qu'il étoit prêt à m'obéir en tout; & en effet il m'a coûjours depuis tenu le même langage, promettant même de m'en donner pour ôtages son fils &celui du duc Berthold.

Cependant Henri commença à me prier de l'aider eontre Rodolfe ; & je lui répondis , que je le ferois volontiers, aprés avoir entendu les deux parties. Henri croiant pouvoir vaincre par ses propres forces, méprisa ma réponse. Toutefois quand il vit qu'il ne pouvoit faire ce qu'il esperoit , il envoïa à Rome l'évêque de Verdun & celui d'Osnabruć, qui me prierent de la part de lui faire justice, ce que les députez de Rodolfe approuverent aussi. Enfin j'ordonnai' dans le concile, qu'on tiendroit une conference au-delà des monts. Il ;

Sup.li. 1x11.936. parle du concile de l'année precedente ; & ajoûte, que Henri empêchant la conference, a encouru l'excommunication prononcée en ce concile. Il conclut en excommuniant de nouveau Henri & ses fauteurs, & lui ôtant le roïaume d'Allemagne & d'Italie , ensorte qu'il n'ait aucune force dans les combats, & ne gagne de fa vie aucune victoire.

Dodij . .

de

6

[ocr errors]

AN 1080. Quand à Rodolfe, le pape lui donne le roïaume

Teutonique , & accorde à tous ceux qui lui lone fie deles l'absolution de tous leurs pechez, avec la benediction des apôtres en cette vie & en l'autre. Puis il ajoû. te, adressant toûjours la parole à ces saints: Faites donc maintenant connoître à tout le monde , que si vous pouvez lier ou délier dans le ciel, vous pouvez aussi sur la terre ôter ou donner les empires, les roïau. mes & les principautez, les duchez, les marquisats, les comtez & les biens de tous les hommes, selon leurs merites. Car vous avez fouvent êté aux indignes, & donné aux bons des patriarcats, les primaries, les ar. chevêchez & les évêchez. Que si vous jugez les choses spirituelles, que doit-on croire de votre pouvoir sur les temporelles ? Et si vous devez juger les anges , qui dominent sur tous les princes fuperbes, que ne pouvez vous pas sur leurs esclaves ? Que les rois & les princes du frecle apprennent donc maintenant quelle: eft vôtre grandeur & vôtre puissance : qu'ils craignent de mépriser les ordres de vôtre église ; & que vôtre justice s'exerce fr promptement für Henri, que tous fachent qu'il ne tombera pas par hasard, mais par vôtre puissance. Dieu veuille les confondre pour les amener à une penitence falutaire. Cet acte est daté du fepriéme de Mars 1080. .

A ce concile de Rome se trouverent l'archevêque de Tours & l'évêque de Dol , & leur differend y don. na bien de la peine au pape , fans pouvoir être terminé. L'archevêque de Tours produisoit des lettres des papes, qui prouvoient clairement, que la Bretagne devoit reconnoître l'église de Tours pour fa métropole: l'évêque de Dol ne produisoit point de titres , & ne ne le rom qui lui foer vec la benc

e. Puis ils faines: Fe

[ocr errors]

res, lesson

5 marquit

condamné.

[blocks in formation]

disoit même rien de solide. Toutefois parce qu'il di- An 1080.
soit avoir laissé un titre dans son pais, le pape ju-
gea à propos de lui donner un délai , & d'envoier des
legats sur les lieux pour entendre les parties, & juger

VII. op.is
definitivement cette affaire. C'est ce qui paroît par la
lettre du pape adressée à tous les évêques de Bretagne
& à l'église de Tours, & dattée du huitiéme de Mars
1080.

En ce même concile de Rome, le pape confirma la fentençe portée au concile de Lion contre Manaf- vêque de Reims ses archevêque de Reims. Hugues évêque de Die avoit été chargé par le pape dés l'année precedente, conser de terminer un differend entre l'archevêque de Lion so. X. conc. p. 396. & l'abbé de Clugni, & quelques autres affaires de Fran. ce. Pour cet effet Hugues indiqua un concile à Lion, & y appella l'archevêque de Reims, pour se justifier des crimes dont il étoit accufé. Hugues s'étant arrêté à Vienne , y reçût des députez de l'archevêque, qui le prioient instamment de se contenter qu'il fe purgeât par serment avec fix de ses suffragans à fon choix, & pour l'obtenir ils offroient au legat trois cens livres d'or & de grands prefens à ses domestiques. Ils offroient encore de plus grandes sommes , fi on permettoit à l'archevêque de fe purger feul ; & promettoit d'assurer le legat par ferment, que jamais personne ne fauroit rien de les conventions. Mais Hugues refusa genereusement toutes ces offres.

Aussi l'archevêque Manasses se garda bien d'aller au concile de Lion, & fe contenta d'envoier au legat une apologie, où il dit: Il est notoire presque dans toutes les Gaules, en Italie même & à Rome, avec Musa Staldo. o. quelle violence & quelle injustice vous m'avez traité

D d d iij

rois &

[merged small][merged small][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
« 이전계속 »